09/12/2014

Un classement bien complaisant

En découvrant dans la Tribune de Genève du jour qu’un PLR et un PDC étaient en tête du classement de la Tribune de Genève des meilleurs conseillers nationaux genevois, je me suis d’emblée dit qu’il ne pouvait en être autrement de la part d’un quotidien proche de l’Entente. Et puis, je me suis également dit qu’il ne fallait pas d’emblée faire un procès d’intention à la Julie.images.jpg

Je me suis donc penché sur l’article et surtout sur la méthodologie qui a été utilisée pour conclure que Christian Lüscher était le meilleur conseiller national et Guillaume Barazzone son dauphin. Et là, mes soupçons sont immédiatement remontés à la surface au regard des critères pris en compte.

Le premier concerne le « poids politique », c’est-à-dire l’appartenance aux commissions parlementaires et aux postes des appareils politiques des politiciens. A en croire la Tribune de Genève, le fait que Christian Lüscher soit vice-président du PLR « augmente son influence ». Mais en quoi cette étiquette fait-elle de lui un bon conseiller national ?

Le deuxième critère se veut plus objectif, puisqu’il prend en compte le nombre d’interventions en plénum, mais aussi les motions ou postulats déposés. Toutefois, pas un seul chiffre n’est avancé, ce qui serait de toute façon bien insuffisant pour juger de la qualité des interventions, il faut donc croire sur parole les auteurs de l’article.

Dernier critère, un sondage auprès des  « réseaux des élus ». Et là également, on ne sait pas combien de personnes ont été questionnées, de quelles provenances, si le nombre a été le même pour tout le monde et j’en passe et des meilleurs.

La cerise sur le gâteau à propos de ces pseudos critères d’évaluation étant que les deux conseillers aux Etats Robert Cramer et Liliane Maury Pasquier  « n’ont pas été pris en compte pour établir le podium, occupant des positions à part » ! Ne serait-ce pas plutôt parce que ce sont deux élus de gauche ? D’ailleurs dans le corps de l’article, on peut y lire que « le duo genevois au Conseil des Etats a donné un bon millésime 2014 »…

Quant au critère de présence des conseillers nationaux lors des votes, il n’existe bien évidemment pas, sans quoi il aurait été difficile d’hisser le conseiller administratif de la Ville de Genève au second rang, lui qui a le quatrième taux d’absence le plus élevé du Parlement (cf. à ce sujet: absences de G. Barazzone au Conseil national).

Bref ! Ce podium des parlementaires repose sur beaucoup trop d’éléments subjectifs pour être pris au sérieux. Du coup, l’article ressemble plus à de la propagande électorale, moins d’une année avant les élections fédérales de 2015, qu’à une photographie vraisemblable de la qualité de nos parlementaires genevois. Dommage.

Commentaires

Christian Lüscher devant Guillaume Barrazzone : ce duo aux deux premières places reflète à lui seul le niveau catastrophique de la députation genevoise à Berne... Avec un beau parleur à la première place et un néophyte qui, les rares fois qu'il est là, est scotché à son téléphone portable avant de courir prendre son train de retour, je ne vois pas comment Genève pourra les liens et alliances nécessaires pour faire passer ses dossiers. Et ce n'est pas le duo rouge-vert du Conseil des Etats qui va relever le niveau, hélas...

Écrit par : A. Piller | 09/12/2014

Les commentaires sont fermés.