22/07/2013

Sécurité informatique et transparence

Le Parti Pirate a communiqué très clairement ce qu'il attend de l'Etat de Genève suite à la faille trouvée dans le système de vote électronique. Pour le Parti Pirate "cette information confirme l'ensemble des positions déjà prises par le Parti Pirate sur les faiblesses récurrentes dans cette application du vote électronique. Durant la procédure de consultation sur la modification de la Loi sur les droits politiques (LDP), le Parti Pirate a réaffirmé les exigences de sécurité pour éviter les failles dans le contrôle du vote électronique [1].

Des membres du Parti Pirate avaient déjà pu accéder au code source en début de cette année. Leurs conclusions, qui seront publiées prochainement, ne permettent pas de considérer que le dispositif de contrôle actuel soit effectif. La qualité de rédaction du logiciel laisse à désirer et ne répond pas aux exigences attendues pour un logiciel aussi critique. Cet exemple montre que de nombreux citoyens sont prêts aujourd'hui à contribuer pour l'amélioration du vote électronique.

Pour Alexis Roussel, Président du Parti Pirate Suisse: "Les citoyens doivent être associés à ce projet. Il n'est pas acceptable qu'un informaticien ait dû prendre de tels risques pour contribuer à un outil aussi vital pour notre démocratie. En gardant le code fermé, l'Etat de Genève risque de perdre la confiance de la population dans ce système."

Il est désormais impératif que le code source complet soit mis à la disposition du public sans aucune restriction. La sécurité informatique ne se conçoit que dans la transparence totale. Il est recommandé de suivre l'exemple de l'Estonie qui vient de publier le code source de son propre système [2].

Le Parti Pirate Suisse représente les intérêts de la «génération numérique». Il influence la formation de l'opinion et la politique. Les buts du Parti Pirate comprennent la promotion de l'accès libre à la connaissance et à la culture, le renforcement des droits civiques, la protection de la sphère privée, un État transparent et la lutte contre la censure."

On attend à présent une réponse rapide de l'Etat de Genève à cette demande du Parti Pirate.

 

 

[1] http://ge.partipirate.ch/wp-content/uploads/2013/07/consu...
[2] http://www.numerama.com/magazine/26507-vote-electronique-...

Commentaires

Aucun programme ne sera jamais sur a 100%. La procédure seule peut le permettre.
Mais, toujours restera le facteur humain. Même le contrôle est opaque car cacher dans une salle sécurisé ou il est impossible de savoir ce qui se passe pour le citoyen.
Comment avoir confiance? Beaucoup doutent déjà du vote papier.

Des programmes de vote avec licences libres existent. Pourquoi ne pas les utiliser, modifier, sécuriser pour nos votes électroniques. Nos universités et écoles supérieures doivent aussi être mise a contribution. Ensuite, il faut les faire tester afin de découvrir les failles. C'est le sport internationale dans l'internet, le test. D'ailleurs nous sommes tous testeurs puis utilisateurs.
Le plus important reste de partager le code source.
Ainsi nous aurons toujours une amélioration par les meilleurs et même gratuitement. Et en plus nous pourrons en faire bénéficier les autres humains qui ont besoin d'un outils de vote électronique démocratique. A Genève, grâce aux institutions internationales nous sommes très bien placé pour donner au monde ce partage démocratique.
Une chose m'inquiète beaucoup + c'est les statistiques concernant les votes effectués. Il se peut qu'une triche aille eu lieu sans que personne le sache.

Les députés ne connaissent pas tout sur tout, ils sont obligés de faire confiance a des spécialistes, pseudo spécialistes et dans le lot avec l'argent publique existera toujours des imposteurs. Sans compter les autres états qui pourraient mettre des moyens bien supérieur aux nôtres pour contrôler nos décisions du peuple souverain.

Et pourquoi pas avoir un outils qui permet a chaque citoyen et habitant une aide pour la décision voir pour décider sur beaucoup de sujets. A l'avenir tous, nous aurons plus d'influence. Nous en avons de plus en plus grâce a la communication et plus particulièrement internet. Ce ne sera jamais la fin des parlements car beaucoup de choses devront être décidées par eux. Mais, par contre nous pourrions utiliser l'outils pour écrire notre Constitutions qui donnera la voie a suivre a nos élus.
Actuellement, ce sont eux qui l'écrivent pour s'auto contrôler et s'auto diriger.
Cela est peut être pire encore qu'un vote problématique pas encore disponible a tous pour voter.

Écrit par : Steve ROECK | 23/07/2013

Ils sont devenus fous à lier de toute urgence !

La TdG nous apprend que le canton va dépenser entre 6 et 12 millions de francs pour sécuriser le système de e-voting, alors que les citoyens offrent leurs services gratuitement.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/securisation-vote-ligne-coutera-six-douze-millions/story/23067597

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/07/2013

Merci beaucoup monsieur le Député de publier nos commentaires.
Malheureusement, peu d'élus le font.
Pourtant, ils ne se gêne pas de nous répondre avec mépris sur nos réseaux sociaux et sur nos blogs(avec pseudo et faux Email)

Écrit par : Steve ROECK | 23/07/2013

Les commentaires sont fermés.