01/06/2016

Loi sur l'adoption: le côté positif du référendum

Un Conseil national bien ancré à droite peut tout de même réserver de bonnes surprises, notamment grâce au PLR. C’est ainsi que l’UDC, avec quelques PDC qui feraient mieux de rejoindre ce parti, s’est trouvée bien seule lundi pour s’opposer à la révision de la loi sur le droit à l’adoption.

Cette réforme de la loi votée par le Conseil national à une majorité des deux tiers, après que le Conseil des Etats l’ait également approuvée encore plus largement ce printemps, ouvre l’adoption conjointe aux couples concubins ou aux couples pacsés. Cette modification a comme conséquence qu’au sein des couples de même sexe l’enfant pourra être adopté par le parent « non biologique ».

Ainsi, en cas de décès de la mère ou du père biologique, l’enfant pourra continuer de vivre au sein de la même famille, ce qui n’est pas garanti actuellement. C’est donc un grand progrès pour ces milliers d’enfants qui, on le veuille ou non, grandissent dans des familles homoparentales et n’ont pas les mêmes droits que les autres. La loi s’adapte à l’évolution de la société en protégeant ces enfants. Ni plus, ni moins. La grande majorité des parlementaires l’a compris et il faut s’en réjouir.

Evidemment, comme c’est presque toujours le cas en Suisse quand il s’agit d’aller dans la direction de plus d’égalité des droits pour toutes et tous, les milieux conservateurs agitent la menace du référendum. Il ne devrait pas en être différemment cette fois-ci, puisque l’Association interpartis et interreligieuses pour la famille traditionnelle qui regroupe les membres les plus conservateurs de l’UDC, du PDC et de l’UDF a déjà annoncé son intention de recueillir les 50 000 signatures nécessaires pour un vote devant le peuple.

Soit. Nous voterons donc très probablement sur cette révision de la loi. Et les chances qu’elle passe la rampe du vote populaire sont grandes, car elle sera soutenue par la gauche, le PLR, une partie du PDC et bien évidemment toute la société civile qui se bat pour une Suisse ouverte qui a à cœur de protéger toutes ses citoyennes et tous ses citoyens.

Et une fois l’adhésion populaire obtenue, on n’en parlera plus. C’est le côté positif du référendum.

Les commentaires sont fermés.