06/12/2012

Député en sursis

Comme prévu, la commission des droits politiques s’est réunie hier en fin d'après-midi pour statuer sur la compatibilité de mon mandat de député avec ma fonction de directeur d’établissement scolaire. Elle n'a pas pris de décision, ce qui n'est pas vraiment surprenant.

J’imagine que, d’un côté, il y a les députés qui veulent appliquer la loi strictu sensu et, d’un autre côté, les députés qui sont partisans d’une application moins restrictive de cette dernière, comme cela a été le cas lors de la précédente législature, ce qui ne facilite évidemment pas la décision.

En effet, si mon incompatibilité était prononcée, comment justifier que j’aie pu siéger lors de la précédente législature, alors que ma situation professionnelle est toujours la même,  et pas cette fois-ci ?

Le suspense continue et pourrait bien se prolonger au-delà de 2012 si l’on en croit le communiqué de presse (fait exceptionnel !) que la commission des droits politiques a fait parvenir aux médias mercredi en début de soirée et dont vous pouvez lire le contenu ci-dessous.

A suivre... 

                                                                          Genève, le 5 décembre 2012

Commission des droits politiques, examen de la compatibilité de M. Didier Bonny

Mesdames et Messieurs les représentant-e-s de la presse et des médias,

Lors de sa séance de ce jour, la Commission des droits politiques a commencé à examiner la compatibilité de M. Didier Bonny. Afin d’avoir tous les éléments pour se déterminer, la majorité de la Commission a sollicité des informations complémentaires. La Commission reprendra l’examen de la compatibilité de M. Didier Bonny lorsqu’elle aura en sa possession les compléments demandés.

                                                                   Pour la commission des droits politiques :
      
                                                                   Serge Hiltpold
                                                                   Président

Les commentaires sont fermés.