22/11/2014

Absences de G. Barazzone au Conseil national: les statistiques

images.jpgDans l’interview de Guillaume Barazzone parue dans la Tribune de Genève de vendredi sur sa candidature au  Conseil administratif, on aurait pu s’attendre de la part du journaliste à une question sur la façon dont il gère son double mandat à l’Exécutif de la Ville de Genève et au Conseil national. Et s’il avait l’intention de se représenter également à ce poste l’automne prochain.

On n’en saura donc rien pour l’instant. Ceci n’empêche toutefois pas de se faire une petite idée en allant regarder les statistiques sur politnetz.ch (http://www.politnetz.ch/parlament/nr/abwesenheiten/). On y découvre ainsi que Guillaume Barazzone a le quatrième taux le plus élevé d’absence parmi les 200 parlementaires.  Il manque en moyenne 20% des votes avec des pointes à 33% pour la session d’hiver 2013 et de 30% pour celle du printemps 2014 !

Lors d’une note postée sur ce blog au début de l’année (Barazzone sur les traces de Blocher), j’avais émis l’hypothèse que le Conseiller administratif aurait toutes les peines du monde à concilier deux lourds mandats électifs. Bertrand Buchs, député et chef du groupe PDC au Grand Conseil, avait commenté cette note en demandant « d’attendre deux sessions complètes avant de conclure », celle de l’hiver 2013, où il a remplacé Luc Barthassat, ne l’étant pas. 

Les conclusions sont à peu près les mêmes : Guilaume Barazzone a manqué 164 votes sur 821 et se trouve dans le top 6 des plus absents en compagnie d’ailleurs d’autres conseillers nationaux qui ont également un mandat dans leur canton (Oskar Freysinger et Lorenzo Quadri).

Compte tenu de ce qui précède, les électrices et électeurs de la Ville de Genève sont en droit de connaître les intentions du magistrat municipal sur sa candidature ou non au Conseil national l’automne prochain pour voter en tout état de cause : je peux, quant à moi, tout à fait imaginer donner ma voix à Guillaume Barazzone s’il n’est candidat qu’au Conseil administratif, mais en aucun cas s’il persiste à vouloir cumuler les deux fonctions.

 

Commentaires

CQFD Monsieur Bonny.

Écrit par : jacques joray | 23/11/2014

...c'est très clairement se moquer des électeurs! Un tel absentéisme en entreprise signifie "la porte!" !

Écrit par : Galileo | 23/11/2014

Les commentaires sont fermés.