23/08/2015

Les phrases qui tuent

La campagne pour les élections fédérales est montée en puissance cette semaine avec, au niveau national, la conférence de presse du PLR et des socialistes et, au niveau genevois, celle de l’UDC. Rien de nouveau sur le fond, chacun défendant les thèmes qui lui sont chers, mais, à lire la presse, un effort sur le forme en essayant de faire passer des phrases ou des formules qui tuent, en se demandant d’ailleurs si leurs auteurs mesurent toujours leur portée…

C’est ainsi que Christian Lüscher, vice-président du PLR suisse, n’a pas hésité à brocarder le parti socialiste sur son combat pour l’égalité salariale entre hommes et femmes en disant que « si l’on écoutait le PS, il faudrait bientôt interdire qu’un homme puisse courir un 100 mètres plus vite qu’une femme, car c’est discriminatoire. » Mélanger égalité physique et égalité salariale, c’est prendre les électrices et les électeurs pour des idiotes et des idiots, à commencer par celles et ceux du PLR.

Mais dans le genre, il y a encore mieux, ou pire c’est selon, avec les déclarations de la présidente de l’UDC genevoise, Céline Amaudruz, candidate sur tous les fronts aux élections nationales. Elle et son parti veulent « rester zen » dans une circulation qui étouffe…à cause des transports publics ! Mais comment peut-on dire des bêtises pareilles, même en campagne électorale ? Que toutes celles et ceux qui prennent les transports publics se déplacent en voiture et il est évident que la circulation à Genève va s’améliorer…

Et puisqu’il est question de Mme Amaudruz, je ne résiste pas à reproduire ici, pour celles et ceux à qui elle aurait échappé, cette phrase d’anthologie qu’elle a prononcée au cœur de l’été (Tribune de Genève du 27 juillet) concernant le projet de tester les drogues des fêtards. Pour Mme Amaudruz, « on devient tolérant avec des pratiques pourtant illégales. C’est comme un meurtrier qui demande si le couteau avec lequel il va tuer tranche suffisamment ! ».

A la seule différence, Mme Amaudruz, qu’il ne s’agit pas de tuer qui que ce soit, mais au contraire de sauver des vies. Heureusement que les phrases qui tuent n’entraînent pas la mort de leur auteur…

Commentaires

En d'autres termes Céline Amodruz a dit que l'état n'a pas a aider les drogués a se droguer... Et vous trouver ça d'une stupidité "d'anthologie" ?

Écrit par : Eastwood | 23/08/2015

Les commentaires sont fermés.