22/05/2013

Mise à nu

Décidément, la réalité dépasse la fiction ! Après la vidéosurveillance, pardon la vidéoprévention ou la vidéoprotection, je ne sais plus, enfin bref, après la surveillance généralisée de la part de nos autorités (si ce n’est pas encore fait, il faut aller sur le site du Parti Pirate suisse pour signer la pétition contre la nouvelle loi sur la surveillance des communications : http://lscpt.ch/), voici à présent l’espionnage par des cyber-mannequins !

C’est ce que nous apprend l’édition du Courrier de ce jour qui n’est donc pas celle du 1er avril ! En clair, si j’ose dire, derrière les yeux du mannequin se trouvent des caméras qui filment tout ce qui entre dans leur champ de vision. Toutes les données recueillies sont transmises par wifi vers une banque de données qui va en tirer des statistiques pour affiner les stratégies de marketing.

Le patron de la société qui produit ces mannequins  affirme qu’ils  «ne sont là que pour fournir des statistiques, les images ne sont pas gardées, le respect de la confidentialité des individus est donc respecté. »   On n’est pas obligé de le croire quand on sait, d’une part, que cet espionnage se fait à l’insu du client et, d’autre part, que cette société étudie la possibilité pour le mannequin de se connecter automatiquement sur la carte wifi des clients pour leur proposer ensuite des offres personnalisées !  Il est vrai que Facebook fait de même en examinant les profils de ses clients, mais à la seule différence que celui qui ouvre un compte le sait ou du moins est sensé le savoir…

Et c’est bien là que se situe le problème : la surveillance à notre insu, sans aucune transparence, sans qu’on nous laisse le choix. Combien de clients n’iraient plus dans ces magasins s’ils savaient qu’ils étaient filmés par des mannequins ? En tout cas suffisamment pour qu’on le leur cache et ce n’est pas acceptable.

En tant que citoyen, nous avons le droit de savoir quand nous sommes filmés, au nom de la protection de la sphère privée et de celles de nos données, et la loi doit pouvoir le garantir !


 

Commentaires

Je doute que ces pratiques soient légales. Nous rencontrons des difficultés à obtenir le droit à installer des caméras dans les taxis pour les situations à risque et nous sommes obligés d'annoncer en toutes lettres que le client peut être filmé. Nous n'avons aucune garantie que ce matériel puisse être utilisé en cas de plainte sans l'accord de la personne filmée.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/05/2013

Les commentaires sont fermés.