06/07/2018

Un mariage égalitaire et rien d'autre!

La commission des affaires juridiques du Conseil national s’est réunie cette semaine pour traiter de l’initiative parlementaire 13.468 « Mariage pour tou-te.s » déposée il y a cinq ans !

Les organisations LGBT romandes, tout comme les organisations nationales LOS et Familles arc-en-ciel, ont transmis un courrier aux membres de la Commission afin de préciser que seul un modèle présentant un mariage égalitaire, sans compromis ou restriction, pouvait trouver grâce à leurs yeux. (1)

Elles ne veulent pas d’un mariage light. Le partenariat enregistré, loi d’exception, entré en vigueur en 2007 joue déjà ce rôle. Proposer un modèle de mariage allégé ne fait aucun sens, dès lors qu’il ne s’agirait que d’un partenariat enregistré qui n’aurait de mariage que le nom.

La Commission a malheureusement, par 14 voix contre 11, donné mandat à l’administration fédérale de proposer un modèle de mariage à mettre en place par étapes d’ici février 2019. Cette politique des petits pas est décevante et ne tient tout simplement pas compte des réalités des familles et des couples arc-en-ciel. Il s’agit là d’un compromis politique sur le dos des personnes concernées, qui a été élaboré sans la moindre concertation des organisations représentant la communauté LGBT.

En 2005, les organisations LGBT se sont mobilisées pour la LPart. Dans le cas d’un mariage par étape, duquel on écartera des revendications essentielles (adoption conjointe, procréation médicalement assistée, rente de survivant.e), les organisations LGBT pourraient rejeter purement et simplement le projet. L’administration fédérale pourrait alors se retrouver avec un mariage light dont personne ne voudra. Est-ce là l’objectif visé ?

La Suisse doit enfin prendre ses responsabilités et ouvrir le mariage aux couples de même sexe, sans restriction. Comme d’autres pays en Europe, le Parlement doit avoir le courage de proposer un projet en phase avec son temps et avec la réalité. Le Peuple, peut-être, aura le dernier mot. Et si l’Irlande a accepté le mariage pour tou.te.s, la Suisse en est elle aussi capable !

 

(1) Madame la Conseillère nationale, Monsieur le Conseiller national,

« La commission des affaires juridiques du Conseil national se réunira le 5 juillet prochain pour débattre de l’initiative parlementaire « Mariage civil pour tous ».

Les associations romandes LGBT et les organisations nationales signataires se réjouissent de ce nouveau pas franchi dans le traitement d’une initiative qui doit réaliser ce que nous demandons depuis des années, une égalité de traitement pour les couples de même sexe.

Nous tenons ici à préciser que nous estimons que la mise en œuvre du mariage civil pour tou.te.s doit faire l’objet d’une révision globale comprenant toutes les dispositions inhérentes au mariage civil. Une révision partielle entraînerait encore plus de retard dans la mise en œuvre des points qui porteraient à débat (adoption conjointe, accès à la procréation médicalement assistée, rente de survivant) et prolongerait des inégalités injustifiables. Les associations signataires de ce courrier se mobiliseront pour un mariage civil pour tou.te.s sans compromis et se disent prêtes aujourd’hui à mener campagne pour ce projet s’il devait être soumis en votation populaire.

Lors de la mise en œuvre du partenariat enregistré qui a été approuvé par le peuple en votation fédérale en 2005, les couples de même sexe avaient déjà subi les compromis qui avaient alors conduit à certaines exclusions de droits, tels que l’adoption de l’enfant du partenaire et l’adoption conjointe, le droit de cité et la rente de veuve. Il a fallu dix ans pour permettre l’adoption de l’enfant du partenaire. Les femmes, en premier lieu, subiraient aujourd’hui à nouveau une réelle discrimination si la mise en œuvre du mariage civil pour tou.te.s devait exclure, par exemple, l’accès à la procréation médicalement assistée et la rente de survivant.

Le peuple suisse l’a démontré au travers de sondages récents, il est favorable à l’ouverture du mariage pour tou.te.s aux couples de même sexe. Les récentes consultations populaires à l’étranger indiquent que la société est aujourd’hui prête à franchir le pas (ex : Irlande, votation en 2015, 62,1 % de oui). Le mariage civil pour tou.te.s est du reste en vigueur dans 16 pays européens. Le Parlement fédéral jouera un rôle essentiel avec un projet progressiste, conforme aux attentes de la population, tout comme à la réalité des familles et des couples arc-en-ciel. La commission juridique du Conseil national doit aujourd’hui lui donner un signal clair et fort. Nous comptons sur vous !

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à ce courrier. Veuillez recevoir, Madame la Conseillère nationale, Monsieur le Conseiller national, nos salutations distinguées.

Sont signataires de ce courrier les associations et organisations suivantes :

Les associations romandes :

Alpagai, association LGBT Valais

La Fédération genevoise des Associations LGBT

  • 360, association LGBT
  • Dialogai, association gay
  • Lestime, association lesbienne
  • Parents d’homos, groupement de parents d’homosexuel.le.s
  • Thinkout, association des étudiant.e.s LGBT + friends

Juragai, association mixte de l’Arc jurassien

Les Klamydia’s, association pour la santé sexuelle des femmes qui aiment les femmes*

Lilith, association romande de femmes homosexuelles

LWork, réseau professionnel romand de femmes homosexuelles

PAV, association vaudoise d’aide et de soutien aux personnes victimes de violence

Sarigai, association LGBT Fribourg

Togayther, association LGBT Neuchâtel

Vogay, association vaudoise pour la diversité sexuelle et de genre

Les organisations nationales :

L’organisation suisse des lesbiennes LOS

L’association faitière Familles Arc-en-ciel

Wybernet – Réseau alémanique de femmes lesbiennes professionnellement engagées

17:43 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/06/2018

Une mobilité soucieuse de l’environnement ?

Malgré le tollé que sa proposition avait suscité à l’époque, le dorénavant ex-Conseiller d’Etat Luc Barthassat avait persisté et signé en autorisant les motos et autres scooters à circuler sur certaines voies de bus. Il s’agissait pour lui de «  fluidifier le trafic » et « d’éviter aux deux roues de zigzaguer entre les véhicules pour améliorer la sécurité ».

Cette mesure « poudre aux yeux », et purement électoraliste, est entrain de faire long feu puisque le département des infrastructures a décidé de mettre fin à l’essai des deux-roues motorisés sur la route des Jeunes. Celui qui se déroule sur la route de Ferney devrait, en toute logique, connaître le même sort à l’issue de la phase test.

Le successeur de Luc Barthassat, pourtant issu du même parti, a bien compris que cette mesure ne permettait en rien d’améliorer les problèmes de circulation à Genève, ralentissait les transports publics et ne faisait pas avancer d’un pouce la mobilité douce.

A ce sujet, les infrastructures, tout particulièrement les pistes cyclables, manquent cruellement à Genève ce qui retient de nombreux cyclistes potentiels de monter sur leur vélo alors que l’on sait que ce moyen de transport est très efficace en ville, non polluant, non bruyant et excellent pour la santé !

Espérons que cette décision de Serge Dal Busco augure d’une politique de la mobilité qui mettra au centre de ses préoccupations la recherche d’un environnement sain dont nous serons toutes et tous les bénéficiaires !

18:21 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

29/05/2018

Dix ans d'engagement pour les jeunes LGBT

IMG_2537.jpgDiscours de la co-présidence de la Fédération genevoise des associations LGBT prononcé à l'occasion des 10 ans de Totem, groupe de rencontre, de soutien et d'écoute pour les jeunes LGBT ou tout jeune qui se questionne sur son orientation sexuelle ou son identité de genre, le 18 mai dernier.

La Fédération a été créée dans le but de renforcer le poids politique des associations LGBT genevoise face aux interlocuteurs étatiques, mais aussi pour mener des projets que les associations seules ne pouvaient pas mener par manque de moyens financiers et/ou humains. Totem a été l’un des premiers projets de la Fédération depuis sa création en 2008, car il manquait cruellement un lieu où les jeunes LGBT pouvaient se retrouver en toute sécurité et en toute confiance pour discuter et s’entraider. Il était donc nécessaire de développer un lieu pour les jeunes, mais aussi géré par les jeunes ou celles-ci et ceux-ci pourraient se retrouver entre eux-elles.

Ainsi, grâce au travail bénévole des premiers animateurs.trices, le projet a pu voir le jour et il s’est développé de manière très importante. Totem est un projet essentiel de la Fédération dont nous sommes fier.e.s et que nous chérissons. Le paysage des questions LGBT à Genève a passablement changé en 10 ans. Nous avons avancé de manière très significative sur le plan de notre implication dans l’éducation et nous avons développé un partenariat solide avec le DIP pour des formations d’enseignant.e.s et des interventions dans des établissements scolaires. Au début, c’était surtout les animateurs.trices de Totem qui assuraient ces interventions et nous les en remercions, car ces premières expériences positives ont apporté la confiance entre la Fédération et le DIP.

Nous sommes donc fier.e.s aujourd’hui de nous réunir pour fêter les 10 ans de Totem et de remercier toute personne qui, de près ou de loin, a contribué à son succès. Nous tenons toutefois à remercier tout particulièrement Federica et Julien, deux piliers de Totem, qui par leur engagement et leur pugnacité ont amélioré sans cesse ce projet, avec le soutien indispensable de Delphine, qui se porte bien aujourd’hui. Federica et Julien ont su semer la culture de l’engagement et ont inspiré d’autres animateurs.trices. Leur engagement est précieux pour les jeunes qui fréquentent Totem mais aussi pour elles-eux, car c’est une expérience précieuse de solidarité, d’empathie, de fraternité et de sororité.

Nous sommes sûr.e.s que si nous pouvions donner la parole à chacun.e des jeunes LGBT qui sont passés par Totem, nous nous rendrions compte de plus près de tout ce que cela leur a apporté, à commencer très certainement par la confiance et l’estime de soi.

En 2016, des modifications de la gouvernance de Totem ont été approuvées avec, notamment, la création d’un poste de référente pour l’équipe des animateurs.trices occupée par Fatou, qui s’est également beaucoup engagée pour Totem ces dernières années. Ce poste renforce l’équipe et lui donne plus de cohésion. C’est grâce à la subvention de la Ville de Genève, notre partenaire indéfectible, que ce poste a pu voir le jour.

Une Ville de Genève, représentée ce soir par Guillaume Mandicourt, que nous remercions chaleureusement pour son engagement non seulement pour Totem, mais également pour la Fédération et pour ses associations membres (Lestime, Dialogai, Think Out, Parents d’homo, 360) bien évidemment indissociables de la Fédération, sans lesquelles elle n’existerait pas, qui apportent également leur soutien à Totem.

Longue vie à Totem !

MAH_7692_Didier-Lorena.jpg

 

 

Lorena Parini et Didier Bonny, co-président.e de la Fédération

(photo Bettina Jacot-descombes)

 

 

 

Pour en savoir plus sur Totem:

http://www.federationlgbt-geneve.ch/projets/totem-jeunes-...

Pour en savoir plus sur la Fédération genevoise des associations LGBT: 

http://www.federationlgbt-geneve.ch/

 

20:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

27/05/2018

Très chers médicaments

J’ai franchi le pas. Pour la première fois, je suis allé avec mon ordonnance en France voisine. La différence de prix est tellement énorme que cela vaut la peine de prendre le « risque » de ne pas se faire rembourser par son assurance au cas où la franchise, surtout quand elle est élevée, serait dépassée au cours de l’année. 

La preuve? Ou plutôt les preuves?

90 pilules pour lutter contre le rhume des foins: 

- En Suisse, 52 francs 10 auxquels il faut ajouter les 7 francs et des poussières de taxes en pharmacie.

- En France, 11 euros 40, soit presque 5 fois moins cher! 

Un spray nasal contre les allergies:

- En Suisse, 42 francs 10.

- En France, 6 euros et 72 centimes, soit presque 6 fois moins cher! 

Qui dit mieux ou pire, suivant le point de vue? 

Rien de neuf quant au constat que le prix des médicaments en Suisse est très élevé, mais dans des proportions pareilles, c’est vraiment scandaleux. A quand la possibilité de se faire rembourser par son assurance les médicaments achetés à l'étranger pour faire pression sur les prix en Suisse et ainsi agir sur les primes maladie? 

11:54 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

04/05/2018

CFF : des prix renversants

IMG_2457.jpgVoyager en train, c’est cher. C’est en tout cas ce que pense une majorité des gens. Certes, avec le demi-tarif, et à condition de l’utiliser tout de même plusieurs fois par année pour le rentabiliser, c’est déjà plus abordable. Mais un aller-retour Genève-Berne à 51 francs, ce n’est tout de même pas donné, surtout si on est plusieurs adultes.

Il est toutefois possible de voyager avec les CFF à des prix défiant toute concurrence.  Je l’ai découvert presque par hasard en voulant me rendre à Delémont au début du mois d’avril. J’avais certes lu à la fin du mois de mars que les CFF allaient revoir à la baisse une partie de leurs prix avec notamment des billets dégriffés dont le prix normal pourrait être réduit de 70%, en particulier aux heures creuses.

Quelle n’a donc pas été ma (bonne) surprise lorsque voulant acheter mon billet pour Delémont un samedi en partant à 7h15 de Genève et à 17h45 de Delémont, pas vraiment des heures creuses, que l’aller et retour était à 19 francs et 20 centimes au lieu de 64 francs avec le demi-tarif ! Un prix renversant ! J’ai à partir de là regarder d’autres offres et ai pu constater qu’à certaines heures un Genève-Berne coûtait 7 francs 70 ou encore un Genève-Lugano 27 francs 40 !

Alors bien sûr, mieux vaut réserver son billet dès que son achat est possible, soit 30 jours à l’avance, et avoir de la souplesse au niveau de ses horaires pour voyager à petit prix avec les CFF. A moins d’être suffisamment réactif, et un peu chanceux, pour obtenir une carte journalière à…29 francs (toujours avec le demi-tarif) et là plus aucune contrainte d’horaire et plus d’excuses pour privilégier ce moyen de transport qui préserve notre environnement !

15:13 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |