18/02/2014

Du plomb dans l'aile

imagesRFKNMECF.jpgLes Gripen prendront-ils leur envol  le 18 mai ? Rien n’est moins sûr tant les nuages s’amoncèlent dans le ciel de l’avion de combat suédois. Premier coup de tonnerre la semaine dernière avec la révélation de documents confidentiels qui démontrent l’étroite collaboration entre le Département de la défense d’Ueli Maurer, l’ambassade de Suède à Berne et Saab, le constructeur du Gripen, pour faire la promotion de l’avion de chasse suédois.

Des  liens qui ont amené ce week-end le PDC à  renoncer à conduire la campagne en faveur de l’acquisition des 22 Gripen à 3 milliards, comme il s’était engagé à le faire au nom des partis bourgeois. Le PDC met en avant  « le manque de clarté qui subsiste au sujet du financement de la campagne » pour justifier sa position.

Mais la raison principale du renoncement du PDC n’est-elle pas ailleurs ? Le résultat pour le moins indécis du vote, par exemple ? Si tel est le cas, le moins qu’on puisse dire est que la présidence du parti a eu fin nez, à moins qu’elle ne fut au courant du sondage publié hier révélant que 53% des Suisses s’opposent à l’achat des Gripen.

Mais en admettant que la présidence du PDC ait eu vent de ce sondage, elle ne pouvait pas anticiper le rocambolesque épisode du détournement d’avion d’hier qui a mis en avant l’inutilité des avions de chasse suisses en dehors des heures de bureau ! L’achat des Gripen ne changera rien à cela à moins, évidemment, d’augmenter massivement le budget militaire ce qui serait mal vu par 61% des Suisses qui se disent, dans le même sondage, favorables à une diminution du budget de l’armée…C’est le serpent qui se mord la queue.

Conclusion qui s’impose, à moins de vouloir jeter l’argent par les fenêtres, la seule issue raisonnable, et indépendamment de son avis sur l’armée,  est de refuser ce crédit de 3 milliards le 18 mai !

Commentaires

Je me pose également la question, comment va se présenter l' organisation de l'Armé pour le service de surveillance de l'espace sur le territoire de la Suisse une fois que les avions Gripen serrons disponible. Il me semble que cette organisation devrais être connue avant les votations.

Écrit par : Jean Streit | 18/02/2014

Je me permets de profiter de votre plateforme pour en rajouter une couche avec ce lien sur mon site.
www.pierrejenni.ch/blog/35-gripen

Histoire de compenser la censure systématique du blog Avia news de 24 heures.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/02/2014

Ne vaut-il pas mieux consacrer cet argent pour la formation, la recherche et l'innovation?

Écrit par : Charles | 18/02/2014

Vous me pardonnerez sûrement, mais lorsque j'ai appris cette somptueuse histoire surréaliste d'avions de combat ne fonctionnant qu'aux heures de bureau, j'étais morte de rire et le suis encore.

Peut-être devrions-nous ressortir nos arbalètes pour les heures creuses ?

Ou mieux, nos lance-pierres.

Écrit par : Jmemêledetout | 18/02/2014

Charles@ Oui. La formation de pilotes, la recherche en collaboration avec les ingénieurs de Saab et les innovations qui s'ensuivront...

Écrit par : Géo | 18/02/2014

@Mme Jmemêledetout. Si vous voulez une police aérienne H24 en Suisse avec des Gripen, comptez ~~ 2 millions de francs par jour (!!) achat non compris. Et il s'agit là d'une somme minimale, les coûts de maintenance ayant été très largement minimisés. Encore morte de rire ?

Écrit par : J.-C. Heritier | 19/02/2014

@J.-C.Héritier: d'abord le principe de la protection de l'espace aérien, c'est pour 24h ou rien et donc pas sujet à compromission. Ensuite on examine un par un les "scénarios type" des violations volontaires (hostiles) ou involontaires (non hostiles) les plus vraisemblables. Puis, un par un, on étudie les moyens d'y faire face efficament, mais aussi de manière proportionnée. Je n'ai pas compris pourquoi les F5 et F/A18 ne pouvaient pas remplir cette mission, voire pourquoi pas, dans certines cas, des hélicoptères multimission ne feraient pas l'affaire, mais je vais me documenter avant le vote. Quant au chiffre de deux millions par jour que vous avancez, merci le ca échéant de me communiquer votre source: en effet pour une seule patrouille en état d'alerte, prête à intervenir à tout moment mais qui ne sera que très peu solicitée, le chiffre paraît surprenant.

Écrit par : Ashwani Singh | 19/02/2014

@A.Singh. Normal que le chiffre vous semble surprenant: c'était "achat compris ", donc avec les 300 millions par an pendant 10 ans pris sur le budget fédéral. Merci d'avoir relevé cette bourde ! *

Quant aux frais d'exploitation, on navigue dans le flou le plus complet, ni M. Maurer ni l'Armée ne semblent en mesure d'articuler la moindre estimation fiable, les coûts à l'heure de vol relevés par la presse variant selon les paramètres pris en compte entre 5000 et 24.000 francs. 5000 francs, qui peut sans honte avancer un chiffre aussi fantaisiste ?

Je vous rejoins quant aux "scénarios" types des violations de l'espace aérien, en relevant que l'Administration fédérale, sur son propre site, considère qu'il ne suffit pas d'être "prêt au décollage" pour assurer la police de l'air, mais que un (ou des) appareil(s) DOIVENT être en vol, H24.
Ce qui,par conséquent, renchérirait considérablement les coûts d'exploitation !

Cordialement.

* PS. Pour me faire pardonner, et pour rester dans le domaine aéronautique, je vous donne un chiffre articulé par l'OMC donc fiable: pour sa commande de 120 Airbus 319 en 2002, easyJet a obtenu un tarif unitaire de 19,4 mio$.
Les 300 mio de francs annuels durant 10 ans alloués pour l'achat de 22 Gripen représentent ainsi une flotte civile de 176 A319 !

Écrit par : J.-C. Heritier | 20/02/2014

PS2. Ceci dit, M. Singh, même après des décennies dans le milieu aéronautique, je ne possède toujours pas la VGS, vous savez, la fameuse Vision Globale du Système, apanage des "autorités compétentes", comme celles-ci me l'ont inlassablement répété. Dont acte.

Écrit par : J.-C. Heritier | 20/02/2014

Les commentaires sont fermés.