14/07/2014

Demain, le TCS creuse gratis

P1010032.JPGNon content de remettre en question les études de circulation prédisant l’inutilité d’un tunnel sous la rade tel que préconisé par l’initiative de l’UDC  pour lutter contre le goût de bouchons, le TCS, dans la torpeur de l’été, combat à présent le prix de cet ouvrage.

Et il n’y va pas de main morte, divisant carrément le prix par deux, soit 660 millions contre 1,2 milliard prévu par l’Etat. Prenant comme base de départ le prix estimé en 2004 qui ne comptait que le coût de construction, le TCS l’augmente d’une centaine de millions et le tour est joué !

Quand on sait qu’à l’arrivée de travaux aussi gigantesques que ceux-ci, la facture est systématiquement supérieure à celle qui était envisagée par l’Etat (le CEVA, par exemple), on est en droit de penser que l’annonce du TCS n’est rien d’autre qu’une opération de communication de campagne pour contrer les adversaires de cette traversée sur un point sur lequel une majorité se dessine : son coût exorbitant pour des finances cantonales déjà mal en point.

Il y a en effet fort à parier que même parmi les autophiles les plus acharnés, et qui ne verront donc pas l’inutilité de ce pont du Mont-Blanc bis, certains vont réfléchir à deux fois avant de glisser un « oui » dans l’enveloppe à cause du montant indécent de la facture. Cela, le TCS l’a bien compris d’où sa volonté de réduire le coût de la traversée à son minimum.

Gageons que d’ici le 28 septembre, le TCS trouvera même une solution pour démontrer aux Genevoises et Genevois que le tunnel peut être creusé gratuitement !

Commentaires

"Le promesses n'engagent que ceux qui y croient".

Machiavel, vers 1500. Chirac, 1988. TCS, 2014.

Écrit par : J.-C. Heritier | 14/07/2014

Bien dit!

Écrit par : Valérie dR | 17/07/2014

Les commentaires sont fermés.