19/10/2012

L'échec de la tactique de l'épouvantail

5 semaines de campagne et celles et ceux qui soutiennent le candidat choisi par le PLR n’ont toujours qu’un seul argument à opposer à ma candidature : elle renforcerait les chances du candidat de l’UDC. J’ai même entendu dire que voter pour moi, c’était donner une voix à Eric Bertinat. On croit rêver !

Quoiqu’il en soit, pour en revenir à nos moutons, noirs en l’occurrence, le bloc UDC-MCG représentait aux dernières élections 23% de l'électorat. Le MCG ne fait pas campagne pour le candidat de l’UDC. Pire, le MCG a déposé un projet de loi au Grand Conseil qui demande la suppression de la police municipale ardemment défendue par Eric Bertinat ! Comme soutien, on a déjà vu mieux ! On est donc en droit de douter fortement que l’électorat MCG se mobilisera complètement derrière le candidat UDC. Mais en admettant que cela soit tout de même le cas, il faudra au minimum 33% des voix pour être élu le 4 novembre au Conseil administratif de la Ville de Genève. Cherchez l'erreur!

Si le candidat de l'UDC est élu, cela signifiera donc qu'une partie des électrices et électeurs de l'Entente aura voté pour lui. Si tel devait être le cas, il faudra alors en conclure que le candidat choisi par le PLR n’était pas le bon et ne pas faire porter cet échec à d’autres ! J’ajouterai encore que ma candidature augmentera le taux de participation et que cela rendra d’autant plus difficile l’atteinte des 33% pour le candidat de la droite dure.

De la part de l’Entente, agiter l’épouvantail Bertinat n’a qu’un seul but : effrayer l’électorat centriste, vert et socialiste pour qu’il se précipite dans les bras du candidat de l’Entente et ainsi compenser l’éventuelle défection d’une partie de l’électorat PLR vers la droite dure.

Mais cette tactique, imaginée par les hautes instances des partis de l’Entente, est vouée à l’échec pour deux raisons. Premièrement, les dernières déclarations du candidat choisi par le PLR: il attaque frontalement la Ville de Genève et ses prérogatives en étant prêt à en céder une partie au canton et à en diminuer les recettes. Il montre ainsi qu’elles sont ses véritables intentions. Deuxièmement, dans toute démocratie directe ce sont les citoyennes et citoyens qui choisissent l’issue d’une élection et non pas les partis.

C’est dans cet esprit, loin des tactiques partisanes et politiciennes que je me présente comme candidat indépendant sur la liste N° 5, "Responsabilité individuelle & Solidarité collective". Créer la surprise le 4 novembre est possible!

 

Les commentaires sont fermés.