27/08/2018

Le pape dérape

Le moins que l’on puisse écrire est que les propos du pape ne passent pas inaperçus ! Le lien qu’il a fait entre homosexualité et psychiatrie a déclenché, à juste titre, une avalanche de commentaires scandalisés.

Interrogé par un journaliste sur ce qu’il dirait à des parents qui découvriraient l’homosexualité de leur enfant, le pape a tout d’abord eu des propos bienveillants en prônant le dialogue et la compréhension. C’est ensuite que cela s’est gâté quand il a précisé que « quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. »

Cette association entre homosexualité et psychiatrie a déclenché un tollé bien au-delà de la communauté LGBT, et cela se comprend parfaitement. Alors qu’il a fallu attendre jusqu’en 1990 pour que l’OMS retire l’homosexualité de la liste des maladies, où elle figurait comme un trouble mental, et qu’aujourd’hui encore 74 pays dans le monde la condamne, dont 13 où elle est passible de la peine de mort, de tels propos de la part d’une autorité spirituelle comme celle du pape sont inacceptables !

Ils reviennent en effet à faire un amalgame entre homosexualité et maladie mentale et à conforter dans leur opinion celles et ceux qui en sont déjà persuadés ou qui se laisseraient facilement convaincre. C’est ce genre d’affirmations qui occasionnent des souffrances et qui conduisent des personnes homosexuelles à devoir consulter, pas l’homosexualité en tant que telle !

18:36 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

13/08/2018

Un sérieux coup de pédale s’impose

IMG_3875.jpgSurprise à la lecture du tout premier sondage sur les votations du 23 septembre : le contre-projet direct à l’Initiative vélo ne fait pas le tabac auquel on pourrait s’attendre.

En effet, seuls 48% des personnes ayant répondu au sondage Tamedia (ils sont plutôt fiables d’habitude) disent oui ou plutôt oui (44% non ou plutôt non) à cet objet plutôt inoffensif qui charge la Confédération de soutenir des mesures en faveur de la mobilité douce et des pistes cyclables.

Il n’y a toutefois pas de quoi s’affoler, car la campagne vient juste de débuter et seule l’UDC, que les questions environnementales n’intéressent pas, est opposée à ce que les voies cyclables soient mentionnées dans la Constitution, au même titre que les chemins et sentiers de randonnée pédestre le sont depuis…40 ans. Ces premiers chiffres doivent cependant servir d’avertissement à celles et ceux qui soutiennent ce texte pour qu’une campagne efficace soit menée au cours des prochaines semaines.

En cas de réponse positive du peuple le 23 septembre, la Confédération pourra donc soutenir les cantons lors de l’aménagement de voies cyclables de qualité. Et l’on sait que c’est une condition importante pour que le nombre de personnes qui optent pour le vélo, moyen de locomotion très peu énergivore et respectueux de l’environnement, augmente.

Un sérieux coup de pédale s’impose, car il est plus que temps d’attribuer au vélo la place qu’il mérite !

 

IMG_3874.jpg

00:10 Publié dans Air du temps, Verts | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

06/07/2018

Un mariage égalitaire et rien d'autre!

La commission des affaires juridiques du Conseil national s’est réunie cette semaine pour traiter de l’initiative parlementaire 13.468 « Mariage pour tou-te.s » déposée il y a cinq ans !

Les organisations LGBT romandes, tout comme les organisations nationales LOS et Familles arc-en-ciel, ont transmis un courrier aux membres de la Commission afin de préciser que seul un modèle présentant un mariage égalitaire, sans compromis ou restriction, pouvait trouver grâce à leurs yeux. (1)

Elles ne veulent pas d’un mariage light. Le partenariat enregistré, loi d’exception, entré en vigueur en 2007 joue déjà ce rôle. Proposer un modèle de mariage allégé ne fait aucun sens, dès lors qu’il ne s’agirait que d’un partenariat enregistré qui n’aurait de mariage que le nom.

La Commission a malheureusement, par 14 voix contre 11, donné mandat à l’administration fédérale de proposer un modèle de mariage à mettre en place par étapes d’ici février 2019. Cette politique des petits pas est décevante et ne tient tout simplement pas compte des réalités des familles et des couples arc-en-ciel. Il s’agit là d’un compromis politique sur le dos des personnes concernées, qui a été élaboré sans la moindre concertation des organisations représentant la communauté LGBT.

En 2005, les organisations LGBT se sont mobilisées pour la LPart. Dans le cas d’un mariage par étape, duquel on écartera des revendications essentielles (adoption conjointe, procréation médicalement assistée, rente de survivant.e), les organisations LGBT pourraient rejeter purement et simplement le projet. L’administration fédérale pourrait alors se retrouver avec un mariage light dont personne ne voudra. Est-ce là l’objectif visé ?

La Suisse doit enfin prendre ses responsabilités et ouvrir le mariage aux couples de même sexe, sans restriction. Comme d’autres pays en Europe, le Parlement doit avoir le courage de proposer un projet en phase avec son temps et avec la réalité. Le Peuple, peut-être, aura le dernier mot. Et si l’Irlande a accepté le mariage pour tou.te.s, la Suisse en est elle aussi capable !

 

(1) Madame la Conseillère nationale, Monsieur le Conseiller national,

« La commission des affaires juridiques du Conseil national se réunira le 5 juillet prochain pour débattre de l’initiative parlementaire « Mariage civil pour tous ».

Les associations romandes LGBT et les organisations nationales signataires se réjouissent de ce nouveau pas franchi dans le traitement d’une initiative qui doit réaliser ce que nous demandons depuis des années, une égalité de traitement pour les couples de même sexe.

Nous tenons ici à préciser que nous estimons que la mise en œuvre du mariage civil pour tou.te.s doit faire l’objet d’une révision globale comprenant toutes les dispositions inhérentes au mariage civil. Une révision partielle entraînerait encore plus de retard dans la mise en œuvre des points qui porteraient à débat (adoption conjointe, accès à la procréation médicalement assistée, rente de survivant) et prolongerait des inégalités injustifiables. Les associations signataires de ce courrier se mobiliseront pour un mariage civil pour tou.te.s sans compromis et se disent prêtes aujourd’hui à mener campagne pour ce projet s’il devait être soumis en votation populaire.

Lors de la mise en œuvre du partenariat enregistré qui a été approuvé par le peuple en votation fédérale en 2005, les couples de même sexe avaient déjà subi les compromis qui avaient alors conduit à certaines exclusions de droits, tels que l’adoption de l’enfant du partenaire et l’adoption conjointe, le droit de cité et la rente de veuve. Il a fallu dix ans pour permettre l’adoption de l’enfant du partenaire. Les femmes, en premier lieu, subiraient aujourd’hui à nouveau une réelle discrimination si la mise en œuvre du mariage civil pour tou.te.s devait exclure, par exemple, l’accès à la procréation médicalement assistée et la rente de survivant.

Le peuple suisse l’a démontré au travers de sondages récents, il est favorable à l’ouverture du mariage pour tou.te.s aux couples de même sexe. Les récentes consultations populaires à l’étranger indiquent que la société est aujourd’hui prête à franchir le pas (ex : Irlande, votation en 2015, 62,1 % de oui). Le mariage civil pour tou.te.s est du reste en vigueur dans 16 pays européens. Le Parlement fédéral jouera un rôle essentiel avec un projet progressiste, conforme aux attentes de la population, tout comme à la réalité des familles et des couples arc-en-ciel. La commission juridique du Conseil national doit aujourd’hui lui donner un signal clair et fort. Nous comptons sur vous !

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à ce courrier. Veuillez recevoir, Madame la Conseillère nationale, Monsieur le Conseiller national, nos salutations distinguées.

Sont signataires de ce courrier les associations et organisations suivantes :

Les associations romandes :

Alpagai, association LGBT Valais

La Fédération genevoise des Associations LGBT

  • 360, association LGBT
  • Dialogai, association gay
  • Lestime, association lesbienne
  • Parents d’homos, groupement de parents d’homosexuel.le.s
  • Thinkout, association des étudiant.e.s LGBT + friends

Juragai, association mixte de l’Arc jurassien

Les Klamydia’s, association pour la santé sexuelle des femmes qui aiment les femmes*

Lilith, association romande de femmes homosexuelles

LWork, réseau professionnel romand de femmes homosexuelles

PAV, association vaudoise d’aide et de soutien aux personnes victimes de violence

Sarigai, association LGBT Fribourg

Togayther, association LGBT Neuchâtel

Vogay, association vaudoise pour la diversité sexuelle et de genre

Les organisations nationales :

L’organisation suisse des lesbiennes LOS

L’association faitière Familles Arc-en-ciel

Wybernet – Réseau alémanique de femmes lesbiennes professionnellement engagées

17:43 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/06/2018

Une mobilité soucieuse de l’environnement ?

Malgré le tollé que sa proposition avait suscité à l’époque, le dorénavant ex-Conseiller d’Etat Luc Barthassat avait persisté et signé en autorisant les motos et autres scooters à circuler sur certaines voies de bus. Il s’agissait pour lui de «  fluidifier le trafic » et « d’éviter aux deux roues de zigzaguer entre les véhicules pour améliorer la sécurité ».

Cette mesure « poudre aux yeux », et purement électoraliste, est entrain de faire long feu puisque le département des infrastructures a décidé de mettre fin à l’essai des deux-roues motorisés sur la route des Jeunes. Celui qui se déroule sur la route de Ferney devrait, en toute logique, connaître le même sort à l’issue de la phase test.

Le successeur de Luc Barthassat, pourtant issu du même parti, a bien compris que cette mesure ne permettait en rien d’améliorer les problèmes de circulation à Genève, ralentissait les transports publics et ne faisait pas avancer d’un pouce la mobilité douce.

A ce sujet, les infrastructures, tout particulièrement les pistes cyclables, manquent cruellement à Genève ce qui retient de nombreux cyclistes potentiels de monter sur leur vélo alors que l’on sait que ce moyen de transport est très efficace en ville, non polluant, non bruyant et excellent pour la santé !

Espérons que cette décision de Serge Dal Busco augure d’une politique de la mobilité qui mettra au centre de ses préoccupations la recherche d’un environnement sain dont nous serons toutes et tous les bénéficiaires !

18:21 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

29/05/2018

Dix ans d'engagement pour les jeunes LGBT

IMG_2537.jpgDiscours de la co-présidence de la Fédération genevoise des associations LGBT prononcé à l'occasion des 10 ans de Totem, groupe de rencontre, de soutien et d'écoute pour les jeunes LGBT ou tout jeune qui se questionne sur son orientation sexuelle ou son identité de genre, le 18 mai dernier.

La Fédération a été créée dans le but de renforcer le poids politique des associations LGBT genevoise face aux interlocuteurs étatiques, mais aussi pour mener des projets que les associations seules ne pouvaient pas mener par manque de moyens financiers et/ou humains. Totem a été l’un des premiers projets de la Fédération depuis sa création en 2008, car il manquait cruellement un lieu où les jeunes LGBT pouvaient se retrouver en toute sécurité et en toute confiance pour discuter et s’entraider. Il était donc nécessaire de développer un lieu pour les jeunes, mais aussi géré par les jeunes ou celles-ci et ceux-ci pourraient se retrouver entre eux-elles.

Ainsi, grâce au travail bénévole des premiers animateurs.trices, le projet a pu voir le jour et il s’est développé de manière très importante. Totem est un projet essentiel de la Fédération dont nous sommes fier.e.s et que nous chérissons. Le paysage des questions LGBT à Genève a passablement changé en 10 ans. Nous avons avancé de manière très significative sur le plan de notre implication dans l’éducation et nous avons développé un partenariat solide avec le DIP pour des formations d’enseignant.e.s et des interventions dans des établissements scolaires. Au début, c’était surtout les animateurs.trices de Totem qui assuraient ces interventions et nous les en remercions, car ces premières expériences positives ont apporté la confiance entre la Fédération et le DIP.

Nous sommes donc fier.e.s aujourd’hui de nous réunir pour fêter les 10 ans de Totem et de remercier toute personne qui, de près ou de loin, a contribué à son succès. Nous tenons toutefois à remercier tout particulièrement Federica et Julien, deux piliers de Totem, qui par leur engagement et leur pugnacité ont amélioré sans cesse ce projet, avec le soutien indispensable de Delphine, qui se porte bien aujourd’hui. Federica et Julien ont su semer la culture de l’engagement et ont inspiré d’autres animateurs.trices. Leur engagement est précieux pour les jeunes qui fréquentent Totem mais aussi pour elles-eux, car c’est une expérience précieuse de solidarité, d’empathie, de fraternité et de sororité.

Nous sommes sûr.e.s que si nous pouvions donner la parole à chacun.e des jeunes LGBT qui sont passés par Totem, nous nous rendrions compte de plus près de tout ce que cela leur a apporté, à commencer très certainement par la confiance et l’estime de soi.

En 2016, des modifications de la gouvernance de Totem ont été approuvées avec, notamment, la création d’un poste de référente pour l’équipe des animateurs.trices occupée par Fatou, qui s’est également beaucoup engagée pour Totem ces dernières années. Ce poste renforce l’équipe et lui donne plus de cohésion. C’est grâce à la subvention de la Ville de Genève, notre partenaire indéfectible, que ce poste a pu voir le jour.

Une Ville de Genève, représentée ce soir par Guillaume Mandicourt, que nous remercions chaleureusement pour son engagement non seulement pour Totem, mais également pour la Fédération et pour ses associations membres (Lestime, Dialogai, Think Out, Parents d’homo, 360) bien évidemment indissociables de la Fédération, sans lesquelles elle n’existerait pas, qui apportent également leur soutien à Totem.

Longue vie à Totem !

MAH_7692_Didier-Lorena.jpg

 

 

Lorena Parini et Didier Bonny, co-président.e de la Fédération

(photo Bettina Jacot-descombes)

 

 

 

Pour en savoir plus sur Totem:

http://www.federationlgbt-geneve.ch/projets/totem-jeunes-...

Pour en savoir plus sur la Fédération genevoise des associations LGBT: 

http://www.federationlgbt-geneve.ch/

 

20:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |