04/02/2013

Service Réellement En Danger (SRED)

Si l'on en croit le Courrier du 1er février, une fois de plus la confidentialité des travaux de commission n'a pas été respectée, une majorité des commissaires aux finances aurait décidé de supprimer un service entier de l'Etat, le SRED (Service de la recherche en éducation) avec ses 30 postes et ses 40 collaborateurs.

Si cette décision était confirmée par la commission des finances, puis par le Grand Conseil lors du vote du budget 2013, quelles en seraient les conséquences? Pour le savoir, il suffit de se pencher sur les prestations du SRED qui sont au nombre de quatre:

1° Approfondir certaines questions de recherche qui sont en lien direct avec les prestations du DIP ou apportent un éclairage sur des enjeux de la recherche en sciences de l'éducation.

2° Produire de manière permanente l’ensemble des indicateurs du système genevois d’enseignement et de formation qui permettent de suivre le système dans le temps et évaluer les innovations du DIP.

3° Exploiter en continu les bases de données du DIP pour élaborer les statistiques sur le système éducatif genevois et ainsi assurer la production et la transmission des données cantonales genevoises pour les statistiques de l’Office fédéral de la statistique.

4° Prévoir les effectifs d'élèves et les besoins en personnel enseignant pour les trois ordres d'enseignement et établir pour une quinzaine de communes le nombre d'élèves prévus lors des rentrées scolaires.

Si le SRED devait disparaître, il n'y aurait donc plus de recherches, plus de suivi des prestations du DIP, plus d'indicateurs permettant de suivre l'évolution de l'enseignement genevois, plus de statistiques et plus de prévisions sur le nombre d'élèves à venir permettant une planification essentielle des besoins en locaux scolaires pour les communes!

Bien évidemment, cela n'est pas possible. Il faudra donc externaliser ces prestations et/ou les faire dans d'autres services de l'Etat! Et pour quels coûts? Pour quelle efficacité par rapport à ce qui se fait à présent?

Avant de voter une mesure aussi radicale (libérale-radicale), celles et ceux qui la soutiennent feraient mieux de se poser ces questions sous peine de se tirer une balle dans le pied!

Commentaires

En ces temps de disette, la commission des finances se voit saisie par le parlement pour chercher et trouver les services de l'Etat qui pourraient être optimisés en termes de rendement.
Si nous nous en tenons au rôle du SRED, il semble effectivement pratiquement impossible de se passer d'un tel service.
Quels que soient les secteurs, les acteurs concernés par des coupes se battront pour les dénoncer.
Et pourtant, il faudra bien s'y résigner...
J'espère seulement que les décisions de cette commission sont bien basées sur des analyses objectives et profondes plutôt que sur des tendances politiques, des philosophies qui aveugleraient les commissaires.
Mon expérience semble suggérer le contraire malheureusement.
Non seulement les sujets sont relativement complexes et pointus, mais en outre les députés n'ont pas le temps de consulter tous les documents qui leurs sont fournis et ils ont tendance à bouder la consultation des milieux concernés, pourtant les mieux placés pour expliquer de manière synthétique les enjeux.

Écrit par : PIerre Jenni | 04/02/2013

Les commentaires sont fermés.