15/12/2015

Une simple question de droit

État de droit. Séparation des pouvoirs. Voilà des notions qui apparemment ne sont pas très bien comprises du pourfendeur patenté des directeurs d'établissement du primaire.

L'association genevoise des directeurs de l'enseignement primaire a décidé de faire recours contre un seul article de la nouvelle loi sur l'instruction publique, celui qui dit qu'ils doivent consacrer du temps à l'enseignement. Outre le fait que la préoccupation d'enseignement est quotidienne pour les directeurs qui sont le garant que l'enseignement est dispensé correctement dans leur établissement, c'est leur droit de citoyen de faire recours.

Que cela plaise ou non.

L'association aurait certes pu lancer un référendum, mais cela aurait alors remis en question toute la loi, ce qui n'était pas dans l'intérêt général dont les directeurs sont particulièrement soucieux en tant que serviteurs de l'Etat. La Cour constitutionnelle décidera par conséquent si le recours est recevable ou non. 

Il n'est donc pas question de "faire une crise" ou de se comporter en "enfant gâté", il est d'ailleurs piquant de se faire traiter d'enfant gâté par quelqu'un qui a pu prendre sa retraite à 55 ans à des conditions qui n'existent plus aujourd'hui, mais simplement de faire valoir ses droits.

Est-ce si difficile à comprendre? 

Commentaires

Le démantèlement d'une école socialement responsable est le travail de toute une vie de la personne que vous mentionnez.

Écrit par : El Captain | 15/12/2015

Vous me faites l'honneur d'un billet sur votre blog! Ca m'aurait étonné, Monsieur le Directeur, que vous restiez sans réagir. A la bonne heure! Vu votre statut, je comprends bien que vous ayez un peu de peine à accepter l'idée que votre corporation fasse une crise...et pourtant ça lui ressemble fortement. Je constate par ailleurs que nous sommes d'accord sur le fond de la question, l'aspect juridique. Nous le sommes bien sûr un peu moins sur ce que vous écrivez dans votre dernier paragraphe. Permettez-moi donc d'éclairer votre lanterne bien que vous touchiez là à ma sphère privée qui, au fond, ne regarde personne. Pour une fois, je ferai exception et vous réponds sur cette question de retraite qui semble vous rester entre les dents. Voyez-vous, l'école prenait (a pris) une direction qui ne me plaisait pas parce qu'elle ne correspondait plus à l'idée de ce que l'école devrait être à mon sens. Plutôt que de jouer au "faux-cul", ce que certains n'hésitent pas à faire, j'ai donc préféré me retirer puisque j'avais l'occasion de le faire ce que, je vous l'accorde, était une chance énorme. Ce qui m'a permis, ne vous en déplaise, de m'occuper de mes vieux parents ainsi que de mon beau-père plutôt que de les placer en EMS. Et croyez-moi, là, le cahier des charges est conséquent...

@El Captain
Les commentaires de quelqu'un qui est un lâche incapable de tenir un point de vue à visage découvert ne m'intéresse pas.

Écrit par : Duval | 15/12/2015

Monsieur,

En tant que parent d'un élève dans votre établissement et fonctionnaire, j'en ai assez de vos grèves ! Il y en a marre, mon enfant ne comprend pas votre message non plus et pourtant, il est petit !

Vous dites tout faire pour les enfants, ne rien faire pour vos salaires, alors pourquoi les directeurs ne reprendraient pas l'enseignement pour ces élèves que vous aimez tant ?

Si les profs genevois étaient payés dans la moyenne des grandes agglomérations suisses, on aurait plus d'enseignants et moins d'élèves en classe, tout en supprimant les directeurs d'établissements qui n'ont pas une utilité prouvée.

J'observe depuis plusieurs années votre utilité et je n'en vois pas désolé...

En tout cas, on en a marre de vos grèves et revendications d'enfants gâtés, y compris votre recours.

La plupart des fonctionnaires ont compris que le budget est ce qu'il est et que les vaches grasses sont derrière nous. Donc, pour ne pas se voir couper une partie de notre salaire comme outre sarine, on se la ferme et on bosse !

Franchement, un enfant gâté on finit par le changer, vous les profs, à mon avis, on y arrivera jamais. Vous êtes déconnectés de la réalité.

Écrit par : parent et fonctionnaire | 15/12/2015

"Le démantèlement d'une école socialement responsable est le travail de toute une vie de la personne que vous mentionnez."

La personne que vous mentionnez nous fait un nième caca nerveux. Il ne perd pas une seule occasion pour manifester sa haine des directeurs de l'école primaire.

Vous aurez remarqué que la personne que vous mentionnez ne consacre PAS UNE ligne à la défense de l'école dont l'avenir est menacé par les coupes budgétaires prévues. RIEN sur les grèves auxquelles participent massivement les enseignants. En fait, il n'a plus rien à faire de l'école. Il est dans un combat unidirectionnel et obsessionnel contre les directeurs.

Écrit par : Johann | 15/12/2015

@parent et fonctionnaire

- « Il y en a marre, mon enfant ne comprend pas votre message non plus et pourtant, il est petit ! »

Désolé, c'est pas prévu au programme budgété par la droite.
Et qu'est qu'il a besoin de comprendre ?
La droite lui dira pour qui et pour quoi voter.

Écrit par : Chuck Jones | 15/12/2015

"
@El Captain
Les commentaires de quelqu'un qui est un lâche incapable de tenir un point de vue à visage découvert ne m'intéresse pas.
"

mais avant :
"Permettez-moi donc d'éclairer votre lanterne bien que vous touchiez là à ma sphère privée qui, au fond, ne regarde personne."

Vous avez choisi d'intervenir dans l'espace public, alors faut assumer, sinon c'est un peu "lâche" non ?

Écrit par : El Captain | 15/12/2015

Le combat juridique des directeurs d'école pour éviter d'avoir à enseigner témoigne bien de la motivation qui les anime : défendre les récents acquis de leur position, gagner un très bon salaire, mais surtout pas la transmission de connaissances !!
L'école genevoise fonctionnait déjà avant cette imbécilité coûteuse de Charles Beer (PS) de créer près d'une centaine de postes de cadres administratifs supérieurs.
L'école genevoise a besoin d'enseignants, de maîtres et maîtresses qui aiment les enfants et veulent les faire progresser.
Dans une période économique difficile, il est nécessaire de dégraisser le back-office du DIP, de supprimer le maximum de postes administratifs (p.ex. directeurs d'établissements) qui s'auto-alimentent en "travail" (rapports-réunions-études-colloques-directives etc.) et de remettre des enseignants motivés en face des élèves.
Quand je lis les lignes de M. Bonny je pense immédiatement à Julien Bovey ("26 minutes")...
Nos enfants et l'école genevoise méritent mieux que ça, non ?

Écrit par : A. Piller | 16/12/2015

Ça me manquait ces tergiversations concernant les directeurs. Merci M. Duval, merci M. Putallaz! Finalement, il y a quelque chose de divertissant tant les réactions des ces retraités sont prévisibles. Ils semblent en faire le combat d'une vie: la quête d'un paradis perdu, celui d'une école qui sent la naphtaline et qui rappelle les répliques célèbres du "Petit Nicolas" (surtout quand Goscinny mentionne le fameux inspecteur!, lol). Il y a une question qui, pourtant, m'empêcherait de dormir si elle n'était futile au regard des vrais enjeux de l'école d'aujourd'hui : comment peut-on accorder du crédit à des personnes complètement déconnectées de la réalité quotidienne de l'école, de ce qui est construit, jour après jour, grâce à tous les acteurs qui la font vivre? Le contexte actuel permet d'entrevoir ce qui semble être une réponse plausible. Les thèses avancées par ce que j'appelle volontiers les "fossoyeurs de l'école genevoise" (si vous suivez, ce sont les mêmes qui proposent de reprendre l’organisation de l'école aux environs de 1960), sont instrumentalisées à des fins d'économies....Point de sens dans tout cela, juste des marionnettistes et des marionnettes. Bonne suite de retraite pour les plus chanceux, bonne galère pour les autres fonctionnaires! Sarah

Écrit par : Sarah | 16/12/2015

El Captain ne sait-il plus comment on accorde un verbe ? Décidément il ne lui reste plus que le fiel.
Je voulais également le féliciter car ses diatribes ne sont finalement que l'expression de ce qu'il est: pathétique.
Autre question: El Captain s'est retiré en 2008, année d'entrée en fonction des directions d'établissement. Pour s'occuper de ses parents ou par peur que son travail fasse l'objet d'un contrôle trop... gênant ?

Écrit par : Nicolas Reuland | 16/12/2015

Il faudra m'expliquer comment faire enseigner les directeurs alors que tous les directeurs n'ont pas une formation d'enseignants.

Une pétition (voir: P1849-B, site du grand conseil ou + rapide Google) d'incompétents pas contents, traitée par une commissions d'élus incompétents du Grand Conseil.

@Duval, A quelles conditions financières? Soyez donc transparent jusqu'au bout

Écrit par : Steve Roeck | 17/12/2015

@Nicolas Reuland

"El Captain ne sait-il plus comment on accorde un verbe ? "

Non, mais je me fais un plaisir d'entendre de lire votre cours magistral à ce sujet. Sachant que vous semblez avoir la sagacité de l'inspecteur Clouseau, par exemple concernant mon activité professionnelle, je pense que la réponse va être intéressante.

Écrit par : El Captain | 17/12/2015

Les commentaires sont fermés.