07/10/2013

Faut-il un MCG au Conseil d'Etat?

Les élections d’hier sont claires : les partisans du « y’en a marre » ont fait entendre leur voix et il serait stupide de ne pas les écouter. Dès lors, la question de donner un peu plus de pouvoir, et donc les moyens d’agir à ceux qui sont les porteurs de ce « programme » pour voir ce qu’ils en feront, se pose sérieusement.

Personnellement, je ne voterai pas pour un candidat MCG au second tour, il y a des limites que je ne peux pas dépasser. Mais je n’en ferais toutefois pas une maladie si le mieux placé d’entre eux au terme du premier tour était élu.

Il s’agirait alors pour l’Entente, qui aura vraisemblablement au moins 4 sièges, d’être fin stratège et d’attribuer à ce dernier un département particulièrement visé par le « y’en a marre ». Au hasard, tout ce qui touche à la mobilité.

Et là, la confrontation entre les slogans et la réalité serait des plus intéressante et la réussite obligatoire pour ne pas décevoir cet électorat du « ras-le-bol » qui pourrait autrement très vite tourner le dos à ceux qu’il a porté au sommet ces dernières années.

Un quitte ou double en somme.

Commentaires

Un MCG au CE aurait 2 avantages:

1. Celui que vous relevez.

2. Les obliger à se confronter à leur propre paradoxes, à les confronter à la grande différence qui existe entre beugler des "y a ka" et agir réellement (d'autant plus avec l'impressionante inertie de la machine étatique).

2. "Forcer" de facto le bloc MCG du GC à être plus coopératif et plus constructif dans les débats et les décision: Bref, à etre une force gouvernementale et non simplement d'opposition (rôle facile). Car invectiver, pousser des gueulantes et bloquer les debats, comme ils l'ont toujours fait, ne pourrait que porter préjudice et compliquer la tâche deja pas facile de leur eventuel futur élu au CE...
Et comme vous le dites, un échec ou un simple aveu d'impuissance au bout de 5 ans de leur élu du CE = un MCG qui connaitra peu ou prou le meme sort que Vigilance à son époque. L'apogée et puis... "pshhhitt"

C'est très facile de racoler et récupérer les voix des mécontents. C'est une autre histoire le jour où l'on se trouve en position de devoir les satisfaire.

On pourrait espérer ainsi le retour à un climat un peu plus sain, serein et constructif aux prochaines élections dans 5 ans...

Écrit par : Pierre Roche | 07/10/2013

Heureusement que le deuxième tour va remettre de l'ordre dans ce ramassis de votes mécontents de la précédente volée.

La politique est devenue infréquentable, si vous croisez un politicien genevois, mieux vaut changer de trottoir !

Écrit par : Corto | 07/10/2013

En tant que citoyen genevois, je suis très satisfait du résultat. Présenter l'entente groupée avec de mauvais chevaux (jument?), est risqué. Le peuple décidera en dernier chef un gouvernement recomposé et multicoloré.

Écrit par : Dominique | 07/10/2013

"Personnellement, je ne voterai pas pour un candidat MCG au second tour, il y a des limites que je ne peux pas dépasser. Mais je n’en ferais toutefois pas une maladie si le mieux placé d’entre eux au terme du premier tour était élu."

Bref, contre mauvaise fortune bon cœur ?

"Et là, la confrontation entre les slogans et la réalité serait des plus intéressante et la réussite obligatoire pour ne pas décevoir cet électorat du « ras-le-bol » qui pourrait autrement très vite tourner le dos à ceux qu’il a porté au sommet ces dernières années."

Votre contribution est étrange pour un "démocrate" mais relativement normale pour un candide. Vous exigez d'un parti politique une réussite obligatoire faute de quoi ce sera pour lui le désaveu, la honte, l'exil ?

Ouais ! N'y voyez aucune offense mais de nos jours, même dans les cours de récré, les lardons sont un peu plus subtils voire cyniques.

Écrit par : Giona | 07/10/2013

Pour une fois, je vous suis , du moins partiellement.
Il me paraît en effet évident que ce serait une grave erreur politique que de chercher à barrer la route du CE à un candidat MCG. L'occasion est trop belle pour que maintenant on donne au MCG l'occasion de "prouver" sa crédibilité et ses capacités. Cinq ans d'essai, c'est peut-être long, mais obligatoire aujourd'hui. Sinon, on continue à dérouler le tapis rouge et le MCG pourra continuer à appliquer sa tactique...payante pour le moment!Le bilan devra être fait dans cinq ans bien sûr.
J'irai même jusqu'à dire qu'il faut tout faire pour qu'un MCG soit au CE... l'Entente pourrait aller jusqu'à le faire figurer sur sa liste!

Écrit par : Duval | 07/10/2013

Vous avez raison. Il n'en demeure pas moins que si on veut que la sérénité règne, il faut que le MCG ait au moins un magistrat.

Au delà des clichés, qui arrangent surtout les défaits, il semble que le plus agité des deux papables réussisse assez bien l'exercice de l'exécutif à onex. Cela n'est qu'à moitié étonnant car il y a une différence entre s'agiter sur les bancs d'un parlement et conduire une action gouvernementale.

Cela veut dire qu'un conseil d'etat composé de 2PLR/1PDC/2MCG réveillerait tout le monde y compris les alternatifs qui se complaisent dans le confort gouvernemental depuis trop longtemps et y ont perdu les réalités de ceux qu'ils disent défendre.

Ce sera mon vote et je croise que je ne serai pas seul à voir de cette façon.
Cette formule laisse à la gauche multiple et diverse la possibilité de rester dans le cercle gouvernemental avec soit 1PS/1V ou 2PS puisque le peuple a clairement dit au Verts qu'il ne veut pas de ses options en matière de mobilité. M. Hodgers étant encore plus dogmatique que la sortante, il ne faut pas l'élire ou alors lui confier la sécurité ou la santé.

Écrit par : géopolis | 07/10/2013

géopolis, vous avez raison, néanmoins, la tête de liste MCG, M. Poggia, n'est pas sympathique, nerveux, tendu, il n'a pas la carrure ni la rondeur d'un politicien, déjà que nous avons souffert de pseudos-politiciens plutôt technocrates pendant le mandat précédent, ça ne va pas s'arranger de ce coté là !

Il faut souligner que le MCG n'a pas de programme ni de pratique pour siéger au CE, ça promet seulement des pugilas et des tensions sans fin.

J'espère que les genevois vont reprendre leurs esprits et orienter leurs scrutins vers les représentants de la démocratie, quoi qu'une petite leçon d'anarchie en pleine période de crise serait peut être salvatrice pour l'après 2018.

Écrit par : Corto | 08/10/2013

Attendons-nous à un CE composé de 6 magistrats plus 1 !

Écrit par : Corto | 08/10/2013

Les commentaires sont fermés.