07/11/2012

Déshumaniser la fonction publique

La locomotive PLR et son wagon PDC ont donc déposé un projet de loi pour supprimer le Plend qui permet de compenser en partie la perte financière subie par les fonctionnaires qui prennent une retraite anticipée. Cette mesure, qui date de 1995, a été mise en place à l’époque par un libéral pour, on s’en doute, faire des économies (non remplacement du poste libéré pendant 6 mois et engagement d’un personnel plus jeune coûtant moins cher) et non pas pour accorder un quelconque privilège aux fonctionnaires. Ce n’est donc pas à l’origine un cadeau, comme le laisse sous-entendre l’Entente.

Il apparaît aujourd’hui que ce plan n’a pas eu les effets escomptés. L’Entente souhaite donc le supprimer, car il coûte une trentaine de millions par année. Dans cette période budgétaire compliquée, il est normal que des propositions d'économie voient le jour. Ce qui l'est moins, c'est que ce soit souvent (toujours?) les mêmes qui fassent l'objet de ces propositions d'économie.

En effet, quand M. Weiss, conducteur de la locomotive, déclare dans la Tribune de Genève de ce jour qu’ « on demande au contribuable de faire acte de solidarité en payant 130 millions par an pour la fusion des caisses CIA et CEH, la fonction publique peut aussi faire un effort pour soulager le fardeau du contribuable», c’est une attaque en règle contre la fonction publique. Depuis quand les fonctionnaires ne sont-ils pas également des contribuables ? Pour la fusion des caisses, les fonctionnaires vont passer deux fois à la…caisse, comme contribuables et comme salariés, il ne faudrait pas l’oublier. Sont-ils responsables de l’effondrement des marchés boursiers de ces dernières années ? Evidemment que non. La fonction publique, ce sont des femmes et des hommes qui travaillent au service de l’Etat, ce n’est pas quelque chose d’abstrait. Le PLR et son allié PDC ont tout intérêt à « déshumaniser » la fonction publique, il n’en sera dès lors que plus facile de démanteler petit à petit l’Etat.

Prise isolément, la proposition de la suppression du Plend peut à la limite ne pas être vue comme « une mesure antifonctionnaires » selon les propos de la présidente du PDC. Mais quand on l’ajoute aux autres (suppression du pont de fin d’année, suppression de l’annuité, augmentation de la taxe personnelle aussi valable pour les fonctionnaires qui, au risque de me répéter, sont aussi des contribuables), il est clair que c’est une attaque contre elle.

C’est un choix politique. Il s’agira de l’assumer au moment des résultats des élections de l’automne prochain. Un choix qui peut s’avérer dangereux, surtout quand on n’est pas la locomotive.

Commentaires

On sent à vous lire tout l'amour que vous portez à votre ancien parti,le PDC.

Écrit par : Bertrand Buchs | 08/11/2012

vous prenez le choix de ne rien faire surtout pas froisser la fonction publique qui pourrait voter

vous faites du populisme

Écrit par : fernand | 08/11/2012

Les commentaires sont fermés.