08/10/2013

Conseil d'Etat: les options du Parti Pirate

C’est mercredi soir que le Parti Pirate arrêtera sa position pour le second tour de l’élection au Conseil d’Etat. Je vois 4 options qui s’offrent à lui :

1° Présenter une liste avec vraisemblablement deux candidats.

Avantage : une visibilité pour le Parti Pirate qui pourrait ainsi continuer de faire connaître son programme dans la perspective des élections municipales et fédérales de 2015.

Inconvénients : pas de groupe parlementaire sur lequel s'appuyer pour soutenir sa politique. Avec 2,2%, dont 1,5% uniquement « pirate »,  des voix obtenues au premier tour, les chances d’être élues sont nulles. Certains pourraient aussi ajouter comme inconvénient la dispersion de ces voix, ce qui pourrait profiter au bloc dit « populiste ». Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire ici, ce n’est pas pour moi un argument décisif à partir du moment qu’un MCG serait désigné à la tête d’un département où le « y’en a marre » s’exprime le plus, à savoir tout particulièrement sur la mobilité ou sur l’emploi.

2° Donner une consigne de vote « généraliste »  à ses électrices et électeurs, comme par exemple « voter pour un front républicain » ou encore « rétablir l’équilibre » après un vote nettement en faveur de la droite lors de l’élection au Grand Conseil.

Avantage : se donner une certaine bonne conscience en participant au mouvement du « politiquement correct ».

Inconvénient : un parti n’est pas propriétaire des voix de ses électrices et électeurs. Un gouvernement avec un tiers du parlement non représenté en son sein fonctionnera-t-il mieux qu’avec ? Répondre par l’affirmative à cette question serait pour le moins audacieux.

3° Soutenir un ou des candidat-e-s en particulier.

Avantage : mettre en avant des points du programme du Parti Pirate susceptibles d’être mis en application au cours de la législature.

Inconvénient : risque de perdre de la lisibilité auprès de ses électrices et électeurs en rappelant toutefois que l’assemblée générale du Parti Pirate avait voté à l’unanimité le dépôt d’une liste de traverse avec les Verts avant que ces derniers changent finalement d’avis.

4° Ne pas prendre position.

Avantage : les électrices et électeurs du Parti Pirate sont responsables (une de ses 5 valeurs) et n’ont pas besoin qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire.

Inconvénient : suivant le résultat le 10 novembre, se dire « si on avait su, on aurait pu, on aurait dû ».

Laquelle de ces options, ou peut-être encore d’autres, sera choisie ? Réponse mercredi soir.

Commentaires

"que l’assemblée générale du Parti Pirate avait voté à l’unanimité le dépôt d’une liste de traverse avec les Verts avant que ces derniers changent finalement d’avis"

J'avoue avoir été bien déçu des "Verts", une formation politique que j'ai soutenu durant plusieurs décennies. Nous demander une alliance puis la rejeter sans demander a leurs membres.
A l'unanimité, les pirates désiraient une alliance Conseil d’état, probablement qu'une alliance Grand Conseil aurait eu un grand succès.
Pirate et vert collaborent dans de nombreux pays, sauf a Genève.

Écrit par : Steve ROECK | 10/10/2013

Les commentaires sont fermés.