17/09/2013

L'illectronisme, nouvelle forme d'exclusion

Au cours de cette campagne, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion de discuter dans la rue avec des personnes âgées qui m’ont demandé ce qu’était le Parti Pirate. Quand je leur parle de société de l’information ou d’internet, elles me répondent le plus souvent qu’elles sont dépassées par ces nouvelles technologies et qu’elles se sentent de plus en plus exclues de ce monde informatisé. Mais elles ne sont pas les seules.

En effet, si l’on en croit l’article publié cette semaine dans le Migros Magasine,  plus d’un Suisse sur dix serait concerné par l’illectronisme, l’illettrisme numérique. Envoyer un e-mail, acheter un billet de train sur internet, regarder une vidéo sur un smartphone ou difficulté à accéder aux contenus de l’information numérique est un obstacle insurmontable pour cette catégorie de la population. Si le premier aspect concerne plutôt les personnes âgées, le second peut aussi se rencontrer parmi des jeunes capables d’utiliser de manière récréative l’informatique, mais empruntés  lorsqu’il s’agit de trouver et de traiter un renseignement sur  le web. Sans parler de la mauvaise utilisation d’internet qui peut mener au harcèlement ou à l’escroquerie.

Le risque de créer une société de l’information à deux vitesses est donc bien présent. Il est de la responsabilité des autorités de faire leur possible pour l’empêcher. C’est la raison pour laquelle le Parti Pirate, dans sa vision d'une société inclusive, a plusieurs propositions dans son programme qui vont dans ce sens : sensibilisation et éducation civique, création d’un CyberPolShop, un accès internet garanti et une formation pertinente et cohérente en matière de bureautique.

Plus de détails en cliquant ici : http://roussel-zeter.eu/prog/themes.php#Education

Commentaires

C'est juste et ce chiffre est loin d'être exhaustif, je vois tous les jours dans ma boîte mail des utilisateurs, dans toutes les tranches d'âge, qui n'ont aucune idée de la Nétiquette.

Il est regrettable que les personnes âgées ne soient pas formées, car cela pourrait leur éviter d'avoir à porter des courses, du moins les articles de base qui sont lourds, de devoir aller à la poste pour faire leurs paiements avec de l'argent dans leur sac, etc...

Après tout, pourquoi les vendeurs d'informatique n'offrent-ils pas une formation minimum sur les logiciels intégrés dans leurs machines ? C'est comme si on vendait n'importe quel article ménager sans le mode d'emploi...

Écrit par : Jmemêledetout | 18/09/2013

Les commentaires sont fermés.