31/08/2012

Actes de violence en baisse

La sécurité, ou plutôt l’insécurité, est un thème qui fait très régulièrement la Une des journaux. Elle est aussi le fonds de commerce des partis populiste et d’extrême droite, ce qui a pour conséquence une surenchère des partis du centre droit et de la droite.

Que l’on me comprenne bien, je ne nie pas qu’il y ait des problèmes de sécurité dans notre République, mais je constate que pour attirer l’électrice et l’électeur, il est plus facile de mettre en avant ce qui va mal que le contraire. Un exemple ?

 

Le Service de la recherche en éducation (SRED) a publié récemment son rapport sur les actes de violence dans les établissements publics genevois d'enseignement pour l’année scolaire 2011-2012 recensés par l’intermédiaire d’une application nommée SIGNA (rapport disponible à l’adresse http://www.ge.ch/recherche-education/signa). Qui en a parlé ? Je n’ai quant à moi rien lu, ni entendu, mais cela a pu m’échapper.

 

Quoiqu’il en soit, le recensement systématique des actes de violence dans tous les établissements d'enseignement publics genevois a débuté durant l'année scolaire 2007-2008 ce qui permet au SRED de dégager certaines tendances. Quelles sont-elles ?

 

1° Pour la troisième fois consécutive, le nombre total d'actes de violence, ce qui fait dire au SRED que « contrairement à certaines idées reçues, la violence en milieu scolaire ne semble pas augmenter quantitativement dans les établissements publics genevois.»

 

2° Le SRED observe que « la comparaison des résultats des quatre années scolaires montre cependant des évolutions différentes selon les degrés d'enseignement. Le nombre des faits de violence signalés a continuellement diminué dans l'enseignement primaire. » Je me permets d’ouvrir une parenthèse à ce sujet en osant l’hypothèse que les directeurs d’établissement scolaire, que certains trouvent inutiles, ne sont peut-être pas pour rien dans cette tendance…« Au CO, il a tout d'abord augmenté jusqu'en 2010-2011, puis diminué cette dernière année. Enfin, au PO, il a diminué jusqu'en 2010-2011 pour augmenter en 2011-2012.»

 

  Le SRED conclut en soulignant que « les tendances dégagées sur la durée montrent que les établissements d'enseignement publics genevois sont peu exposés à des faits graves de violence. Évidemment, tout acte de violence est de trop, mais tout discours alarmiste s'avère caricatural et bien loin de la réalité des faits observés sur le terrain. »

 

La diminution globale des actes de violence dans le milieu scolaire est un signe encourageant. Il serait intéressant qu’une recherche soit faite sur les raisons de cette tendance. Je peux quant à moi, fort de mon expérience de cinq ans à la tête d’un établissement faisant partie du Réseau d’enseignement prioritaire, faire l’hypothèse que le travail en réseau qui s’est beaucoup développé ces dernières années dans le milieu scolaire porte ses fruits. J’aurai l’occasion d’y revenir dans une prochaine chronique.

29/08/2012

Retour du virus en toute indépendance

Il y a très exactement un an, au moment de ma démission du PDC qui flirtait selon moi de beaucoup trop près avec l'UDC, un journaliste de la Tribune de Genève m'avait encouragé à créer mon blog.

Il aura donc fallu un an pour me décider à faire le pas. Une année durant laquelle je me suis bien rendu compte que le virus de la politique n'était pas complètement mort! Il faut dire que les enjeux genevois sont de taille cet automne: rues piétonnes, nouvelle Constitution, élection complémentaire au CA de la Ville de Genève. Il y a de quoi réveiller un virus qui dort, mais en toute indépendance (d'où le titre de mon blog) cette fois-ci, puisque je n'ai plus d'étiquette politique, même si, évidemment, je n'ai pas renié les valeurs qui me sont chères dont celles de la responsabilité individuelle et de la solidarité collective. A suivre.