09/11/2014

La "guerre" pour 5 millions par an?

La commission des transports du Grand Conseil, MCG en tête qui n’est pas à une contradiction près sans quoi, il est vrai, ce ne serait plus le MCG, a donc voté en faveur d’un nouveau contrat de prestations des TPG de 4 ans dans lequel il manque 5 millions par année pour maintenir les emplois et les prestations.

Mauvais perdants après que le peuple ait voté par deux fois en faveur de l’initiative de l’AVIVO et en plébiscitant au travers du sondage du Département des transports la mobilité douce et les transports publics, les commissaires ont refusé cette rallonge de 5 millions par an pour compenser en partie la baisse des tarifs des TPG dès le 14 décembre.

Entêtés, leur vote aura pour conséquence une diminution de l’offre, mais aussi, et c’est encore bien plus grave, des licenciements qui bien évidemment auront des répercussions sur le plan humain, mais aussi sur les finances de l’Etat, un chômeur coûtant  de l’argent !

Un calcul donc à très courte vue, sans compter que les syndicats ne vont pas rester les bras croisés, une première manifestation est d’ailleurs prévue le 12 novembre, avec le risque de grèves qui amèneront le chaos dans les déplacements.

D’où la question de départ : vaut-il la peine de déclencher la guerre pour 5 millions annuels en faisant payer à la population son outrecuidance d’avoir souhaité des TPG moins chers, mais en aucun cas moins efficaces ?

Poser la question, c’est bien évidemment y répondre ! Espérons que le Grand Conseil, à commencer par le MCG qui a soutenu la diminution des tarifs, désavouera sa commission des transports pour éviter un énième épisode de la guerre des transports…

Commentaires

Il est plus que temps que le monde du travail défende ses intérêts de manière efficace. Une grève massive avec tous les transports publics à l'arrêt, juste pour voir le service économique rendu par ces transports publics, service ô combien sous-estimé. Les automobilistes seront enchantés de LEUR libre choix du mode de transport. Depuis de nombreuses années c'est une véritable guerre économique qui est menée contre les travailleurs.

Écrit par : Johann | 09/11/2014

Il fallait être naïf ou être totalement aveuglé par la propagande pour croire qu'une baisse des recettes resterait sans conséquences. Moins d'argent, donc moins de prestations, l'équation est logique. Sur cette affaire l'alliance de circonstance entre l'extrême-gauche et l'extrême-droite a parfaitement réussi à créer le chaos, les deux côtés doivent donc être satisfaits.

Écrit par : Daniel Ceszkowski | 09/11/2014

"vaut-il la peine de déclencher la guerre pour 5 millions annuels en faisant payer à la population son outrecuidance d’avoir souhaité des TPG moins chers, mais en aucun cas moins efficaces ? "

Il ne s'agit pas de faire payer à la population son outrecuidance. On ne peut pas voter d'un coté la baisse des tarifs, et de l'autre s'attendre au statu quo (c'est meme pire que ca, puisque la population s'attend à ce que l'extension de l'offre se poursuive!).

Tout a un coût. Il me semble plus normal que ce coût, engendré par ce vote, se répercute sur une baisse des services que sur une ponction supplémentaire sur les deniers publics (le CONtribuable tendant à devenir une minorité dans ce canton d'assistanat).

Il est grand temps que les gens retrouve la notion de valeur des choses, des biens et des services dans ce monde du "tout gratuit" (soit-disant...)

Écrit par : Pierre Roche | 10/11/2014

Les commentaires sont fermés.