11/01/2015

Barazzone persiste et signe

Lors d’une note postée précédemment sur ce blog concernant les absences de Guillaume Barazzone au Conseil national en raison de son double mandat, je concluais en écrivant que les électrices et électeurs de la Ville de Genève étaient en droit de connaître les intentions du magistrat municipal sur sa candidature ou non au Conseil national l’automne prochain pour voter en tout état de cause lors de élections au Conseil administratif de ce printemps.

Dans l’édition du « Courrier » du 3 janvier, Guillaume Barazzone dévoile ses intentions, à savoir continuer de cumuler les deux fonctions, tout en disant toutefois vouloir prendre sa décision définitive après les élections municipales.

Serait-ce que le Conseiller administratif se laisse une roue de secours en cas de non élection à l’Exécutif de la Ville ou alors qu’il ne veut pas se mettre à dos celles et ceux qui sont contre le cumul des mandats en laissant planer un (léger) doute ? Probablement les deux.

Mais à vouloir jouer sur les deux tableaux le Conseiller national-administratif ne risque-t-il pas de perdre en crédibilité ? Surtout quand il déclare au « Courrier » que l’engagement d’un assistant parlementaire (quel rapport ?) et le déplacement des jours de réunion du Conseil administratif lui permettent de siéger durant toute la session. Or, les chiffres sont têtus : Guillaume Barazzone est bel et bien dans le peloton de tête des parlementaires qui manquent le plus.

Aux électrices et électeurs de la Ville de Genève dans un premier temps, puis éventuellement à celles et ceux du canton dans un second de décider s’il est possible, en les remplissant correctement,  de cumuler un mandat de Conseiller administratif à plein temps avec celui de Conseiller national qui doit bien représenter un mi-temps…si on l’exerce pleinement, évidemment.

Les commentaires sont fermés.