30/06/2014

L'initiative discriminatoire du PDC combattue par un contre-projet

Un contre-projet direct à l’initiative discriminatoire du PDC « Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage » a été envoyé en consultation par la commission de l'économie et des redevances du Conseil national auprès des cantons, des partis politiques représentés au sein de l’Assemblée fédérale et des organisations nationales de défense des homosexuels Pink Cross et LOS.

C’est une excellente nouvelle pour celles et ceux qui combattent le fait qu’il n’y a pas d’unité de matière dans ce texte qui lie une problématique fiscale (égalité de traitement sur le plan fiscal entre couples mariés et concubins) à celle de la définition du mariage comme étant celle de l’union durable entre un homme et une femme.

Rappelons qu’aucune définition sur le mariage n’existe actuellement dans la Constitution et que s’il devait y en avoir une telle que celle proposée par l’initiative du PDC, cela signifierait la confiscation du débat du mariage civil pour toutes et tous pour de nombreuses années, ce qui est inacceptable (cf. ci-dessous les liens vers les textes publiés sur mon blog sur ce sujet).

Mais pour en revenir au contre-projet, il reprend uniquement le principe de non-discrimination sur le volet fiscal et ne contient pas de définition du mariage. La commission se penchera sur les résultats de la consultation au cours du quatrième trimestre 2014. Gageons qu’elle sera positive et qu’ensuite le PDC retirera son initiative au profit du contre-projet. A moins qu’il ne veuille prendre le risque d'apparaître comme le fossoyeur de l’égalité des droits pour les minorités sexuelles. A suivre...

 

Le PDC n’assume pas : http://independance.blog.tdg.ch/archive/2014/05/20/le-pdc-n-assume-pas-256144.html

Le diable se cache dans les détails : http://independance.blog.tdg.ch/archive/2014/04/09/le-diable-se-cache-dans-les-details-254854.html

Le PDC confisque le débat sur le mariage pour tous : http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/11/17/le-pdc-confisque-le-debat-sur-le-mariage-pour-tous-249900.html

L’initiative du PDC sur la famille est discriminatoire : http://independance.blog.tdg.ch/archive/2013/10/30/l-initiative-du-pdc-sur-la-famille-est-discriminatoire-24913.html

26/06/2014

Que doit faire Shaqiri pour avoir un 10?

Shaqiri.jpgAprès chaque match de la Suisse, la Tribune de Genève note les joueurs sur leur performance de 1 à 10. Sur quels critères ? Avant tout sur celui du jugement de valeur du journaliste qui se charge de cette évaluation !

Que faut-il faire pour avoir un 10 ? Un certain nombre de passes réussies, de duels gagnés, de centres adressés correctement, de buts marqués, de kilomètres parcourus ? La force ou la faiblesse de l’adversaire sont-elles prises en compte ? La Tribune de Genève ne s’embarrasse pas de ces questions, elle fait confiance au jugement de son journaliste. Tout simplement.

Et tant pis si l’arbitraire est érigé en juge : zéro un jour, héros un autre. Shaqiri en est le parfait exemple : un 4 contre la France (en fait la moyenne est à combien ?), le voici gratifié d’un 9 contre le Honduras. Et pourquoi pas 10 ? Marquer 3 buts dans un même match ne mérite-t-il pas la note maximale ?

Autre exemple. Toujours selon la Tribune de Genève, « Rodriguez a tenu sa position sans grande contradiction en face de lui. Sa contribution offensive est restée moindre. » Il obtient un 6.  Pour le teletext, « Rodriguez s’est montré intransigeant et performant dans les relances. » Ca vaut pas un 8 ?

Dernier exemple, Mehmedi est crédité d’un 4 par la Tribune de Genève. Le téléspectateur que je suis trouve cela incompréhensible, car d’après mon jugement de valeur, Mehmedi s’est donné sans compter et puis…le commentateur de la RTS a souvent cité son nom !

Il paraît que la note est le moyen le plus objectif pour évaluer et qu’elle est comprise par tout le monde. Peut-être. Mais pour ça, il faut qu’elle se base sur des critères qui soient définis à l’avance et vérifiables.

Alors, monsieur le journaliste de la Tribune de Genève, que doit faire Shaqiri pour obtenir un 10 contre l’Argentine ?

18/06/2014

UDC et MCG veulent couler les finances genevoises

La campagne sur le vote de l’initiative de l’UDC sur la traversée de la Rade, qui aura lieu le 28 septembre, est lancée et avec elle la bataille des chiffres.

Les opposants prédisent, ce qui paraît logique, plus de circulation sur la rampe de Cologny, sur la rue de Lausanne et sur l’avenue de France et les partisans…pas plus de trafic en ville. Il faudra m’expliquer comment en doublant un axe de circulation (cette initiative n’est qu’un Pont du Mont-Blanc bis souterrain),  on arrive à ne pas générer du trafic supplémentaire.

Et si tel était le cas, alors à quoi bon dépenser 1,5 milliard (dépassement de quelques centaines de millions non compris…) pour un ouvrage qui n’améliorera pas la circulation ?

Mais au-delà de ces querelles d’experts de la mobilité, il y a un élément qui est totalement objectif : Genève ne peut pas se permettre d’investir 1,5 milliard pour un aspirateur à voitures. Elle n’a même pas l’argent nécessaire pour rénover ses écoles !  En termes de priorité, le choix paraît vite fait : même la PLR, pourtant un parti probagnole, l’a compris.

Ce n’est pas le cas de l’UDC et du MCG qui malgré leurs discours sur les économies préfèrent couler un peu plus les finances genevoises avec une construction hors de prix et inutile…

Espérons que la majorité des Genevoises et Genevois en auront conscience au moment de voter et appuieront avec le pied sur la pédale de frein plutôt que sur celle de l’accélérateur !