26/09/2013

La série de l'été, le bonus!

Lorsque j’ai publié, le 9 septembre dernier, le dixième et dernier épisode de ma série estivale consacrée à faire connaître aux électrices et électeurs mes prises de position en publiant ici-même mes réponses aux questionnaires que les candidates et candidats au Conseil d’Etat, mais également dans une moindre mesure celles et ceux au Grand Conseil, reçoivent de tous horizons, j’ignorais qu’un dernier allait encore me parvenir.

Il émane du GLAJ (Groupe de Liaison genevois des Associations de Jeunesse). Les 10 questions posées sont toutes très proches de mes préoccupations. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé de publier mes réponses à ce questionnaire sous forme de « bonus » à ma série estivale :-) !

Ainsi donc après le questionnaire de la Société pédagogique genevoise (1), de l’Association Transports et Environnement (2), de l’association pour la danse contemporaine (3), du Touring Club Suisse (4), de PRO VELO (5), de l’Association pour une Meilleure Ecole (6),  du Parti Evangélique (7), de la Fédération genevoise des associations lesbienne, gay, bi et trans (8), de 3 Fédérations (FEGEMS, FGC et Fégaph), d’une association (EXIT) et d’un groupe d’intérêt (site 1905.ch) (9), du Groupe sida Genève et de la Fédération pour l’Expression associative (10), voici donc la fin « définitive » de la série avec le GLAJ.

1. Politique de la jeunesse

Selon la nouvelle constitution genevoise « L’Etat met en œuvre une politique de la jeunesse qui tient compte des besoins et intérêts des enfants et des jeunes, notamment dans les domaines de la formation, de l’emploi, du logement et de la santé. » art. 207.
Comment envisagez-vous cette politique de la jeunesse ? Quelles doivent en être les priorités selon vous ?

La priorité absolue pour moi qui suis directeur d’établissement scolaire est la mise en place des structures nécessaires pour la formation jusqu’à 18 ans. Lire le texte que j’ai écrit sur mon blog à ce sujet : 
http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/03/former...).

2. Promotion des activités de jeunesse

Le canton de Genève est un des derniers cantons romands à ne pas disposer de loi sur l’encouragement des activités de loisirs et de jeunesse. Cela vous semble-t-il manquer ? Vous engageriez-vous à y remédier durant votre législature ? Si oui, dans quelle mesure impliqueriez-vous les associations de jeunesse dans la préparation du projet de loi ?

Je m’engagerais pour remédier à cette lacune et je le ferais avec les associations de jeunesse, cela tombe sous le sens. Quel intérêt de faire une loi sans les principaux intéressés ?

3. Soutien aux associations

Selon la nouvelle constitution cantonale, « L’Etat reconnaît et soutient le rôle des associations et du bénévolat dans la vie collective. » art. 211. L’Etat doit-il augmenter son aide financière aux associations de jeunesse pour soutenir leur travail d’intégration, d’éducation non-formelle et de prévention?

Etant très actif dans le milieu associatif (président du Groupe sida Genève, membre de la Fédération LGBT, du comité ATE), je suis un fervent défenseur du milieu associatif. L’aide financière de l’Etat doit être en adéquation avec les prestations fournies par les associations. Plus et mieux de prestations = plus d’argent.

4. Engagement bénévole et reconnaissance des compétences acquises

Nombre de jeunes s’engagent bénévolement durant leur temps libre dans des associations à but non lucratif. Ils y acquièrent des compétences utiles à leur avenir professionnel et complémentaires à leur formation scolaire. Ces compétences ne sont pas reconnues formellement par les milieux de l’éducation et économique. Que pensez-vous de l’éducation non-formelle ? Comment pourrait-on la valoriser et favoriser sa reconnaissance ?

Toute association aidée directement (prestations financières ou en nature) par une collectivité publique devrait pouvoir délivrer des attestations reconnue dans le parcours de chaque individu.

5. Les jeunes pour les jeunes

Qui mieux que les jeunes savent ce dont ils ont besoin ? La participation consiste à élaborer les projets qui concernent les jeunes avec les jeunes, éventuellement sur leur propre impulsion, et non pas de manière unilatérale. Estimez-vous que cette démarche doit être valorisée, et si oui comment (notamment au niveau cantonal) ?

C’est très exactement la démarche du Parti Pirate qui propose une vision de la société qui donne au citoyen le rôle politique central. Il faut plus impliquer les associations de jeunesse dans les différentes consultations.

6. Prévention ou répression

Violence des jeunes, racisme, homophobie, consommation d’alcool, de tabac et de stupéfiants, quelle est selon vous la meilleure approche : prévention ou répression ?

Prévention ET répression. Ces deux approches sont complémentaires et ne peuvent donc être dissociées. La responsabilisation passe aussi par les risques que l’on encourt si l’on ne respecte pas le cadre.

7. Intérêt des jeunes pour la politique

L’introduction du vote par internet n’a pas dopé la participation des jeunes en politique. Comment favoriser l’intérêt des jeunes pour la politique ? Que faudrait-il faire à votre avis pour les encourager à participer ? Ou faudrait-il que la politique s’adapte aux jeunes et écoute leurs modes d’expression ?

Il faudrait que les politiciens s’adressent plus aux jeunes, que leur avis soit pris en compte et que les jeunes politiciens s’adressent aux jeunes ! C’est ce que le Parti Pirate tente de faire avec trois candidats sur 17 âgés de 20 et 21 ans.

8. Intergénérationnel

Selon la nouvelle constitution genevoise, « l’Etat prend en compte les exigences de la solidarité intergénérationnelle dans la définition de ses politiques et dans son action » art. 206. Comment ce principe s’inscrit-il et se manifeste-t-il dans le travail et les actions de l’Etat selon vous ?

Je trouve que la solidarité intergénérationnelle se manifeste surtout à l’intérieur des familles. Ce n’est pas actuellement une priorité de l’Etat. 

9. Votre expérience

Etant jeune, vous êtes-vous engagé dans des organisations de jeunesse en tant que bénévole ou moniteur/trice ? Si oui qu’en avez-vous retiré ?

Je n’étais pas directement impliqué dans une organisation de jeunesse, mais au sein de mon club sportif où j’étais membre du comité à 20 ans et donnais des cours à des plus jeunes. Cela m’a donné le goût pour l’engagement.

10. Pour conclure

Qu’évoque pour vous le mot « jeune » ?

Mon fils aîné Valentin âgé de 20 ans, un jeune qui se préoccupe de ce qui se passe autour de lui et qui est… candidat au Grand Conseil sur la liste du Parti Pirate !

 

(1) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-...
(2) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/07/serie-...
(3) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/21/temp-9...
(4) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/07/24/temp-1...
(5) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/04/temp-c...
(6) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/08/temp-c...
(7) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/11/serie-...
(8) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/18/serie-...
(9) http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/08/24/temp-c...
(10)  http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/09/03/temp-2...

 

Les commentaires sont fermés.