28/09/2013

Un-e seul-e élu-e au Conseil d'Etat pour l'Alternative?

Selon l’édition du Courrier de mardi dernier, le siège d’Antonio Hodgers au Conseil d’Etat est assuré. Vraiment ? Le Courrier se prend-il pour Madame Soleil? Etonnant en tout cas de lire dans un journal ce genre d’affirmation, d’autant plus quand il est possible d’arriver à la conclusion inverse.

Bien malin en effet celui qui pourrait dire qui seront les 7 candidat-e-s élu-e-s au terme du second tour. Mais pour en revenir au pronostic du Courrier, imaginons un scénario qui déboucherait sur la non-élection du candidat Vert.

1° Aucun des candidats n’obtient la majorité absolue au premier tour.

2° Les deux locomotives de l’Entente que sont Pierre Maudet et François Longchamp entraînent dans leur sillage les trois wagons, dont au moins deux des trois ont, il faut bien le dire, des atouts pour rejoindre la gare.

3° Il ne reste alors plus que deux sièges pour les autres. Porté par la force du bloc populiste et massivement ajouté par l’électorat de l’Entente, le candidat du MCG le plus « gouvernementalement compatible » est à son tour élu.

4° Il ne reste par conséquent plus qu’un siège pour l’Alternative. Pour qui ? Plutôt un-e candidat-e socialiste étant donné que ce parti aura pris l’ascendant sur les Verts lors de l’élection au Grand Conseil.

5° Il n’y a donc plus de siège pour les Verts mais, consolation, Antonio Hodgers est toujours conseiller national.

Politique fiction ? Oui, bien sûr. Mais peut-on totalement écarter ce scénario ou d’autre ? Evidemment que non. Il s’agit donc de rester prudent au petit jeu des pronostics et l’emploi du conditionnel de mise, tout particulièrement pour un journaliste.

Les commentaires sont fermés.