15/10/2012

Au-delà des querelles partisanes

Une des réactions que j’entends le plus souvent concernant ma candidature indépendante est de savoir comment je ferai pour mettre en pratique ma politique si je suis élu sans un parti qui me soutient. A noter que cette remarque m’est faite uniquement par des personnes qui font ou ont fait de la politique active. Cette question ne préoccupe pas les centaines de personnes que j’ai rencontrées sur des stands, dans des manifestations ou au sein des associations depuis un mois.

Ma candidature se situe au-delà du clivage gauche-droite. Si je suis élu le 4 novembre, cela signifiera aussi que ce message aura été entendu par les électrices et électeurs. Il m’appartiendra alors de rassembler au Conseil municipal pour faire passer les projets que je défends dans mon programme, tout particulièrement l’équilibre entre prévention et répression. Le fait de ne pas défendre les couleurs d’un parti devrait être un avantage, car j’aurai alors comme but celui de trouver des solutions pour le plus grand nombre des habitantes et habitants de la Ville de Genève, au-delà des querelles partisanes. 

Et puis, le soutien d’un parti pour faire passer sa politique n’est de loin pas une garantie ! Qu’en pensent Mme Rochat et MM. Longchamp et Maudet dont le parti, allié avec l’UDC et le MCG, leur a sèchement renvoyé la copie du budget 2013 ? Qu’en pense M. Bertinat dont la candidature est soutenue par le MCG, parti qui veut fusionner les polices cantonale et municipale, alors que le candidat UDC est contre ? Qu’en pense Mme Wenger dont la candidature n’est pas soutenue par « Ensemble à gauche », étiquette sous laquelle elle siège au Conseil municipal ? Qu’en pense enfin le candidat de l’Entente qui n’a d’entente que le nom si l’on se réfère au vote primordial sur le budget 2013 qui a vu ses deux composantes en totale opposition ?

Etre indépendant oblige à rassembler au-delà des querelles partisanes. Ne pas avoir le soutien d’un parti est donc dans le cas précis de ma candidature un avantage plutôt qu’un obstacle !

Les commentaires sont fermés.