27/05/2013

Le Parti Pirate en faveur d'une Petite enfance de qualité

Le Parti Pirate Genevois (PPG) a pris la décision de soutenir le référendum, et de rejoindre le comité référendaire, qui s’oppose à la loi votée par le Grand Conseil qui péjore gravement le taux d'encadrement des enfants de 2 à 4 ans (1 adulte pour 10 enfants de 2 à 3 ans au lieu de 8 et 1 adulte pour 13 enfants de 3 à 4 ans au lieu de 10) au sein de la Petite enfance.

Le MCG, l’UDC et le PLR prétendent que cette loi permettra de créer de nouvelles places de crèches. Le PPG ne partage pas cet avis. Il faut en effet tenir compte des normes fédérales qui exigent 3 mètres carrés par enfant. Il s’agira donc pour de nombreuses structures d’accueil de faire des travaux pour respecter ces normes à condition de ne pas devoir… pousser les murs pour y arriver !

Le risque est évident que les communes, qui financent les infrastructures, utilisent cet assouplissement des taux d’encadrement pour faire des économies en réduisant le personnel.

De plus, l’article 7A de la loi est intitulé « normes d’encadrement pédagogique ». Cette appellation démontre bien que le législateur prend en compte la dimension pédagogique dans l’encadrement des enfants de 2 à 4 ans et que ce n’est donc pas que du simple « gardiennage ». En modifiant les taux d’encadrement qui prévalent actuellement pour les enfants de 2 à 4 ans, cette loi affaiblit cette dimension pédagogique pourtant essentielle.

Le PPG s’oppose par conséquent à cette modification des taux d’encadrement, car avant de créer d’hypothétiques nouvelles places, ce changement va péjorer les conditions de travail du personnel de la Petite enfance, affaiblir la prise en charge des enfants et par ricochet inquiéter les parents.

Le Parti Pirate Genevois défend une Petite enfance de qualité.

Commentaires

Une petite enfance de qualité est uniquement possible si les parents s'occupent de leur progéniture. Pourquoi faire des enfants pour les placer à la pouponnière ou chez une "maman de jour", à la crèche, aux classes gardiennes, aux cuisines scolaires et au para-scolaire ? Avec ce système il n'y a plus d'éducation et il ne faut pas s'étonner des problèmes qui arrivent.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 27/05/2013

Les commentaires sont fermés.