16/05/2013

Journée mondiale contre l'homophobie

DSCN0247.JPGLa journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie est célébrée chaque année le 17 mai. Elle a lieu à cette date depuis 2005 pour commémorer le retrait de l’homosexualité de la liste des maladies mentales de l’OMS le 17 mai 1990.

Le fait que ce retrait se soit passé il y a seulement un peu plus de 20 ans explique sans doute en partie pourquoi aujourd’hui encore 74 Etats condamnent l’homosexualité et 7 la punissent de mort.

De nombreux homosexuels sont victimes dans le monde d’actes d’une violence inouïe pouvant conduire jusqu’à la mort, comme cela a été rapporté lundi dernier par la presse à propos d’un homosexuel russe qui a été retrouvé nu avec de multiples blessures, en particulier sur ses parties génitales, et sodomisé par des bouteilles de bière. Atroce.

L’évolution des mentalités peut être très lente et avec des retours en arrière qui ne sont jamais à exclure. Les propos choquants tenus par un conseiller municipal de la Ville de Genève mercredi ou le débat sur « le mariage pour tous » en France l’ont démontré (cf. à ce propos mon blog précédent sur le rapport de SOS Homophobie: http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/05/14/actes-homophobes-la-pointe-de-l-iceberg.html).

Cela pourrait d’ailleurs être le cas en Suisse également au moment de la discussion sur la loi, qui devrait être votée à la fin de l’année, sur l’ouverture de l’adoption au conjoint de même sexe, puisqu’un comité référendaire est déjà entrain de se constituer.

La journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie est donc une nécessité pour rappeler qu’être homosexuel ou transgenre, même dans un pays comme la Suisse, est difficile. Le taux de suicide chez les jeunes homosexuels suisses, qui est deux à cinq plus élevés que chez les jeunes hétérosexuels, est malheureusement là pour en témoigner. 

La politique mise en place, notamment dans les cantons de Genève et de Vaud, pour lutter contre l’homophobie doit donc être institutionnalisée et ne pas dépendre de la volonté de tel homme ou de telle femme politique. C’est d’ailleurs le sens de la motion 2092 qui devrait être votée par le Grand Conseil lors de cette session.

Enfin, pour toutes celles et ceux qui voudraient célébrer la diversité dans le cadre de la Semaine contre l’Homophobie organisée par Dialogai, avec la collaboration de la Fédération Genevoise des Associations LGBT, rendez-vous samedi 18 mai à la Terrasse (à gauche de l’entrée des Bains des Pâquis), si la météo le permet (!) dès 14 heures et jusqu’à 18 heures pour un pique-nique géant avec de nombreuses animations (sculptures sur ballons pour les enfants, musique, concours de pédalos).

 

 

Les commentaires sont fermés.