05/11/2012

Un jour après la campagne

Après « une semaine de campagne » et « un week-end de campagne », il m’a paru logique de terminer cette série par « un jour après la campagne ».  Après une aventure, car cela en fut bien une, aussi intense, les heures qui suivent, surtout quand le résultat n’est pas à la hauteur des espérances, peuvent s’avérer difficiles à négocier si tout à coup le vide surgit sous vos pieds…Heureusement, cela n’a pas été le cas !

Des dizaines de messages me sont parvenus au cours des dernières 24 heures me faisant petit à petit prendre conscience qu’obtenir 3918 voix, représentant 13,2% des (seulement) 27% des électrices et électeurs qui ont voté pour cette élection complémentaire au Conseil administratif de la Ville de Genève, était en fait un résultat tout à fait honorable. En effet, sans parti derrière soi et avec un mini budget, il était difficile de faire mieux. La liste 5 obtient même plus de suffrages que toutes les autres listes, à part celle du PLR !

Je suis satisfait d’avoir offert un choix supplémentaire aux électrices et aux électeurs de la Ville de Genève,  même si cela n’a pas été compris, ou voulu être compris, par certains membres du PDC, dont sa présidente qui a tenu des propos fort désobligeants à mon égard (*). Cela n’a pas été le cas avec Guillaume Barrazone avec lequel j’ai entretenu de très bonnes relations du début à la fin de la campagne. Je le lui ai d’ailleurs écrit aujourd’hui en lui souhaitant le meilleur dans sa fonction de Conseiller administratif.

Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seconde. Ces sept semaines de campagne ont été une expérience humaine absolument magnifique et je suis très chanceux d’avoir pu la vivre ! Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné d’une manière ou d’une autre durant cette période et merci aux 3918 personnes qui m'ont fait confiance !

Pour la suite, Grand Conseil ou non, je n’ai pas encore pris de décision. Il y a du pour et du contre et j’ai encore deux ou trois semaines pour y réfléchir. Mais la suite immédiate, c’est dès demain avec un retour à une vie plus « ordinaire », mais tout aussi prenante, avec mon travail de directeur d’établissement scolaire durant la journée et la présidence du comité du Groupe sida Genève en soirée : la vie continue !

 

(*) Interrogée au sujet de l'ex-PDC Didier Bonny, Béatrice Hirsch ne mâche pas ses mots: «C'est difficile pour nous de voir un ami nous faire un croche-patte.» Pour elle, sa candidature est une «vengeance personnelle. Il a été blessé de ne pas être réélu en 2009. Sa candidature est une arnaque parce qu'il ne pourrait pas tenir ses promesses sans groupe ni parti derrière lui.» La présidente qualifie encore le candidat indépendant d'«électron-libre incapable de travailler au sein d'un collège.» (Site de la Tribune de Genève, 4 novembre 2012)

Commentaires

l'avenir nous dira s'ils ont bien fait ou pas de ne pas vous soutenir comme candidat ces pdc là, si l'on peut espérer quelque chose d'un partit de droite...personnellement j'ai voté pour malika wenger car je vote à gauche, mais je vous ai regardé avec intérêt...je pense que aux portes du changement on ne regardera plus les gens entre droite ou gauche, mais entre aimants et haineux...responsables et irresponsables , honnêtes ou malhonnêtes, entre compétents et incompétents...de tout bords...
un chose est sure le mot "honnête " vous va très bien, et ce n'est pas une valeur de pacotille de nos jours...

Écrit par : luzia | 06/11/2012

@Luzia: je vous remercie d'avoir pris la peine de m'écrire ces quelques lignes que j'apprécie à leur juste valeur.

Écrit par : Didier Bonny | 06/11/2012

Les commentaires sont fermés.