23/12/2015

"Avançons ensemble!"

IMG_4258.JPGC’est sous ce slogan résolument positif que la résistance contre l'initiative discriminatoire et rétrograde du PDC s'organise. Le PLR, les Vert'libéraux, le PS, les Verts et Operation Libero sont les partenaires privilégiés de Pro Aequalitate, une association qui a été créée récemment dans le but de mener des campagnes dans le cadre d’initiatives populaires et de référendums touchant aux droits des lesbiennes, des gays, des personnes bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI).

La première campagne de Pro Aequalitate intitulée « Avançons ensemble ! » concerne l'initiative du PDC « Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage » sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 28 février prochain.

Sous couvert d’égalité fiscale, l’initiative du PDC s’attaque également au mariage civil pour tous avec une définition discriminatoire et rétrograde du mariage. Il faut savoir que la question fiscale ne concerne que 80 000 couples. La Conférence des directrices et directeurs cantonaux des finances s’est d’ailleurs clairement prononcée contre cette initiative en mettant en avant que « l’initiative ne bénéficie pas à toutes les familles, mais au contraire soutient uniquement les familles qui n’en ont pas besoin. »

Si l’initiative du PDC était acceptée, cela signifierait, d'après le Conseil fédéral, une diminution des rentrées fiscales entre 1,2 et 2,3 milliards de francs qu’il faudrait compenser par une diminution de prestations et/ou une augmentation des impôts.

Mais au-delà de l’aspect fiscal, c’est bien évidemment la définition du mariage contenue dans l’initiative qui pose problème aux défenseurs de l’égalité des droits. Le texte demande d’inscrire dans la Constitution fédérale que le mariage est « l'union entre un homme et une femme ». Cette initiative empêche donc le peuple suisse de se prononcer séparément sur la pénalisation du mariage en matière fiscale et sur l'ouverture du mariage civil pour les couples de même sexe.

Si cette initiative trouvait une majorité devant le peuple, le débat sur l'ouverture du mariage pour les couples de même sexe serait par conséquent étouffé dans l'œuf et le chemin vers l'ouverture du mariage civil pour tous se verrait bloqué pendant des années, voire des décennies.

La Suisse veut-elle vraiment être le premier pays d’Europe de l’Ouest à adopter une telle interdiction et ainsi « reculer ensemble » plutôt qu’ « avancer ensemble » ? Réponse le 28 février.

Les commentaires sont fermés.