28/04/2014

Le sexisme et le machisme d'Ueli Maurer

images.jpg

Ueli Maurer  a encore fait une gaffe. Après ses propos « regrettés » sur Didier Burkhalter, le voici qu’il compare les femmes  « à des appareils ménagers hors d’usage et vieux de 30 ans » les mettant au même niveau que les avions de combat que notre ministre de la défense aimerait tant voir remplacer par des Gripen. Son épouse appréciera.

Cette « blague » du Conseiller fédéral UDC, car cela voulait assurément en être une, est on ne peut plus maladroite. Mais comment s’en étonner de la part du représentant d’un parti qui a toujours voulu renvoyer les femmes à leur fourneau ? Elle est révélatrice d’un état d’esprit ancré au plus profond du politicien agrarien : sexiste et machiste. Rien de neuf à cela. Evidemment, on serait en droit de s’attendre à un peu plus de (re)tenue  de la part d’un Conseiller fédéral.

Mais cela fait longtemps qu’il n’y a plus rien à attendre de M. Maurer. 

En automne 2015, le Parlement osera-t-il le remplacer par un politicien du même parti digne de la fonction de Conseiller fédéral ? Ca doit exister même à l’UDC, non ?

23:17 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

27/04/2014

Marre d'entendre parler de la lutte contre le sida?

Qui n'a pas entendu dire que la lutte contre le sida est victime d'un désintérêt grandissant? Qu'elle n'est plus une cause que les Suisses ont à cœur de défendre? Que le grand public est aujourd'hui lassé d'en entendre parler?

Notre rapport d'activités 2013 démontre le contraire: l'adhésion  de nouveaux membres, le soutien de  nombreux donateurs, la fréquentation toujours plus importante de nos sites d'informations, le succès renouvelé de nos événements de solidarité et de sensibilisation sont autant de signes irréfutables que les enjeux liés au VIH/sida sont toujours bien présents dans l'esprit de chacune et chacun.

Le Groupe sida Genève est mobilisé pour l'accès aux moyens de prévention et à la prise en charge médicale, tant pour les populations précarisées que nous côtoyons à Genève que pour celles, plus lointaines, de pays où l'épidémie progresse plus vite que les ressources allouées pour la combattre. Notre adhésion à la Coalition internationale Sida PLUS nous offre l'opportunité de développer des collaborations sur des projets très concrets menés à l'Est et au Sud, où les besoins en la matière sont gigantesques. C’est le cas avec « la Maison de la joie », un orphelinat pour enfants séropositifs situé à Bujumbura au Burundi et dont s’occupe l’ANSS, membre de Coalition Plus.

Dans le contexte actuel, le soutien des collectivités publiques, de nos partenaires régionaux et internationaux ainsi que des Genevoises et Genevois, est plus que jamais crucial dans la mise en œuvre de notre mission. En effet, tout comme les communautés que nous soutenons, nous devons faire face à de nombreuses incertitudes et nous adapter au mieux pour maintenir notre équilibre financier et structurel, défendre les valeurs qui nous sont essentielles et garantir la stabilité de notre programme d'actions.

Pour ce faire, notre association a  la chance de pouvoir s'appuyer sur une forte implication  de son équipe pluridisciplinaire, de celle de nombreux volontaires, que ce soient les personnes accueillies que nous associons le plus possible à nos activités, de l'équipe de bénévoles, investie et mobilisée de façon compétente dans l'ensemble de nos différents domaines d'action et des membres de notre comité, organe de pilotage stratégique garant de notre orientation et de nos principes institutionnels.

En tant que président du Groupe sida Genève, je tiens à exprimer ici à toutes et tous ma satisfaction et ma reconnaissance pour le travail accompli.

Didier Bonny

Texte publié sous la rubrique « Le Mot du président » dans le  rapport d'activités du Groupe sida Genève 2013 qui vient de paraître.

 

18:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

14/04/2014

Un score qui en dit long

Pierre Bayenet a donc récolté 41% des voix en Ville de Genève, un véritable exploit quand l’on sait qu'il ne pouvait compter que sur le seul soutien officiel d’Ensemble à Gauche. Il a même remporté les arrondissements des Pâquis, Prairie-Délices, Cluse-Roseraie, Acacias et Mail-Jonction et fait « match nul » avec le vainqueur Olivier Jornot à Saint-Gervais.

Qu’en aurait-il été avec le soutien des Verts et des socialistes ? Il y a fort à parier que malgré son très grand déficit de notoriété face au procureur général sortant, il n’aurait pas été éloigné de la barre des 50%.

Voilà qui en dit long sur l’implantation de la gauche en Ville de Genève et qui laisse peu de chance à la droite de récupérer un deuxième siège au Conseil administratif lors des  élections municipales du printemps 2015.

A moins bien évidemment de conclure une alliance large allant du MCG au PDC en passant par le PLR et l’UDC.

photo.PNGMais on nous a juré que tel ne serait pas le cas, l’Entente se suffisant à elle-même.  A la place de Guillaume Barazzone, je regarderais quand même du côté de Veyrier…

18:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/04/2014

Le diable se cache dans les détails

photo.PNGChristophe Darbellay, président du PDC suisse, accuse les autres partis « soit de lui refuser un succès, soit à chercher à se profiler à ses dépends » suite à la décision de la commission de l’économie et des redevances du Conseil national de déposer un contre-projet direct à son initiative « Pour le couple et la famille – NON à la pénalisation du mariage » qui veut supprimer les désavantages fiscaux du mariage par rapport à d’autres modes de vie.

Rien à dire jusque-là, mais il est bien connu que le diable se cache dans les détails. Et ce « détail », c’est la définition que donne cette initiative du couple marié : « Le mariage est l’union durable et réglementée par la loi d’un homme et d’une femme. » Cette initiative comporte donc deux objets différents : un aspect lié à la fiscalité et un autre lié à ce que l’on entend par mariage, ce qui est inacceptable.

La commission du Conseil national l’a bien compris, contrairement au Conseil fédéral qui recommande d’accepter cette initiative…Les commissaires craignent « une éventuelle discrimination des partenariats de même sexe ». Le PDC a beau dire que son texte profite aussi aux partenariats enregistrés, avec une telle définition du couple contenue dans l’initiative, il est permis de l’interpréter différemment et ainsi d’ouvrir grand la porte à la discrimination entre les couples mariés et partenariés.

Sans parler de la confiscation du débat sur le mariage pour tous qui serait alors remis aux calendes grecques en cas d’acceptation de cette initiative et sans que l’on sache si les citoyennes et citoyens suisses ont voté pour le côté fiscal de l’initiative, le côté « mariage homme-femme » ou les deux !

Un contre-projet est donc frappé au coin du bon sens et sa formulation est attendue avec impatience. Il sera alors temps de voir si le PDC est prêt à retirer son initiative amputée de sa partie discriminatoire…

 

 

19:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |