19/01/2016

L'égalité des droits: "un point de détail"

12573081_1006206706113104_8991746541503882902_n.pngC’est par cette formule consternante que le président du PDC, Christophe Darbellay, a répondu à la journaliste du Temps, dans une interview parue lundi, quand elle l’a interrogé sur la définition du mariage, « l’union durable et réglementée entre un homme et une femme », contenue dans l’initiative du PDC soumise au peuple le 28 février prochain.

Pour Christophe Darbellay, les « adversaires (de l’initiative) prennent un point de détail et en font une montagne. »

Vraiment ?

Est-ce faire une montagne que de mettre en avant qu’en inscrivant cette définition discriminatoire et rétrograde du mariage dans la Constitution, on interdit, avant même que le débat ait eu lieu, le droit au mariage pour tous ?

Est-ce faire une montagne que d’expliquer que sous couvert de plus d’égalité fiscale pour 80 000 couples mariés plutôt aisés, soit 160 000 personnes qui représentent 2% de la population, on s’en prend aux droits de 500 000 personnes, le nombre estimé de personnes homosexuelles en Suisse, soit 6% de la population ?

Est-ce faire une montagne que de rendre attentif celles et ceux qui voteront qu’en voulant supprimer une discrimination fiscale cette initiative en crée une autre en terme d’égalité des droits et ne résout en rien la problématique de l’égalité fiscale, seule la taxation individuelle pouvant y parvenir ?

Pour celles et ceux qui s’opposent à cette initiative (1), l’égalité des droits pour toutes et tous n’est pas un « point de détail ». C’est au contraire un point fondamental qui mérite bien de soulever des montagnes pour que le NON l’emporte le 28 février !

 

(1) PLR, Vert’libéraux, PS, Verts, Pro Aequalitate, Amnesty Internatioal , Operation Libero, USS, …

Commentaires

C'est caricatural de la dictature des minorités: Vous n'hésitez pas à denier l'égalité de traitement a l'ensemble des couples mariiés hetero sur le plan fiscal et aussi des revenus AVS en vous focalisant sur une question de vocabulaire qui vous déplait.

D'autant que le point est loin d'être claire, selon le dictionnaire le mariage est effectivement entre un homme et une femme. Si ce n'est que ça qui vous dérange, demander un avenant a la constitution pour le renommer "union civile" ou un truc du genre...

En fait derrière un certain sectarisme LGBT, la vrai raison de l’opposition de la gauche et des fonctionnaire est la crainte de perdre des revenus fiscaux par l'abolition de cette discrimination.

Et plutôt que de nous faire croire qu'il y a plus de gays que de couple hetero impacté par cette injustice, dites nous plutôt combien de couple gay pacsé il y a aujourd'hui en Suisse, ça remettra les choses a leur place.

Écrit par : Eastwood | 19/01/2016

Cher Eastwood,

C'est étrange comme vos dires sont totalement contradictoires avec ce qui est écrit...

"Vous n'hésitez pas à denier l'égalité de traitement a l'ensemble des couples mariés hétéro sur le plan fiscal et aussi des revenus AVS" ? Réponse : "seule la taxation individuelle [peut ]y parvenir".

Pour le pacs ? Je peux vous renvoyer entre autres à ceci (http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/30850414) et à cela (http://www.rts.ch/info/suisse/1127227-premiere-annee-modeste-pour-le-pacs.html).

Les LGBT ont envie d'avoir les mêmes droits que les couples hétéro, qui peuvent choisir entre le PACS et le mariage. Ce serait trivial de ma part de vous expliquer maintenant les avantages entre l'un et l'autre, puisque c'est à chacun d'en juger ; néanmoins, vous pourrez admettre qu'il y a de larges différences entre les deux. La plus importante pour certains : aucun droit à l'adoption (http://www.rts.ch/info/suisse/1089831-le-pacs-en-vigueur-des-le-1er-janvier.html).

De plus la définition du dictionnaire date de 1145, et le monde a bien évolué depuis. En 1145, l'idée d'un mariage sans passage à l'église était inconcevable, comme le fait qu'on puisse avoir un président américain presque noir ou des femmes à la tête de pays. Ce n'est pas une question de valoriser jusqu'à l'idéal des minorités, mais de donner des droits équivalents à des personnes de valeur équivalentes, qui sont porteuses de respect pour autrui et pour eux-mêmes.

Ce n'est pas qu'une question de vocabulaire, ce n'est pas qu'un "point de détail". L'idée est de pouvoir se marier avec la personne que l'on a choisi, que l'on respecte et que l'on aime. Pourquoi ne pas respecter un choix qui fait preuve de respect envers chacun ?

Écrit par : Conradl | 20/01/2016

Les commentaires sont fermés.