20/08/2013

Violence en baisse au primaire : l’effet directeur d’établissement ?

Le SRED (Service de la recherche en éducation) a publié aujourd’hui son rapport sur les actes de violence en milieu scolaire pour l’année 2012-2013 (1). Il constate que, pour la quatrième année consécutive, le nombre total d’actes de violence d’une certaine gravité recensés est en diminution.

Le taux de participation au recensement par l’application informatique SIGNA, qui ne permet pas de savoir dans quels établissements scolaires ont lieu les actes de violence, est supérieur la plupart des années à 80% (début du recensement lors de l’année scolaire 2007-2008) ce qui permet d’avoir une bonne vue d’ensemble de ce qui se passe dans le canton.

Les atteintes à autrui (bizutage, insultes et menaces graves, racket, violences physiques) représentent plus de la moitié des signalements et les atteintes à la sécurité  (fausse alarme, intrusion de personnes étrangères à l’établissement, jet de projectiles, port d’arme, tentative d’incendie ou incendie) un peu plus du quart. Les autres atteintes sont celles concernant principalement les biens. Ce sont d’abord les élèves qui sont les victimes (1 cas sur 2 environ), mais aussi, dans plus d’un cas sur 4, des membres du personnel scolaire.

En 2012-2013, les 4/5e des actes signalés ont été recensés dans l’enseignement secondaire (CO ou PO) et 1/5e des événements a concerné l’école primaire. Concernant l’enseignement primaire le rapport du SRED met en avant le fait que les actes de violence signalés ont continuellement diminué dans cet ordre d’enseignement. Entre 2008-2009 et 2012-2013, il a été divisé par deux.

Faut-il en conclure que la mise en place des directions d’établissement au primaire, justement lors de l’année scolaire 2008-2009, et leur engagement pour prévenir la violence et assurer un climat scolaire propice aux apprentissages a eu une influence sur cette amélioration notable ? Le rapport ne le dit pas expressément, mais il n’est bien entendu pas interdit d’émettre cette hypothèse.

 (1) http://www.ge.ch/recherche-education/signa/

Commentaires

Surtout si on est directeur d'établissement et qu'on veut préserver son placard doré! Le SRED sera là pour vous aider.

Écrit par : Michèle Roullet | 20/08/2013

La question des directeurs occupe l'esprit de certains jusqu'à l'obsession. Cet argument me semble trop pointu pour eux. La réponse à la question "que fait un directeur du primaire" hante leur esprit, au point d'occulter la comparaison avec le secondaire et ses forces administratives bien plus importantes. Bref, l'analyse des progrès du système éducatif demande du recul et du respect pour ceux qui s'engagent au quotidien dans une complexité un peu plus difficile à appréhender que la société du siècle passé.

Écrit par : Dupont François | 20/08/2013

Vous êtes quand même un sacré rigolo! Voilà que vous émettez une hypothèse sur votre utilité parce que, grâce au SRED (comment pourrait-il en être autrement puisque organe à la solde du DIP) vous avez ENFIN trouver une occasion de tenter une justification à votre placard doré! Par contre, lorsqu'on vous pose des questions claires et précises sur votre activité de dirlos, vous êtes incapable d'y répondre et vous bottez en touche.
Belle mentalité! Et belle transparence...que vous revendiquez tant!

Écrit par : Duval | 20/08/2013

Ca y est, il n'aura pas fallu attendre longtemps avant une analyse argumentée des chiffres du SRED.....avec l'habituelle litanie concernant l'activité des "dirlos"
Le mot pédagogo n 'y apparaît pas: étonnant....
Des questions claires et précises pour des postes à responsabilité c'est de la démagogie et M. Duval le sait bien (ou alors, il a raté une étape et il vaut mieux qu'il en reste à son concept élaboré de placard doré). Un directeur de collège ou de cycle, voire d'une multinationale donnerait le même genre de réponse. C'est le niveau de responsabilités assumées qui est en jeu et là, primaire ou secondaire, c'est la même chose.

Écrit par : Dupont François | 21/08/2013

Celle la, elle est bien bonne! Monsieur Dupont aurait-il la bonté et l'aimabilité de m'expliquer en quoi poser des questions pour savoir ce que font concrètement ces directeurs est de la démagogie...?
Ou alors, peut-être à défaut de réponse de la part de M. Bonny, peut-il, lui, me le dire...

Écrit par : Duval | 21/08/2013

Sous Wikipedia au sujet de la démagogie: « L'argumentation démagogique peut être simple afin de pouvoir être comprise et reprise par le public auquel elle est adressée. Elle fait fréquemment appel à la facilité voire la paresse intellectuelle en proposant des analyses et des solutions qui semblent évidentes ». Exiger des réponses sur des activités précises résultant d’un large cahier des charges vous permettrait de dénigrer chacune d’elle sans aucune analyse, ni prise en compte de la globalité de la mission. Je vous le répète, c’est le niveau de responsabilité qui détermine les tâches, au primaire comme au secondaire ou ailleurs. Commencez par répondre pour le secondaire, puis un simple copier-coller vous donnera les réponses pour le primaire.
Quand on lit la définition de « démagogie » dans son ensemble, les argumentations que vous développez viennent vite à l’esprit. Faites l’exercice !

Écrit par : Dupont François | 21/08/2013

Monsieur Dupont, je vous invite à aller voir les commentaires qui suivent ce billet:

http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/06/17/la-vision.html#comments

Mais, OK, suivons vos préceptes et signons des chèques en blanc à toutes les personnes qui occupent des postes à responsabilité...car ils sont tous dignes de confiance. Et, au diable la transparence revendiquée par certains politiciens...

Écrit par : Duval | 21/08/2013

"Commencez par répondre pour le secondaire, puis un simple copier-coller vous donnera les réponses pour le primaire."

Bigre avec de pareils "copier-coller" on peut aisément remonter j'usqu'au chef du DIP lui-même...pourquoi pas au fond.

Cela deviendrait une forme de responsabilité égalitaire:"... puisque je suis responsable de quelque chose, je le suis autant que tout autre responsable..."

A méditer...

Écrit par : Exprof | 21/08/2013

Les commentaires sont fermés.