15/08/2015

Zéro siège pour l'UDC au Conseil fédéral?

Un ou deux sièges pour l’UDC au Conseil fédéral, FullSizeRender.jpgà l’issue des élections fédérales de cet automne ? Cette question focalise déjà l’attention des milieux politiques et de médias à pourtant plus de trois mois de la décision.

Gesticulations certes politiques et médiatiques, il faut bien nourrir le débat au milieu de l’été, mais qui pourraient ne pas être vaines si la question était posée différemment : un ou zéro siège pour l’UDC ?

En effet, l’annonce avortée de la candidature d’Adrian Amstutz, le chef de groupe de l’UDC, devrait amener les parlementaires qui éliront le nouveau Conseil fédéral début décembre à se poser plutôt la question de la disparition de l’UDC au Conseil fédéral plutôt qu’en augmenter sa présence.

Cette réflexion, c’est Adrian Amstutz lui-même qui en est à l’origine. En déclarant cette semaine qu’ « il ne pourrait pas s’imaginer, au nom du principe de la collégialité, se taire quand la majorité du Conseil fédéral met en danger l’avenir du pays, qu’elle ignore les décisions du peuple, qu’elle ne freine pas l’immigration démesurée, qu’elle s’agenouille devant Bruxelles, qu’elle met en danger la sécurité du pays en ne donnant pas les moyens financiers à notre armée », Adrian Amstutz a fait preuve en l’occurrence d’une grande cohérence qu’il  convient de saluer à sa juste valeur.

Son message est clair : l’UDC est un parti d’opposition, que j’ai qualifié dans un précédent billet de championne de la destruction massive, et à ce titre elle ne peut pas à la fois vouloir gouverner et taper constamment sur le gouvernement, avoir le beurre et l’argent du beurre.

A partir de ce constat, il n’y a donc pas lieu de se poser la question d’un deuxième siège pour l’UDC au Conseil fédéral, mais bien plutôt de se demander s’il faut qu’elle conserve celui qu’elle occupe actuellement.

Commentaires

Il y a du vrai dans votre article, mais ça rappel aussi un constat fâcheux:

C'est en fait le conseil fédéral qui est dans l'opposition... Contre la majorité démocratique des citoyens. Surtout quand il s'agit d'immigration, d'union européenne, de souveraineté ou de secret bancaire.

Écrit par : Eastwood | 15/08/2015

Cela est votre point de vue : "l’UDC est un parti d’opposition, que j’ai qualifié dans un précédent billet de championne de la destruction massive", tout comme celui des membres UDC est que ce sont les autres partis qui sont des champions de la destruction massive de la Suisse en désirant adhérer à l'Union Européenne.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/08/2015

Avec 7 UDC au CF il n'y aurait plus de problèmes et la Suisse serait, enfin, gouvernée selon la volonté du peuple.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 15/08/2015

faut de l'UDC! une majorité PDC avec les gauches est incapable de sortir de l'auberge UE

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15/08/2015

Si l'UDC n'avait pas de siège au Conseil Fédéral, il est vraisemblable qu'elle lancerait une nouvelle initiative pour l'élection du Conseil Fédéral par le peuple. Quand les partis magouilles pour évincer le représentant du plus fort parti de Suisse on s'éloigne de la démocratie. De la part de quelqu'un qui n'a jamais voté UDC, mais qui craint toutes les attaques contre la démocratie.

Écrit par : Charles | 15/08/2015

yes Charles: de fait, reste que la question de l'opacité des financements des campagnes d'élections politique

n'a toujours pas été ...euh, abordée.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15/08/2015

La Suisse a connu un conseil fédéral avec 7 radicaux de 1848 à 1892, cela est donc possible de voir un jour 7 conseillers fédéraux UDC.

C'est juste une question de temps ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/08/2015

@D.Bonny : Je ne suis pas d'accord avec la politique de l'UDC mais je ne suis pas d'accord non plus avec votre point de vue, cela voudrait simplement dire que l'on se fiche de l'opinion d'une partie (non négligeable) de l'électorat de notre pays. Et cela ne cadre pas très bien avec la démocratie directe de notre pays.

Écrit par : grindesel | 15/08/2015

En ne votant pas pour l'UDC vous favoriser les magouilleurs; PLR, PDC, PS et autres verdâtres!
Le dernier exemple en date n'est rien que les résultats de la commission sur les migrations qui veut offrir aux migrants-réfugiés-clandestins la gratuité pour l'aide juridique. En faisant le tour des membres de la dite commission vous vous apercevez qu'il y a entre autres une avocate en la personne d'isabelle moret PLR, une professeure de droit celsa amarelle qui a un boulevard devant elle pour sa reconversion!

Ces gens ne représentent plus leurs électeurs, ils ne s'occupent que de leurs intérêts personnels. Les seuls qui ne le font pas, se sont les UDC!
La meilleure preuve, c'est l'obstination que tous les autres partis mettent a essayé de les dénigrer, voire démolir en dehors de la sphère politique!

Les Electeurs ont encore 60 jours pour savoir s'ils veulent scier la branche sur laquelle ils sont assis, ou sauver la démocratie directe, la souveraineté et nos libertés.....c'est simple, mais ça demande du courage!

Écrit par : Corélande | 16/08/2015

Je ne suis pas UDC ni rien, mais à mon humble avis, ce serait 3 conseillers fédéraux que l'UDC devrait avoir.

Et si tous les sujets existentiels de ce pays (UE, immigration plus que dingue, insécurité) ont toujours le soutien du peuple en votation, c'est 4 qu'ils mériteraient.

Écrit par : JDJ | 17/08/2015

Les commentaires sont fermés.