10/04/2013

Tous des prisonniers?

21 caméras de surveillance aux Pâquis, et après ? 20 de plus aux Eaux-Vives et encore 20 de plus à Plainpalais et ainsi de suite jusqu’à ce que le territoire du canton de Genève soit totalement surveillé ?

A quel prix ? Pour quels résultats ? Difficile bien évidemment de le savoir  avant d’avoir fait l’essai, quand bien même  Lucerne a abandonné sa vidéosurveillance  par manque de résultats, mais Lucerne n’est pas Genève rétorqueront ceux qui soutiennent ce projet.

Avant même qu’il soit voté, il y a peu de chance que cela ne soit pas le cas avec la composition du Grand Conseil actuel, il est toutefois déjà possible de soulever des interrogations.

Des voix supplémentaires pour Pierre Maudet aux Pâquis qui, en habile communicateur qu’il est, fait bien évidemment cette annonce à quelques mois des élections ? Sans doute.

Des investissements (1,9 million pour les caméras des Pâquis) et les frais de fonctionnement qui vont avec (1 million par an !) qui se feront au détriment d’autre chose  puisque le PLR et ses dorénavant nouveaux alliés du MCG et de l’UDC n’arrêtent pas de dire que les caisses sont vides ? Certainement.

L’incivilité, voire la criminalité, qui se déplacera hors du réseau de surveillance nécessitant par la suite l‘extension dudit réseau selon le principe du doigt dans l’engrenage ? Evidemment. Il est intéressant à ce égard de lire sur les réseaux sociaux des commentaires s’étonnant que « leur » rue ne soit pas couverte pas ces caméras avec comme corolaire des endroits où l’on pensera être en sécurité et d’autres pas.

Mais au-delà de toutes ces hypothèses qui risquent fort de se vérifier, il  y a un fait acquis : nous, citoyens et citoyennes de ce canton, sommes de plus en plus surveillés à chaque instant dans nos faits et gestes.  Cela me rappelle cette série des années 60 « Le prisonnier ». Constamment sous surveillance, il se faisait attraper par une énorme bulle à chaque fois qu’il pensait pouvoir s’échapper. Sommes-nous « les prisonniers » d’aujourd’hui ou quand la réalité dépasse la fiction ? Je le crains et cela me dérange.

Les commentaires sont fermés.