12/05/2013

Un Réseau de la Petite enfance prioritaire? (journal d'un député indépendant 12)

Le Grand Conseil se prononcera en fin de semaine sur un projet de loi visant à créer plus de places dans les crèches en augmentant le nombre d’enfants pour un  adulte. On peut toutefois  douter que cette mesure permette d’atteindre cet objectif, puisqu’il faut également tenir compte des normes fédérales qui exigent 3 mètres carrés par enfant. Il s’agirait donc pour de nombreuses structures d’accueil de faire des travaux pour respecter ces normes.

Mais admettons que cela soit possible à moindres frais et que par conséquent le but visé par la loi soit bien celui-ci et non pas une simple diminution des coûts.

Pour y arriver, la majorité de la commission (PLR,  MCG, UDC) a ancré dans la loi des normes d’encadrement suivantes : 1 adulte pour 4 enfants de moins de 12 moins (inchangé), 1 adulte pour 5 enfants de 12 à 24 mois (inchangé), 1 adulte pour 10 enfants de 2 à 3 ans (au lieu de 8) et 1 adulte pour 13 enfants de 3 à 4 ans (au lieu de 10).  Une solution de compromis du PDC (9 enfants au lieu de 8 et 12 au lieu de 13) a été refusée par les mêmes partis. A noter que le PDC est l’initiateur de ce projet de loi et qu’il se retrouve dans le rôle de l’arroseur arrosé, celui-ci allant plus loin que ce qu’il souhaitait. C’est pourquoi il s’est abstenu lors du vote final, les Verts et les socialistes s’y opposant.

A la lecture du très volumineux rapport sur cet objet (141 pages), j’ai été frappé de constater qu’il n’y avait pas eu lors des débats en commission de propositions pour différencier les taux d’encadrement en fonction de la situation socio-économique des parents. Cela se fait depuis 2006 dans l’enseignement obligatoire avec le Réseau d’enseignement prioritaire et personne n’y trouve rien à redire. Alors pouquoi ne pas créer un "Réseau de la Petite enfance prioritaire"? Ce sont les mêmes enfants qui fréquenteront dès 4 ans l'école primaire.

C’est la raison pour laquelle je déposerai un amendement à  l’alinéa 5 de l’article 7A « Normes d’encadrement pédagogique » qui sera formulé ainsi : « Le calcul est adapté de façon appropriée afin de tenir compte des enfants à besoins particuliers ou handicapés et de la situation socio-économique des parents ».

Si cet amendement était voté, il permettrait alors d’atténuer quelque peu la portée de cette loi, qui a de fortes chances d’être votée, loi qui ne représente pas, on l’aura compris, un progrès dans la prise en charge des enfants de 0 à 4 ans.

Commentaires

ET encore un peu plus de bureaucratie avec des contrôles pour vérifier les déclarations et les changements de situations.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/05/2013

Nos voisins français voteraient la proposition sans hésiter, tant ils bénéficieraient (ou bénéficieront) des places de travail supplémentaires dans les crèches, puisqu'il n'y a apparemment pas de Suisses formés à ce travail du moins en tant que cadres.

Écrit par : Mère-Grand | 13/05/2013

Les commentaires sont fermés.