13/07/2013

Stopper la propagation du sida, c'est possible!

Je suis arrivé au Burundi dans la nuit de vendredi à samedi dans le cadre d'une mission de Coalition Plus qui est composée d'associations de lutte contre le sida, dont fait partie le Groupe sida Genève que je préside, à un niveau mondial.

En fin de la matinée, j'ai assisté à la signature d'une convention entre l'association Sidaction, le gouvernement burundais, représenté par sa ministre de la santé, la France, représenté par son ambassadeur, et l'association burundaise qui lutte contre le sida, l'ANNS. Le but de cette convention est d'améliorer le suivi des personnes vivant avec le VIH grâce à un accès facilité aux tests de mesure de la charge virale VIH et au diagnostic VIH des nourrissons.

Actuellement, ce test de charge virale est hors de prix pour les pays à faibles ressources, dont le Burundi fait partie. Avec ce nouveau projet financé par UNITAID, il sera possible de réaliser ce test à moindre coût et d'adapter en conséquence le traitement des patients. Quand l'on sait qu'un patient qui a le bon traitement ne transmet plus le virus, on voit tout l'intérêt d'un tel projet qui sera donc mis en œuvre au Burundi, mais également en Guinée, en Côte d'Ivoire et au Cameroun.

Cette action s'inscrit donc parfaitement dans le cadre de l'objectif de la conférence mondiale de Washington de l'année dernière, à savoir faire en sorte que la prochaine génération soit libérée du VIH. C'est techniquement possible, il "suffit" de mettre les moyens, ce qui n'est, hélas, pas gagné d'avance...

Les commentaires sont fermés.