22/10/2012

De l'efficacité de 24 lignes

Je ne résiste pas à reproduire ici les 24 lignes sur une colonne que le Temps de mercredi passé a généreusement consacrées à ma candidature, soit quand même onze fois moins (!) que pour le candidat choisi par le PLR. Et je ne parle pas de la taille de la photo, évidemment.

Il serait en effet dommage que celles et ceux qui ne lisent pas le Temps ou n'aurait simplement pas vu ces 24 lignes, ce qui ne peut être exclu si on n'a pas une bonne vue, soient privés de l'excellente synthèse du journaliste Marc Moulin (il n'y a là aucune ironie!) à propos de mon concept sur la sécurité.

"Didier Bonny promeut un concept selon lequel les ressources doivent être investies à parité dans la prévention et la répression de l'insécurité. "Une collaboration doit être mise en place entre ces deux pôles, dit-il. Pour combattre le tapage nocturne, les déprédations dans les parcs ou les préaux, on peut imaginer un projet pilote qui impliquerait les travailleurs sociaux, des spécialistes de la prévention de l'alcool et des drogues et les polices municipales et cantonale. On a besoin de la force publique. Mais agir sur les symptômes ne suffit pas." Armer les agents communaux lui paraît prématuré tant qu'une évaluation de leurs prérogatives n'aura pas été faite. Il exclut de les intégrer aux forces cantonales, pour préserver leur rôle de proximité. Pour lui, les postes de police municipale doivent rester ouvert nuit et jour dans les quartiers les plus chauds."

Et si finalement 24 lignes étaient bien plus efficaces que 260 ?

Les commentaires sont fermés.