30/09/2013

La paix des transports au prix de la tête de Michèle Künzler?

Il est naturel, et encore plus en période électorale, de faire porter le chapeau quand quelque chose ne fonctionne pas comme on le souhaiterait à la personne la plus haute placée. La mobilité est un vrai casse-tête à Genève ? Coupons, au sens figuré bien évidemment, celle de Michèle Künzler et tout ira mieux. Vraiment ?

J’en doute, car si la mobilité à Genève fait tant parler d’elle, c’est en premier lieu en raison de la « guerre » des transports que se livrent les partis politiques à chaque séance du Grand Conseil, ou presque, et qui n'a mené qu'à une seule chose : des blocages.

Il est temps de les dépasser et de voir l'intérêt général avant les intérêts particuliers en adoptant une approche pragmatique et donc non dogmatique de la question des transports qui sont essentiels au développement économique, culturel et social de Genève.

Pour y parvenir, la complémentarité des modes de transports est la seule solution. Mais pour cela, il faut que les partisans du « tout à la bagnole » et ceux du « tout aux transports publics » fassent des concessions qui soient acceptables pour les uns et les autres, seuls les sujets de véritable discorde, comme la traversée de la Rade, devant être tranchés par le peuple.

Car sans changement d’attitude, « couper la tête » de Michèle Künzler en soulagera quelques uns, mais ne ramènera pas la paix des transports.

 

 

P.S. Les propositions du Parti Pirate en matière de mobilité, c'est ici.

 

Commentaires

« couper la tête » de "Michèle Künzler en soulagera quelques uns, mais ne ramènera pas la paix des transports"
Peut-être bien que non, mais cela donnera au moins l'impression aux citoyens ordinaires, non verts-socialistes, d'avoir pu donner un avis sur la situation ... à défaut d'être véritablement écoutés.

Écrit par : Mère-Grand | 30/09/2013

Les commentaires sont fermés.