30/10/2012

"Ma meilleure pub, c'est vous 2!"

Quand j’ai écrit la première version de « Ma meilleure pub, c’est vous ! » le week-end dernier, je ne pouvais évaluer combien cela valait d’affiches sur les trams, les bus, dans la rue, de photos prises avec des « vedettes » ou encore de publicités dans les journaux.
Evidemment, je ne peux guère mieux l’évaluer aujourd’hui.

Mais ce qui est sûr, c’est que ces trois derniers jours j’ai eu tellement de personnes qui sont venues spontanément vers moi pour me dire qu’elles avaient non seulement voté la liste 5, mais aussi qu’elles l’avaient faite voter dans leur entourage et au-delà qu’il est sûr et certain que « ma meilleure pub, c’est vous ! » Merci à celles et ceux qui vont continuer jusqu’à dimanche midi de se mobiliser pour que ma candidature indépendante crée la surprise le 4 novembre : c’est vraiment possible !

Et si vous manquez d’arguments, n’hésitez pas à vous inspirer des témoignages qui se trouvent ci-dessous dans ce qui est la version « longue » de « Ma meilleure pub, c’est vous ! », un petit clin d’œil à ma passion pour le cinéma.

1. « Votre slogan « Responsabilité individuelle & Solidarité collective », résume  le centre de gravité que devrait avoir la société genevoise, et ceci tant dans les valeurs économiques/entrepreneuriales, sociales qu’environnementales. Genève a besoin de personnes connaissant les dossiers et leurs implications finales sur le terrain. De personnes voulant trouver des solutions aux problèmes, par une implication de toutes les parties prenantes. Enfin, de personnes ayant une vision destinée à l’ensemble de la société. Je pense que vous êtes cette personne. »

2. « Je vais voter pour un homme intègre et courageux. »

3. « Voter pour vous, c’est un bonus pour l’avenir, et en plus vous avez de l’humour ! »

4. « Expériences et engagements sociétaux concrets, ouverture d'esprit, représentation parfaite du monde progressiste, le 4 novembre prochain je voterai pour vous. »

5. « Mon mari et moi (avec beaucoup d’autres je suis sûre et j’espère) avons été ravis d’apprendre votre candidature! Franchement, je n’aurais pas mis autre chose qu’un bulletin blanc dans l’enveloppe si vous ne vous étiez pas présenté. Je trouve très courageux cette façon de se porter candidat en indépendant et je crois que votre démarche apporte de l’air frais et une envie de se mobiliser à des personnes un peu fatiguées de la politique (mais non du politique !)… »

6. « Vous êtes proche des gens, en allant à leur rencontre. Cette attitude est la meilleure, car elle montre un esprit d'ouverture certain envers les électrices et électeurs. »

7. « Merci de vous être présenté, vous êtes le seul des candidats qui donne l'impression d'avoir vraiment envie de faire quelque chose pour la Ville. »

8. « Bravo pour votre courage politique ! »

9. « Je voudrais vous dire merci pour votre candidature. Cette ville a besoin de gens comme vous, avec de l'expérience, tout en étant capable d'innover, avec de l'humour, mais sachant aussi pousser des coups de gueule. Qui sait écouter les autres, mais aussi tenir compte du collectif. 100% avec vous! »

10. « Très bien l’équilibre entre répression et prévention. »

11. « Entre indépendants, on se serre les coudes. »

12. L’article que Catherine Armand a écrit sur son blog le 22 octobre dernier :


http://catherinearmand.blog.tdg.ch/archive/2012/10/22/le-...

13. L’article que Grégoire Barbey a écrit sur son blog le 22 septembre dernier :

http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/09/22/...

14. L’article que Sylvain Thévoz a écrit sur son blog le 15 septembre dernier :

http://commecacestdit.blog.tdg.ch/archive/2012/09/15/bugs...

15. L’article que Pascal Décaillet a écrit sur son blog le 14 septembre dernier : 

 http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2012/09/14/bon...


 

17:07 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

28/10/2012

Ma meilleure pub, c'est vous!

Dans très exactement une semaine, les résultats à l’élection complémentaire pour le Conseil administratif de la Ville de Genève seront connus. Nous sommes donc dans la dernière ligne droite. L’occasion pour moi de vous livrer les dix témoignages qui m’ont le plus touché lors des six semaines de campagne écoulées et à travers eux de remercier toutes celles et ceux qui ont déjà voté, fait voter, voteront et feront voter la liste n°5 jusqu’à dimanche prochain. Créer la surprise le 4 novembre est possible !

1. « Votre slogan « Responsabilité individuelle & Solidarité collective », résume  le centre de gravité que devrait avoir la société genevoise, et ceci tant dans les valeurs économiques/entrepreneuriales, sociales qu’environnementales. Genève a besoin de personnes connaissant les dossiers et leurs implications finales sur le terrain. De personnes voulant trouver des solutions aux problèmes, par une implication de toutes les parties prenantes. Enfin, de personnes ayant une vision destinée à l’ensemble de la société. Je pense que vous êtes cette personne. »

2. « Je vais voter pour un homme intègre et courageux. »

3. « Voter pour vous, c’est un bonus pour l’avenir, et en plus vous avez de l’humour ! »

4. « Expériences et engagements sociétaux concrets, ouverture d'esprit, représentation parfaite du monde progressiste, le 4 novembre prochain je voterai pour vous. »

5. « Mon mari et moi (avec beaucoup d’autres je suis sûre et j’espère) avons été ravis d’apprendre votre candidature! Franchement, je n’aurais pas mis autre chose qu’un bulletin blanc dans l’enveloppe si vous ne vous étiez pas présenté. Je trouve très courageux cette façon de se porter candidat en indépendant et je crois que votre démarche apporte de l’air frais et une envie de se mobiliser à des personnes un peu fatiguées de la politique (mais non du politique !)… »

6. « Vous êtes proche des gens, en allant à leur rencontre. Cette attitude est la meilleure, car elle montre un esprit d'ouverture certain envers les électrices et électeurs. »

7. « Merci de vous être présenté, vous êtes le seul des candidats qui donne l'impression d'avoir vraiment envie de faire quelque chose pour la Ville. »

8. « Bravo pour votre courage politique ! »

9. « Je voudrais vous dire merci pour votre candidature. Cette ville a besoin de gens comme vous, avec de l'expérience, tout en étant capable d'innover, avec de l'humour, mais sachant aussi pousser des coups de gueule. Qui sait écouter les autres, mais aussi tenir compte du collectif.  100% avec vous! »

10. Et pour terminer, l’article que Grégoire Barbey a écrit sur son blog le 22 septembre dernier :

http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/09/22/...

 

14:21 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

25/10/2012

1 franc dépensé pour la sécurité = 1 franc dépensé pour la prévention

Etre en sécurité, c’est se sentir à l’abri du danger et protégé par la force publique. Ce sentiment est mis à mal quand il y a des déprédations régulières sur le domaine public, du tapage nocturne ou encore quand les dealers s’approprient des rues, des parcs ou des préaux et que la force publique semble inopérante. Cela n’est pas acceptable. La population attend des réponses concrètes et efficaces pour que la délinquance et les incivilités diminuent.

L’augmentation continue des forces de police, cantonale ou municipale, fait partie de la solution. En effet, une présence accrue des agents de la police municipale sur le terrain permettra de prévenir les agressions et les vols en tout genre, mais ce n’est pas la panacée pour résoudre tous les problèmes. C’est pourquoi je propose la mise en place d’un système de prévention en collaboration avec les forces de sécurité pour faire respecter les dispositions légales. D’où ma proposition « 1 franc dépensé pour la sécurité = 1 franc dépensé pour la prévention ».

Prenons l’exemple des fêtes arrosées dans les parcs : elles génèrent des déchets, des désagréments pour le voisinage et des problèmes d’abus d’alcools, en particulier chez les jeunes. Je souhaite mettre en place un projet pilote comprenant un travailleur social, un policier municipal, un policier cantonal et une personne membre d’une association experte sur les thèmes des conduites addictives. Leur mission : aller à la rencontre de ces jeunes fêtards pour les responsabiliser. Une solution plus constructive que de simplement fermer les préaux, ce qui ne ferait que déplacer le problème dans un autre endroit du quartier. Une telle fermeture ne doit être envisagée qu’en ultime recours, comme ce fut le cas il y a quelques années pour le préau de l’école des Vollandes, aux Eaux-Vives.

En tant que directeur d’établissement scolaire, j’ai pu expérimenter et apprécier  la force du réseau où chacun occupe une place qui permet de resserrer les mailles du filet et d’améliorer le bien vivre ensemble. Cette approche est moins spectaculaire que de faire des déclarations à l’emporte-pièce sur la fermeture de tous les préaux durant la nuit ou l’armement de la police municipale, mais elle vise le long terme.

Le « tout sécuritaire » a ses limites. Développer le volet « prévention », également dans les lieux d’éducation et d’animation sur les conséquences de la drogue et de l’alcoolisme, est essentiel : ne traiter que le symptôme est insuffisant, cela ne règle pas le problème en profondeur. La sécurité, c’est la répression ET la prévention. Une bonne articulation entre les deux est une nécessité pour améliorer la qualité de vie en Ville de Genève.

21:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

24/10/2012

"Entre indépendants, on se serre les coudes."

DSCN0239.JPGJe suis un passionné de cinéma depuis mon adolescence. Il faut dire que j'ai eu la chance à cette époque de pouvoir bénéficier de nombreuses entrées gratuites en échange de la publicité que l'entreprise que dirigeait mon père faisait dans les cinémas! C'est ainsi que chaque fois que j'en avais l'occasion, je me rendais, et la liste n'est pas exhaustive, au "Molard", au "Studio", au "Paris", à "l'Hollywood", à "l'ABC", au "Plaza", au "Brodway", au "Central" au "Caméra movie" ou encore au "Nord-Sud" à la Servette.

Parmi toute cette liste, seul le "Nord-Sud" existe encore. C'est le dernier cinéma indépendant de la rive droite! Une salle qui vit toujours,  et qui n'a pas l'intention de mourir prochainement comme le prouvent les investissements qui viennent d'être faits pour passer au numérique, grâce à la passion de sa patronne pour le cinéma. Une femme formidable que j'ai appris à connaître ces dernières années en fréquentant régulièrement le cinéma de mon quartier, à la programmation intelligente et qui mérite qu'on s'y rende régulièrement.

Quand je lui ai parlé dimanche dernier, entre deux séances, de ma candidature indépendante pour l'élection au Conseil administratif, elle m'a spontanément proposé de laisser mes flyers dans la salle d'attente, alors que je ne lui demandais rien ! Elle m'a dit "qu'être indépendant, c'était dur et qu'il fallait se serrer les coudes!" Ce soutien ne fera certes pas une double page dans un quotidien, mais il me touche énormément. Il symbolise, entre autres, la passion, la culture, la proximité, l'authenticité, la force de caractère, le lien social, le "petit" commerce et bien évidemment l'indépendance.

Un moment très fort de cette campagne!

20:02 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

22/10/2012

De l'efficacité de 24 lignes

Je ne résiste pas à reproduire ici les 24 lignes sur une colonne que le Temps de mercredi passé a généreusement consacrées à ma candidature, soit quand même onze fois moins (!) que pour le candidat choisi par le PLR. Et je ne parle pas de la taille de la photo, évidemment.

Il serait en effet dommage que celles et ceux qui ne lisent pas le Temps ou n'aurait simplement pas vu ces 24 lignes, ce qui ne peut être exclu si on n'a pas une bonne vue, soient privés de l'excellente synthèse du journaliste Marc Moulin (il n'y a là aucune ironie!) à propos de mon concept sur la sécurité.

"Didier Bonny promeut un concept selon lequel les ressources doivent être investies à parité dans la prévention et la répression de l'insécurité. "Une collaboration doit être mise en place entre ces deux pôles, dit-il. Pour combattre le tapage nocturne, les déprédations dans les parcs ou les préaux, on peut imaginer un projet pilote qui impliquerait les travailleurs sociaux, des spécialistes de la prévention de l'alcool et des drogues et les polices municipales et cantonale. On a besoin de la force publique. Mais agir sur les symptômes ne suffit pas." Armer les agents communaux lui paraît prématuré tant qu'une évaluation de leurs prérogatives n'aura pas été faite. Il exclut de les intégrer aux forces cantonales, pour préserver leur rôle de proximité. Pour lui, les postes de police municipale doivent rester ouvert nuit et jour dans les quartiers les plus chauds."

Et si finalement 24 lignes étaient bien plus efficaces que 260 ?

21:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |