13/01/2014

Des directeurs du primaire indésirables?

 

sondage.png

C’est ce que laissait entendre l’article du GHI de cette semaine sur lequel j’ai donné mon avis en le qualifiant de « degré zéro du journalisme ». Apparemment, j'avais raison.

En effet, dans l’édition du Courrier de ce week-end on peut lire les déclarations de M. Anor, représentant du Syndicat des services publics à la Fédération genevoise des enseignants (FEG) qui dit ceci : « La FEG ne s’est pas encore réunie pour discuter de ces résultats et des conclusions provisoires qui en ont pour l’heure été faites. Nous ne nous reconnaissons donc pas dans celles qui sont données dans l’article du GHI, en particulier sur le fait que les directeurs d’établissement du primaire seraient indésirables. »

Et l’article de préciser qu’il s’agit d’un sondage et non d’une enquête qui ne peut dès lors être représentative du corps enseignant, puisque soumis à un nombre restreint de professionnels. Une fois que ce sondage aura été analysé par la FEG, il sera transmis à la Conseillère d’Etat avec une probable demande de lancer une véritable enquête.

Il sera alors temps de voir avec tout le sérieux nécessaire si les directeurs du primaire sont aussi indésirables que certains s’évertuent à vouloir le faire croire...

Commentaires

...on va dire que CERTAINS directeurs (vous savez, les cheffaillons qui en font moins que les anciens inspecteurs, même avec secrétaire et maîtres adjoints, mais qui multiplient les réunions inutiles et se conduisent en despotes) sont indésirables.
Heureusement, tous ne sont pas comme ça.
Néanmoins, je continue de penser que les élèves seraient gagnants si le même nombre d'enseignants, voire plus, vu que leur salaire est moins élevé que celui des directeurs, avaient été engagés.

Écrit par : menfin | 13/01/2014

Les commentaires sont fermés.