24/09/2013

La démocratie à 2 vitesses sur RTS 2

RTS.pngDans le cadre des élections au Conseil d’Etat, la RTS a mis lundi soir sur pied un débat  avec des règles avantageant outrageusement les partis déjà en place. On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu !

Format de l’émission : 4 débats de 15 minutes chacun avec à chaque fois un-e candidat-e  des 6 partis déjà représentés au Grand Conseil. Temps de parole cumulé pour ces six partis d’environ 10 minutes. Les 3 autres partis (Ensemble à gauche, Vert libéraux, Parti Pirate) et le candidat indépendant se partageant 2 à 3 minutes chacun dans un coin du studio pendant que les 6 autres changent de place pour le débat suivant. Des intermittents de la politique en somme. La démocratie à 2 vitesses, version RTS.

Difficile, il est vrai, de contenter tout le monde quand il y a 29 candidat-e-s. Mais était-ce si compliqué de laisser à tour de rôle une place à chacun des partis non représentés au Grand Conseil et au candidat indépendant pour qu’ils puissent participer au moins à un débat in extenso ? Sans allonger le temps de l’émission, les débats auraient duré 20 minutes avec pour conséquence un temps de parole d’environ 3 minutes 30 pour les « petits nouveaux » et de toujours une dizaine de minutes pour ceux déjà en place. Cette approche, un peu moins inéquitable, aurait sans doute évité au représentant d’Ensemble à gauche de quitter d’une manière théâtrale le plateau en pleine interview.

Pas de quoi sauter au plafond avec cette solution, certes, mais de quoi au moins donner l’impression que chacun a sa place, et non un strapontin, dans le débat. En matière de service public (les candidats indépendants et des partis non représentés au Grand Conseil paient aussi la redevance…), la RTS peut faire nettement mieux!

Commentaires

Bien d'accord avec vous, j'ai vu ce débat sur internet. Les petits partis sont systématiquement sous-représentés et pourtant ils ont des tas de choses à dire et de bonnes idées qui pourraient également être utiles aux autres, s'ils acceptaient aussi de les entendre... et que les medias leur laissent une place, identique ! C'est aussi cela la démocratie.

Cela fait 62 ans que les clivages politiques me paraissent désuets, infantiles et contre-productifs, peu de chance que je change d'optique avant de toucher les étoiles.

On a pourtant une TV qui est très bonne, comparée à tout ce qu'on voit sur le petit écran. Reste à casser quelques murs infranchissables.

Mais c'est la même chose dans d'autres débats, où les "spécialistes" sont sur-représentés et les véritables travailleurs de terrain ou victimes le sont moins, voire pas du tout, excepté dans des reportages dont le montage implique forcément une tendance qui n'est pas elle, forcément représentative de la réalité et ne sert que de faire-valoir au débat.

Écrit par : Jmemêledetout | 24/09/2013

Les commentaires sont fermés.