28/08/2014

Le PDC pris en otage par le PLR

Et c’est reparti ! Malgré un projet de budget de la Ville de Genève équilibré pour 2015, et qui fait la part belle au dicastère du seul élu de l’Entente, les habituelles rengaines du PLR sont en marche. «Il n’y a pas le début du premier effort, chaque année on dépense plus » dénonce dans le Courrier l’un des candidats du PLR au Conseil administratif, Adrien Genecand. Il est vrai qu’à quelques mois des élections municipales, s’attendre à des débats sereins est une pure utopie.

La constatation que la Ville de Genève dépense chaque année plus est juste. L’annuité pour ses fonctionnaires, par exemple, coûte à elle seule plus de 5 millions. La droite aura-t-elle le courage de la geler, comme cela est souvent le cas à l’Etat, à la veille des élections municipales ? Peu probable.

Ce sont les mêmes qui refusent régulièrement le budget qui demandent plus de force pour la sécurité. Résultat ? 26 postes de plus au budget 2015 pour la police municipale et 4 pour les pompiers. Si l’on ajoute encore les 3 postes de jardiniers et 2 de nettoyeurs pour répondre à l’ouverture du parc aux Charmilles, ce sont 35 des 42 postes nouvellement créés qui se trouvent dans le département dirigé par le membre de l’Entente, Guillaume Barazzone !

L’élu PDC et ses conseillers municipaux feront-ils alors face à leurs responsabilités en défendant ce projet de budget qui comprend également une substantielle augmentation pour les familles (2,8 millions), avec la création de 194 places de crèche, et une autre de plus d’un million pour les restaurants scolaires suite à l’introduction du mercredi matin?

Rien n’est moins sûr, car le PDC est pris en otage par le PLR dont les électrices et électeurs décideront en grande partie de la réélection de Guillaume Barazzone.

12:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/08/2014

Attaquer maintenant Barthassat, une faute politique

À en croire le blog de Romain de Sainte Marie, éminent représentant du parti socialiste genevois, "Luc Barthassat alignerait les défaites et les erreurs". Et de lui mettre sur le dos les revers subis sur les votations concernant les P+R sur sol français et les TPG en argumentant qu'on avait mis au pilori Michèle Künzler pour moins que ça. Revanchard l'élu socialiste? Apparemment.

Les attaques contre l'ancienne conseillère d'Etat verte étaient outrancières de la part d'une bonne partie de la droite, c'est vrai. Est-ce une raison à présent pour en faire de même à l'égard de son successeur? Est-ce de cette manière là que l'on trouvera, enfin, à Genève une certaine paix autour de la question de la mobilité? Poser la question, c'est y répondre.

Le recul manque pour faire un bilan sur les actions de Luc Barthassat. Mais il est certain que c'est une faute politique que d'attaquer, à ce moment précis, un conseiller d'Etat qui met une belle énergie à s'opposer à l'initiative pour la traversée de la rade, à laquelle la gauche est fermement opposée, et qui tente de sauver ce qui peut l'être suite à la votation sur les TPG! Faire noter son opposition pour sauver des emplois, et le faire savoir, alors que l'on fait partie de la majorité du gouvernement, est une preuve de courage dans le contexte économique et politique dans lequel Genève se trouve.

Sans aller jusqu'à demander à ses adversaires politiques de le souligner, la naïveté a ses limites, on pourrait tout de même s'attendre à ce qu'ils "laissent venir" au moins jusqu'à la votation sur la traversée de la rade où les intérêts du conseiller d'Etat et de ses adversaires politiques habituels convergent.

À moins d'être adepte de la politique de la terre brûlée, évidemment.

18:12 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21/08/2014

3 affiches pour dire NON au tunnel à bouchons

Le comité unitaire « Non à la traversée de la rade » avait donné en fin de matinée rendez-vous à la presse aux Bains des Pâquis. A cette occasion, il a expliqué pour quelles raisons il s’oppose avec force à cette initiative catastrophique du point de vue de la mobilité, de l’économie, de l’environnement et du paysage (cf. à ce sujet 8 bonnes raisons de dire NON au tunnel et Tunnel sous la rade: les réacs ne sont pas ceux qu'on croit).

Au cours de cette conférence de presse, les 3 affiches de campagne, dont une d’Aloys, ont également été dévoilées. Elles parlent d’elles-mêmes !

Le 28 septembre, c’est NON au tunnel à bouchons !bouchons.jpeg

chaos.jpeg

1.5 mia.PNG

http://www.non-traversee-rade.ch/


COMITÉ NON À LA TRAVERSÉE DE LA RADE

actif-trafiC, ATE, Les Amis de la Plage des Eaux-Vives, Association des usagers des Bains des Pâquis (AUBP), Survap (Association des habitants des Pâquis), Association des habitants des Eaux-Vives, Action Patrimoine Vivant, Citrap, DAL, Ensemble à Gauche, Jeunesse Socialiste, Parti Socialiste, Les Pâquis Sont à la Rue, Pro Velo, Mobilité Piétonne, Réseau Objection de Croissance, solidaritéS, Les Verts, Parti Pirate, SYNA.

 

14:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

15/08/2014

Tunnel sous la rade: les réacs ne sont pas ceux qu'on croit!

Mon texte intitulé « 8 bonnes raisons de dire NON au tunnel » a donné un coup de sang à « hommelibre » qui a qualifié les opposants au tunnel sous la rade de «clique réac qui a trop fumé la moquette ». Plutôt amusant de se faire traiter de « réac » par quelqu’un qui défend une solution du passé qui a été refusée le 9 juin 1996 par 71% des votants.

Les réacs sont donc bien plutôt à aller chercher du côté de celles et ceux qui sont en faveur de ce tunnel qui coûtera au bas mot 1,5 milliard, pour lequel il faudra dépenser chaque année 40 millions pour l’entretien, qui entraînera 10 ans de travaux, qui créera plus de trafic sur les quais et donc des bouchons, et qui défigurera la rade de Genève.

Pour diminuer les embouteillages et la pollution, il ne faut pas créer une nouvelle voie de circulation qui ne fera qu’aggraver le problème, mais encourager les transports publics et la mobilité douce (prolongation des lignes de tram, renforcement des fréquences TPG et amélioration de leur vitesse, mise en service rapide du CEVA, parkings-relais en périphérie, pistes cyclables sécurisées). 

C’est moins cher, plus efficace et plus durable. Exactement le contraire d’une pensée « réac » qui est bel et bien l’apanage des défenseurs du tunnel !

Le 28 septembre, c’est NON à ce tunnel à bouchons !

photo.PNG

14:52 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

12/08/2014

8 bonnes raisons de dire NON au tunnel

 

photo.PNG

Le comité NON à la traversée de la rade (1) avance au moins 8 bonnes raisons pour rejeter lors de la votation du 28 septembre la construction d’un tunnel sous la rade :

JETER 1.5 MILLIARD AU LAC ? NON !

Le prix pour construire ce tunnel est estimé entre 1.2 et 1.5 milliard ! Or, les projets routiers coûtent toujours plus cher que prévu. Ainsi, la tranchée couverte de Vésenaz, estimée à 35 millions lors de la votation populaire, a finalement coûté le double. Avec le forage d’un tunnel souterrain sous le lac, la note finale pourrait dépasser les 2 milliards !

La construction de la traversée coûterait l’équivalent de :

• la construction de 18 écoles neuves ou la rénovation de 20 cycles d’orientation
• la construction de 3000 appartements
• la prolongation de 4 lignes de tram
• 10 ans de budget pour l’éducation

40 MILLIONS PAR AN POUR L’ENTRETIEN ? NON !

Chaque année, l’entretien du tunnel coûterait à l’Etat l’équivalent des frais de fonctionnement de 4 lignes TPG !

10 ANS DE TRAVAUX SUR LES QUAIS ET LE LAC ? NON !

Alors que les travaux du CEVA ne sont pas encore terminés, ce projet ouvrirait un nouveau chantier colossal au centre-ville, s’étendant jusqu’à la route de Malagnou par un gigantesque tunnel. Cela va massivement obstruer le trafic automobile, piéton et lacustre pendant au moins 10 ans !

CRÉER DES BOUCHONS ? NON !

Le tunnel sous la rade déboucherait, des deux côtés, sur des axes déjà saturés de trafic (av. de France, quai Gustave-Ador...). Les normes de sécurité interdisent les embouteillages à l’intérieur des tunnels : les bouchons déborderont donc sur les quais des deux côtés de la rade !

+ DE TRAFIC ? NON !

La construction de nouvelles routes augmente le trafic, car cela encourage le recours à la voiture au détriment des transports publics. Avec ce tunnel, le trafic serait renforcé :

+ 50% sur l’avenue de France
+ 40% sur la rue de Lausanne
+ 30% sur la rampe de Cologny
+ 20% sur le quai Gustave-Ador
 (selon les études mandatées par l’Etat

RUINER LES LOISIRS ? NON !

Les loisirs au bord du lac seraient ruinés : promenade au parc Mon Repos, cinémas en plein air, baignades à Baby Plage et aux Bains des Pâquis... Les parcs et le jet d’eau seraient sinistrés par les bouchons et les klaxons. De plus, le tunnel sortirait exactement à l’endroit prévu pour une plage publique aux Eaux-Vives.

MENACER L’EAU POTABLE ? NON !

Le tunnel aboutirait en plein dans la nappe phréatique des Eaux-Vives, pourtant indispensable pour alimenter nos foyers en eau potable : un véritable désastre écologique !

DÉFIGURER LA RADE ? NON !

Un tunnel sous la rade, ce sont deux portiques d’accès massifs sur les quais de chaque rive, qui défigureraient le paysage unique de la rade de Genève.


Le 28 septembre, c'est NON à ce tunnel à bouchons !


(1) actif-trafiC, ATE, Les Amis de la Plage des Eaux-Vives, Association des usagers des Bains des Pâquis(AUBP), Survap (Association des habitants des Pâquis), Association des habitants des Eaux-Vives, Action Patrimoine Vivant, Citrap, DAL, Ensemble à Gauche, Jeunesse Socialiste, Parti Socialiste, Les Pâquis Sont à la Rue, Pro Velo, Mobilité Piétonne, Réseau Objection de Croissance, solidaritéS, Les Verts, Parti Pirate, SYNA

17:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |