20/11/2013

S'acheter une bonne conscience

Guillaume Barazzone reversera donc une partie de ce qu’il touchera en tant que Conseiller national à la Ville de Genève, mais pas Rémi Pagani. Est-ce que cela change quelque chose ? Le double mandat de Guillaume Barazzone est-il dès lors plus acceptable que celui de Rémi Pagani ?

La  décision louable de Guillaume Barazzone, qui touchera malgré tout près de 100 000 francs en tant que Conseiller national en plus des 250 000 qu’il touche en tant que Conseiller administratif, est une simple opération de séduction. Elle a pour but de mieux faire passer la pilule auprès des contribuables genevois qui paient avec leurs impôts le salaire d’un Conseiller administratif pour un plein temps et non pas pour un temps partiel (1).

Mais elle ne change rien sur le fond : le cumul d’un deuxième mandat avec un autre qui est considéré comme un 100% n’est plus acceptable de nos jours avec la complexification des dossiers, rétrocession des jetons de présence ou pas. Le temps ne s’achète pas. Quant à  la bonne conscience, il paraît que c’est possible. Vraiment ? Aux électrices et électeurs de la Ville de Genève de le dire au printemps 2015.

 

(1) Lire à ce sujet : Conseiller administratif en ville de Genève un job à temps partiel ?

 

Commentaires

Je partage cet avis. Pour mémoire lorsque nous avons discuté de cette question à la Constituante, l'ensemble des partis étaient opposés à toute interdiction. C'est à grand peine que nous avons pu poser celle de conseiller d'Etat avec tout autre mandat. Il est vrai que la pitoyable démonstration faite par Cramer avait bien montré la limite à ne pas dépasser.

Il me semblerait justifié de poser le principe d'interdiction de toutes sortes de mandats. L'élu(e) qui veut faire sérieusement son travail ne peut assumer plus d'un mandat. Nous avons eu à souffrir de cette situation et je n'ai franchement pas apprécié cette posture qui démontre une grande légèreté à l'égard du Souverain.

Malheureusement, il en va du respect des Institutions comme de l'éducation. Lorsqu'on en n'a pas on se fout de tout. L'attitude de Sieur Pagani en est la parfaite illustration.

Merci pour votre coup de gueule bienvenu.

Cordialement,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 21/11/2013

Un garçon de café n'a pas le droit de travailler dans deux établissements différents pour ne pas ne pas faire de tort au premier de ses employeurs. On considère qu'il perd de son efficacité en servant trop. Monsieur Barazzone, lui pense être efficace en volant d'une table à l'autre. Au prix auquel il va être payé on peut effectivement dire qu'il va voler d'une table à l'autre.

Écrit par : norbertmaendly | 21/11/2013

Quant a Monsieur Pagani il a besoin de deux salaires pour pouvoir s'acheter une cravate.

Écrit par : norbertmaendly | 22/11/2013

Les commentaires sont fermés.