01/12/2012

Exclure le sida, pas les séropositifs!

Depuis 1988, la Journée mondiale de lutte contre le sida est l'occasion de rendre visibles les réalités épidémiologiques, médicales, sociales et culturelles du VIH/sida, ainsi que les efforts entrepris aux niveaux international, national et local pour lutter contre l'épidémie.

En Suisse, plus de 600 personnes ont encore découvert leur séropositivité cette année et une personne sur 100 vit avec le virus dans notre canton, qui reste le plus touché de Suisse. Dans le monde, le nombre de personnes ayant accès au traitement antirétroviral a augmenté de 63 % sur les 24 derniers mois, les décès liés au sida ont diminué de plus de 25 % entre 2005 et 2011, mais il y a encore 7 millions de personnes qui ont un besoin urgent de traitement antirétroviral pour survivre et qui n’y ont pas accès.

C'est pourquoi il faut garder à l’esprit que le 1er décembre est avant tout une journée de solidarité envers les personnes affectées par cette maladie, soit 25 000 en Suisse et 34 millions dans le monde.

Depuis quelques années, le message diffusé dans toute la Suisse à l’occasion de cette Journée mondiale de lutte contre le sida reste identique : « C’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs ».

Il faut savoir en effet que le rejet et l’exclusion sont des facteurs de propagation de l’épidémie : ils empêchent les personnes porteuses du VIH ou les plus vulnérables au virus d’en parler ouvertement, d’aller chercher de l’information ou du matériel de prévention auprès des associations ; ils les découragent d’aller faire un test de dépistage, de consulter un médecin et de demander de l’aide.

Les attitudes et discours stigmatisants et culpabilisants sont autant d’obstacles à la prévention et au traitement, c’est-à-dire au combat contre l’épidémie. Nous en sommes par conséquent toutes et tous les victimes, les personnes séropositives comme l’ensemble de notre société.

Une initiative comme celle de la Mairie du Grand-Saconnex, après celles de Vernier et de Carouge en 2010 et 2011, d’illuminer un arbre avec le ruban rouge symbole de la lutte contre le sida, transmet un message de solidarité, de responsabilité sociale, de fraternité et de sensibilisation. C’est essentiel pour la lutte contre le sida.

Le combat contre la maladie est encore loin d’être gagné, comme tentent à le prouver les chiffres encore provisoires du nombre d’infections en hausse pour 2012 dans notre pays,  il convient donc de continuer à se mobiliser!

Commentaires

Les chiffres en hausse interrogent aussi sur l'état des comportements sexuels en Suisse, en Europe et dans le monde.

Considérant que le porno contribue pour partie à (més)éduquer les adolescents à la sexualité, que les comportements à risque se multiplient et touchent des publics très jeunes, et que l'on ne fait bien que ce à quoi on a été un tant soit peu initié-e (attention à ne pas mal comprendre ce terme), est-ce qu'il n'y aurait pas intérêt à repenser un peu les approches de la sexualité dans son ensemble?

J'emploie le mot "initier" plutôt qu'"éduquer", parce qu'intuitivement, je pense que l'initiation touche pleins de moments dans une journée: pas seulement sur les bancs de l'école, mais aussi entre amis, en famille, etc. Pas étonnant qu'ils soient démunis et perdus!

D'une certaine manière, les jeunes sont initiés à la sexualité par des pubs dégradantes et parfois agressives, les films et des séries tv, les tubes et les clips, la frime entre potes...

Bien à vous, belle journée

Écrit par : Sérum | 01/12/2012

Les commentaires sont fermés.