30/01/2014

Initiative de l'UDC: c'est du 50-50!

imagesCAVJU83S.jpg« La remontée fulgurante de l’initiative de l’UDC a provoqué hier un véritable électrochoc », peut-on lire dans la Tribune de Genève. En voilà une surprise qui n’en est pas une ! Il fallait être bien naïf pour penser que cette initiative serait rejetée aussi facilement que les premiers sondages le laissaient entendre.

A croire que la classe politique n’a pas tiré les leçons des dernières votations en lien avec les étrangers au sens large, celle sur l’interdiction des minarets étant probablement la plus proche dans l’esprit.  A-t-on oublié que cette initiative a LARGEMENT été approuvée par le peuple ?

La campagne de l’UDC est, comme d’habitude, basée sur la peur et ça marche: il est toujours plus facile de s’adresser aux tripes plutôt qu’à la tête. Dans le camp des opposants, on peine à rassurer, à expliquer qu’en cas de OUI ce serait une catastrophe pour notre économie qui a besoin des forces venues de l’étranger pour continuer de prospérer, pour nos relations avec l’Europe ou encore tout simplement pour l’image d’une Suisse ouverte et pas repliée sur elle-même.  

Le résultat de l'initiative de l'UDC "contre l'immigration de masse" pourrait être au final très  proche du 50-50. Il y a un risque objectif qu'elle passe. Il faut donc que celles et ceux qui sont contre se mobilisent jusqu'au dernier jour, qu’ils trouvent les mots pour rassurer les électrices et électeurs qui doutent, qui se sentent exclu-e-s de la prospérité helvétique. La tentation de la politique de la terre brûlée est dangereuse : à jouer avec le feu, les Suisses pourraient  bien finir par se brûler.

 

Commentaires

C'est bizarre, j'ai exactement la lecture inverse. Pour une fois, la peur est dans l'autre camp. Les seuls arguments justement peu rassurants des opposants à l'initiative sont les menaces des conséquences en cas d'acceptation et la culpabilisation des nantis que nous sommes.
Quoi qu'il arrive le 9 février, l'UDC a déjà gagné car il ne sera plus possible de faire comme si de rien n'était et toutes les promesses un peu tardives de contrôles contre le dumping salarial qui impliqueront évidemment une bureaucratie lourde, devront être mises en place. A défaut, la sanction tombera inévitablement à la prochaine échéance. Ou la suivante.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/01/2014

Encore un qui veut faire peur.
La terre brûlée savez vous ce que c'est ? Et la fuite en avant sans contrôle vous savez ce que c'est ? Le peuple est souverain et doit le rester mais pour cela il faut qu'il en ai les moyens c'est tout. Y a pas besoin de faire peur à qui que se soit.

Écrit par : norbertmaendly | 30/01/2014

On en est resté à Goebbels et cela paie toujours. Qui a peur, sinon les opposants à cette initiative ?

Écrit par : Géo | 30/01/2014

"La campagne de l’UDC est, comme d’habitude, basée sur la peur"

Vous voulez dire basée sur le ras le bol ? Le trop plein de la population ?

Parce la campagne basée sur la peur, c'est bien le camps du non qui l'agite dans tous les sens; et plus encore faute d'autre argumentation à lui opposer.

Écrit par : Pierre Roche | 30/01/2014

Non, messieurs. Ce n'est pas la peur mais la raison.
C'est clair comme l'eau cette initiative. Je ne suis ni contre ni pour, la gauche ou la droite mais en tant que citoyen j'estime qu'il faut mettre un frein une fois pour toute a la politique de la gauche et a une certaine droite qui la seule préoccupation est l'argent pour les riches. Il y a beaucoup de pauvreté ici et je ne parle pas des nos étrangers avec qui nous vivons plutôt en paix et en harmonie, mais ce sont bien des Suisses qui par orgueil et fierté car la seule chose qui reste. Je ne suis pas UDC ni MCG mais, la raison gagnera. Ayons l'intelligence de voter OUI a l'initiative. La peur c'est bien la gauche et le parti de François Longchamp qui s'en sert pour faire voter contre l'initiative.
On nous fait croire, que la Suisse va s'écrouler, , ce sera la ruine...etc etc etc. Nos jeunes, ne savent pas ce qui les attends lorsqu'ils auront fini leurs études, ils sont aveuglés par la vie Rose que les socialistes et certains politiques de droite font croire... C'est beau d'abolir les frontières,de vivre en harmonie avec tout la Europe etc etc etc... Moi aussi j'étais jeune et rêvais de tout ça mais avec ces politiciens rien de cela... MEFIEZ VOUS LES JEUNES... vous irez travailler en Grece ou en Espagne car ici il n'y aura pas de place pour vous ou le chômage ou l'assistance...VOTEZ OUI

Écrit par : manco | 30/01/2014

Vous avez tout a fait raison, la campagne médiatique est basée sur la peur:

- La peur des réactions de l'UE et de son bouledogue Viviane
- La peur des effets hypothétiques sur l'économie (remember EEE)
- La peur de passer pour un UDC
- La peur de passer pour des Xenophobes
- La peur de mettre nos diplomates dans l'embarras (les pauuuuvres...)

- Et toutes les peurs grossièrement primaires ci-dessus pour cacher la peur d’évaluer objectivement les pours et les contres de l'initiative et d'arriver a l’inévitable conclusion que la régulation est une évidence.

Les mêmes peurs qui ont déjà été agitées au moment des votations sur l'EEE, Le renvoi des criminels, et les minarets. Mais ne changer surtout pas une équipe qui perd...

Écrit par : Eastwood | 30/01/2014

Ouille, j'ai peuuuuuuur, je me piiiiiisssse au frrrroc....

Vraiment nuls à ch... ces PLRS.

Écrit par : petard | 30/01/2014

Je suis heureux de constater quelques jeunes qu'ont assisté au débat pour l'initiative UDC ont changé d'avis et ne sont plus d'accord de voter contre l'initiative. Il suffit d'en discuter clairement sans que l'on nous fasse de la fumé devant les yeux. De même avec quelques personnes âgées qui sont la retraire et qu’ont eu la chance de la vivre dignement. Tout simplement parce qu'ils ont vécu une époque qui ne ressemble pas à la nôtre. Mais encore une fois, ces braves gens ne connaissent pas la triste réalité actuelle que celle des Socialistes et le parti de François Longchamp qui savent bien utiliser la pauvreté, la précarité, la marginalisation et la sécurité alors que ce sont eux qui les créent.
Comment expliquer tous ces Européens qui se sont aventurés aveuglement dans le rêve Européen et quelques années plus tard, désespérés qui quittent leur pays pour échapper à la précarité et la pauvreté pour aller où ? Dans un autre pays Européen ? La crise est dans toute l'Europe, cela ne sert à rien de passer la frontière librement pour chercher du boulot. Le seul pays où ces Européens visent est la Suisse car partout en Europe on ne voit que cela. Nous accueillons déjà trop de travailleurs de l'Europe au détriment des travailleurs locaux. Jusqu'à où Monsieur Longchamp et ses partisans veulent continuer à enfoncer la Suisse ? Arrêtons de faire peur à la population. La Suisse à d’énormes ressources et c'est faux lorsque on nous dit que la Suisse est prospère grâce aux Européens. La Suisse est prospère grâce à grande capacité de gérer son destin. Nous sommes forts parce que nous sommes des Suisses. Nous avons su vivre dans le respect des personnes et des lois. Avec les étrangers nous avons prospéré car ces étrangers étaient des personnes bien conscientes de la chance qu’ils avaient de pouvoir travailler en Suisse. C’était cette conscience qui faisait d’eux des travailleurs modèles qui gagnaient et qui faisaient gagner la Suisse, mais c’était avant. Pourquoi, faire que la Suisse soit dirigée par des mentalités autres qui ne connaissent que le savoir-faire des pays qu’ils quittent car mal gérés et corrompus ? Nous savons bien comment beaucoup des Européens gèrent catastrophiquement leurs pays et on veut avec le temps confier notre destin a ceux qui ne connaissent que l'échec ? Aux jeunes je leur dit, votez selon vos convictions. Mais discutez sur votre futur, lorsque vous devrez entrer dans la vie active. Pour l’instant vous êtes encore chez papa et maman et tout va plutôt bien. A ceux qui sont dans l’âge de faire un apprentissage, pensez qu’il y a de plus en plus des jeunes qui viennent comme ses parents en Suisse pour chercher du travail et qu’ont aussi la chance de trouver des places d’apprentissage en Suisse avec un emploi à la fin. Souvent ces jeunes ont leurs familles qui travaillent en Suisse et qui les placent. Et vous lorsque vous irez chercher une place d’apprentissage, vous aurez du mal à en trouver. On a beaucoup de chômage à Genève et dans d’autres cantons frontaliers et depuis plus de 10 ans on essaie de limiter cet afflux de travailleurs frontaliers. Et maintenant, ce sont les jeunes qu’ont de la concurrence.
Croyez-vous que de l’autre côté de la frontière les jeunes dont le père ou mère travaille en Suisse et qu’on eut la chance de vivre décemment grâce à un salaire Suisse est motivé pour faire des études et à la fin ne pas trouver du travail ? Bac +1, +2. +3 etc. ne servent à rien car pas de travail et si par chance trouvent un, ce sera avec un salaire au plus de 2 mil Euros ? Avec tous les diplômes accumulent ? Ce que les jeunes français disent je ne fais pas des études car je préfère aller en Suisse et faire un petit job pour presque 3 mil euro ? Sans compter le dumping salarial existant dans lequel on peut payer jusqu’à 1200 euros par mois ? Ils seront contents de gagner ce salaire car au change c’est presque le salaire moyen en France.
Et les jeunes Suisses dans tout ça ?
C’est tout ça la réalité et on ne parle que du boulot car dans le reste c’est aussi un bordel.

Écrit par : Manco | 31/01/2014

Les commentaires sont fermés.