25/02/2014

Des quotas pour les réfugiés homosexuels ougandais?

Les pressions internationales n’auront servi à rien. Le président ougandais a promulgué lundi une loi homophobe qui ferait presque passer Poutine pour un ami des homos…

Prison à vie pour les homosexuel-le-s, interdiction de la « promotion » de l’homosexualité, délation obligatoire, peine de prison pour celles et ceux qui aideraient d’une manière ou d’une autre les homosexuel-le-s, il ne manque que la peine de mort pour que le tableau soit complet.

photo.PNGLes effets de cette loi ne se sont pas fait attendre puisqu’au lendemain de sa promulgation, un journal ougandais a publié le nom de 200 personnes homosexuelles ou supposées comme telles.

Ca fait froid dans le dos, ça donne envie de vomir.

Que faire devant une telle négation des droits humains ? Réduire l’aide internationale ? Ce ne sont hélas pas les personnes qui ont voté cette loi qui seront les plus touchées par cette mesure. Faire comme si de rien n’était ? Bien sûr que non. Sentiment d’impuissance pour agir sur place.

Reste l’ouverture de la porte aux homosexuel-le-s ougandais-e-s qui souhaiteraient se réfugier dans un pays où les droits humains sont respectés, comme le nôtre.

Et là, au diable les quotas !

photo 1.PNG

18/02/2014

Du plomb dans l'aile

imagesRFKNMECF.jpgLes Gripen prendront-ils leur envol  le 18 mai ? Rien n’est moins sûr tant les nuages s’amoncèlent dans le ciel de l’avion de combat suédois. Premier coup de tonnerre la semaine dernière avec la révélation de documents confidentiels qui démontrent l’étroite collaboration entre le Département de la défense d’Ueli Maurer, l’ambassade de Suède à Berne et Saab, le constructeur du Gripen, pour faire la promotion de l’avion de chasse suédois.

Des  liens qui ont amené ce week-end le PDC à  renoncer à conduire la campagne en faveur de l’acquisition des 22 Gripen à 3 milliards, comme il s’était engagé à le faire au nom des partis bourgeois. Le PDC met en avant  « le manque de clarté qui subsiste au sujet du financement de la campagne » pour justifier sa position.

Mais la raison principale du renoncement du PDC n’est-elle pas ailleurs ? Le résultat pour le moins indécis du vote, par exemple ? Si tel est le cas, le moins qu’on puisse dire est que la présidence du parti a eu fin nez, à moins qu’elle ne fut au courant du sondage publié hier révélant que 53% des Suisses s’opposent à l’achat des Gripen.

Mais en admettant que la présidence du PDC ait eu vent de ce sondage, elle ne pouvait pas anticiper le rocambolesque épisode du détournement d’avion d’hier qui a mis en avant l’inutilité des avions de chasse suisses en dehors des heures de bureau ! L’achat des Gripen ne changera rien à cela à moins, évidemment, d’augmenter massivement le budget militaire ce qui serait mal vu par 61% des Suisses qui se disent, dans le même sondage, favorables à une diminution du budget de l’armée…C’est le serpent qui se mord la queue.

Conclusion qui s’impose, à moins de vouloir jeter l’argent par les fenêtres, la seule issue raisonnable, et indépendamment de son avis sur l’armée,  est de refuser ce crédit de 3 milliards le 18 mai !

14/02/2014

Le soutien intéressé d'Ueli Maurer aux Romands

imagesJOO1A1TB.jpg« Je peux souligner que les Romands sont d’excellents patriotes, d’excellents Suisses. » Cette déclaration d’Ueli Maurer fait bien évidemment suite à la polémique que Christophe Blocher a déclenchée cette semaine en dénonçant  la faible conscience nationale des Romands suite au vote de dimanche dernier.

Plutôt piquant de voir le Conseiller fédéral UDC, qui formait un duo de choc avec Christoph Blocher quand il était président de l’UDC suisse,  prendre la défense des Romands. Trop beau pour être honnête ? On pourrait être en droit de le penser si on fait un lien avec les prochaines votations du 18 mai qui verront le peuple suisse se prononcer sur un sujet éminemment patriotique, et qui intéresse particulièrement notre ministre de la défense, l’achat des Gripen !

C’est pourquoi mettre en question le patriotisme des Romands tombeGripen.jpg plutôt mal. Il pourrait en effet avoir pour conséquence de les faire voter majoritairement contre cette dépense « patriotique » et peut-être, une fois ne serait pas coutume, entraîner le reste du pays dans le refus…