14/01/2013

En quête de nourriture

Quatre faits récents, deux expériences vécues et deux lectures d’articles, mis bout à bout m’ont poussé à mettre par écrit mon impuissance face à une situation effarante et bien connue, mais peut-être pas dans son ampleur : une partie de la Planète meurt de faim et l’autre jette à n’en plus finir.

1° Pendant les vacances de Noël, je me suis rendu pour la deuxième fois en moins de deux ans au Brésil, pays immense (16 fois la France !) et magnifique, en plein essor économique, mais où les inégalités sont énormes. Ce contraste est frappant, particulièrement dans les grandes villes comme Rio. Il est renforcé par le fait que quand vous vous rendez dans un restaurant, peu importe la catégorie, il y a toujours trop à manger. Une partie de votre repas finit donc à la poubelle alors qu’un tiers des habitants de Rio vit en-dessous du seuil de pauvreté.

2° En rentrant de mes vacances, je suis allé dans une clinique privée pour rendre visite à un membre de ma famille opéré suite à un accident. J’y ai appris que toute la nourriture qui franchissait le seuil de la porte de la chambre était jetée, y compris ce qui n’avait pas été entamé et était emballé (petits pots de confiture ou portion de beurre, par exemple). Raison invoquée : les risques de contamination. La vraie raison ne serait-elle pas que cela coûte moins cher de tout jeter plutôt que de trier ce qui reste sur les plateaux repas ?

3° Le mardi 8 janvier, je lis un reportage sur Haïti dans la Tribune de Genève. J’y apprends que le Programme alimentaire mondial a coupé ses subventions à un foyer s’occupant d’enfants. Celui-ci a été obligé de réduire les portions du seul repas journalier donné aux enfants.

4° Enfin, le vendredi 11 janvier dans le Courrier et le samedi 12 janvier dans la Tribune de Genève, j’apprends qu’entre 30 et 50% de la production alimentaire mondiale finissent dans les poubelles alors qu’ils pourraient être consommés ! Ceci représente entre 1,2 et 2…milliards de tonnes de nourriture. Si ce gaspillage dans les pays du tiers-monde et en voie de développement est dû avant tout à des problèmes de capacité financière et de moyens techniques pour récolter et stocker la production (le Vietnam perd jusqu’à 80% de sa production de riz !), il n’en est pas de même dans les pays développés. C’est la culture de consommation qui en est la cause : productions non récoltées, car ne correspondant pas aux standards et 30 à 50% des produits achetés qui ne sont pas consommés et donc jetés à la poubelle !

Conclusion : chacun peut agir pour diminuer sa part de produits consommables jetés à la poubelle. Cela n’améliorera bien évidemment en rien la lutte contre la faim dans le monde (y compris dans nos pays développés !) et c’est frustrant.  Mais c’est une façon de se montrer solidaire avec celles et ceux pour qui la préoccupation journalière est de trouver de quoi se nourrir. C’est déjà mieux que rien.

Commentaires

C'est bien connu depuis la fin dela guerre ou le stress existait déjà que plus un humain est mis sous pression ou il achète n'importe quoi ou il fait ou dit n'importe quoi sinon c'est l'implosion avec le suicide à la clé
On ne peut donc pas dire logiquement sans statistique basée elle sur un logiciel qui ne tient jamais compte du bonheur des humains que tout soit mis en oeuvre pour le rendre zen pendant ses achats surtout ou la musique souvent accompagnées de publicité le prendra encore mieux en otage afin de le faire dépenser davantage .En plus ça rire/rire
Chez les petits commerçants le stress était celui du détaillant toujour aux bons soins du client et jamais avec de la musique de fond ce qui permettait aux clients de n'acheter que le nécessaire et rien de plus
Donc dire vous les Suisses comme on entend nalheureusement trop souvent vous gaspillez trop,de un c'est l'Etat qui gaspille leur argent et de deux il font ce qu'il peuvent avec les moyens du bord.Ils ne sont en rien responsables de l'irresponsabilité des grande surfaces qui ont tout avantage ¨à ce qu'il achètent vite et en grande vitesse pour fuir des endroits bruyants
Et qu'à force de lavage de cerveau ils feront de plus en plus le contraire pour montrer qu'il n'appartient pas à l'Etat ou a un parti quelconque de leur donner des leçons d'économie
bonne soirée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 14/01/2013

Je me permets de revenir,la propagande allemande on l'a connue et ce encore après 45 aussi ce rabachage en continu auprès des citoyens montre bien le manque de psychologie actuelle .
Tous ceux qui ont de ados savent que plus on leur répète ce qu'ils doivent faire plus ils feront tout le contraire ce de qu'on exige d'eux .Le modèle du parent doit s'effacer pour laisser devenir adulte celui- ci .
Aussi en répétant inlassablement ce qui ressemble de plus en plus au lavage de cerveau le citoyen qui triait avant ne trie plus ou n'importe comment le temps des Tsars est révolu surtout en voyant des déchetteries qui ferment jugées trop couteuses alors en voyant son argent gaspillé le peuple lui aussi a le droit de manifester son mécontentement

Écrit par : lovsmeralda | 14/01/2013

Les commentaires sont fermés.