04/05/2013

Asile: le choix entre une politique humaniste ou celle de l'exclusion

non9juin.jpg

Alors que le PLR, le PBD et l’UDC ont adopté ce jour leurs mots d’ordre  pour les votations du 9 juin, le Parti Pirate l’a fait il y a déjà quelques semaines. Il appelle à voter NON à l’élection du Conseil fédéral par le peuple, recommandation qui a toutes les chances d’être suivie selon les derniers sondages, et également à voter NON à la révision sur le droit d’asile.

Pour le Parti Pirate, supprimer la possibilité aux réfugiés de déposer une demande d’asile dans les ambassades a comme effet pervers  de les inciter à rejoindre la Suisse en empruntant les chemins mafieux des passeurs et autres trafiquants d’êtres humains. Inacceptable.

Cette modification de la loi signifie également la suppression de la désertion comme motif d’asile alors que, dans le monde, un grand nombre d’armées défendent les régimes en place contre la population comme c’est, par exemple,  le cas en Syrie. Injuste.

Quant aux centres pour « réfugiés  récalcitrants » (une cinquantaine sur 28 000 demandes par année !) prévu dans ce durcissement de la loi, ils risquent bien de poser plus de problèmes que d’en résoudre. Comment sera défini un « réfugié récalcitrant » ? Les mineurs pourront-ils être envoyés dans ces centres puisque la loi ne le précise pas ?  Combien en faut-il ? Où seront-ils placés ? Comment les communes vont-elles accueillir ce type de structures ? Incohérent.

Sous prétexte que cette loi permet l’accélération de la procédure d’asile, il est vrai trop longue, ses défenseurs, sont prêts à sacrifier en bonne partie la tradition humanitaire de la Suisse. Que le PLR, l’UDC, le PBD et les Verts libéraux soient parmi eux, il n’y a hélas là rien d’étonnant. Que le PDC leur emboîte le pas, à l’exception notable des sections genevoises et vaudoises et des Femmes PDC, il n’y a malheureusement plus de quoi s’étonner non plus, tant il est vrai que  le PDC a une forte tendance à oublier ses racines chrétiennes.

Avec la prise de position des partis sur cette votation, on voit donc bien ceux qui placent l’être humain au cœur de leurs préoccupations et ceux  qui font de la surenchère à la politique d’exclusion de l’UDC qui n’en demandait sûrement pas tant !

Commentaires

@Monsieur Bonny,personne ne parle de supprimer l'humanitaire mais soyons logiques et réalistes. En Suisse je pense à ma commune combien d'étrangers pour 10 habitants du pays? les généreux ceux qui ont eut à coeur de donner souvent oubliant parfois et trop souvent leurs proches pour aider des inconnus,combien en reste-t'il?
Hélas les cimetière en ont fait leur plein ces 10 dernières années et les seuls restant à force d'entendre le slogan,les vieux coutent trop cher et le passé faut ne plus jamais y penser,désolée mais ces survivants ont décidé de tourner la page à toute aide exceptée a leurs proches ou à quelques'uns mais connus d'eux seuls
On ne peut décemment pas rabaissser ceux pour qui l'humanitaire était inscrit dans leurs gènes dès la naissance et ensuite avoir l'audace de prétendre à en aider d'autres,cela n'est que pure hypocrisie

Écrit par : lovsmeralda | 04/05/2013

ET on pourrait savoir pourquoi les Pirates ne veulent pas d'une élection du Conseil Fédéral par le peuple ?

Écrit par : Pierre Jenni | 04/05/2013

Raisonnement binaire !!!

Mais que faire d'autre si l'on enterre le débat ?

Écrit par : Corto | 04/05/2013

le problème demande des solutions à sa hauteur, suffit pas de s'appeler pirate pour les trouver!

La loi du droit d'asile doit faire le ménage, c'est un travail de fond et ce droit d'asile doit être clairement défini.
Les fondements et motifs du droit d'asile doivent être clairement établis: et ce, pour le respect des citoyens accueillants, comme pour celui des requérants ayant obtenu leurs droits, de même qu'en respect de l'ordre public!

Les citoyens accueillants sont les contribuables qui vont devoir supporter les générations de requérants: les citoyens devraient même avoir le droit, au niveau des communes, de connaître le pourcentage d'accueil de migrants sur leur sol, et au besoin, de voter pour un arrêt de l'accueil si leurs infrastructures ne peuvent plus supporter l'augmentation de leur population!

L'accès au droit d'asile doit être clair et ne traiter que les demandes pour raisons politiques.

Cette loi doit clairement établir qu'elle n'est pas un droit d'hébergement économique et social.

Le détournement de la loi du droit d'asile par les demandes de migrants pour raisons économiques doit être réglementé

La loi sur le droit d'asile doit inclure le refus des requérants déboutés, des sans-papiers délinquants &/ou condamnés, de tout l'espace Schengen.

La Suisse reste souveraine et en droit de s'organiser face à l'immigration souterraine.
n'est pas un territoire extensible obligé d'accueillir la misère du monde.
n'est pas obligée de baisser le froc devant les socialistes à la française de la CEDH.

Écrit par : Pierre à feu | 05/05/2013

Les commentaires sont fermés.