21/07/2016

Je ne suis pas un "cycloterroriste"!

FullSizeRender.jpgL’interdiction, heureusement apparemment en voie d’être assouplie, des cyclistes dans les parcs de la Ville de Genève est symptomatique du malaise actuel autour de la place que les autorités veulent accorder à ce moyen de transport qui pourtant devrait être largement soutenu.

Ecologique, prenant peu de place sur le domaine public et bon pour la santé, le vélo devrait être une priorité dans un milieu urbain comme l’est Genève. Et pourtant, ce n’est pas le cas ! Le réseau cyclable, malgré l’acceptation d’une initiative en 2011 qui allait dans ce sens, est lacunaire, voire carrément dangereux, à de nombreux endroits.

Cet état de fait oblige les cyclistes soit à prendre de gros risques dans la circulation, soit à essayer de les contourner en empruntant les parcs ou les trottoirs. Et il faut bien reconnaître que, hélas, certains le font en ne respectant pas ceux qui ont l’absolue priorité dans ces endroits : les piétons.

Et c’est comme ça qu’on en arrive aux interdictions et à la mauvaise réputation qui colle aux cyclistes, que l’on appelle même des « cycloterroristes » (merci Pierre Maudet à l'origine de cette terminologie) alors que la grande majorité de ceux-ci se comportent bien sur la route à l’égard des autres usagers. 

Ayant fait le choix de me déplacer principalement à vélo depuis de nombreuses années, je m’insurge contre cette appellation qui est extrêmement blessante au regard de ce que signifie le mot terroriste dans l’actualité de tous les jours.

Ce n’est pas parce qu’un cycliste ne respecte pas la signalisation (l’autorisation de tourner à droite à vélo au feu rouge pourrait d’ailleurs être possible prochainement), sans mettre en danger qui que ce soit évidemment, qu’il doit être traité de terroriste !

Comment devrait-on autrement appeler les motards qui systématiquement empruntent les pistes cyclables parfois en mettant en danger les cyclistes, remontent les files en bouchonnant les vélos ou se mettent en position aux feux à la place prévue pour les cyclistes ou encore les automobilistes qui se parquent sur les bandes cyclables créant ainsi un obstacle dangereux ? Des « motardoterroristes » ?  Des « automobiloterroristes » ?

Il ne s’agit pas d’opposer un mode de transport à un autre, mais de créer les conditions nécessaires pour que les cyclistes puissent se déplacer en sécurité sur le réseau routier et ainsi ne plus devoir emprunter des voies où ils n’ont rien à y faire.

Mais pour cela, il faut que nos autorités prennent leurs responsabilités et fassent voter les crédits qui vont avec, ce qui demande évidemment plus d’implication que de simplement interdire aux vélos de rouler dans les parcs ou d’autoriser les motos à emprunter les voies de bus…

 

Commentaires

Parc ou pas, régulièrement je manque me faire shooter. Je serais un misérable si ces histoires n'étaient pas vraies :

Hier après-midi, je longe le trottoir en bas de chez moi. Le feu pour traverser étant au vert, je m'apprête à traverser. Sachant ce qu'il peut se passer dans cette ville grâce aux styles de conduite importés de plus en loin, je jette un œil rapide.

Bien m'en a pris, un vélo conduit par un rustre barbu avec un gros casque musique sur les oreilles déboule, m'évite de justesse, grille le feu et passe, sans se retourner ni un geste d'excuse. Je regrette de ne pas avoir d'arc.

À ce même angle, passent souvent des vélos sur le trottoir malgré la piste cyclable. L'un arriva si fort un jour que même le réflexe de nous éviter n'a pas permis qu'il me déchire le sac de courses.

Traversant régulièrement des parcs, je les vois débouler (pas tous, certes) en vitesse, en particulier celui des Bastions. Mais bordel! Un enfant qui court dans un parc, ça vous paraît pas possible ?!

Pour dire que j'en ai assez de tout cela, pruner les automobilistes c'est hyper important mais j'affirme que j'ai eu plus de problèmes jusque là dans ma vie avec des vélos. Pruner les vélos et les interdire dans les parcs est très, très pertinent.

Et je ne suis pas le petit vieux fragile d'un mètre 60.

Écrit par : JDJ | 22/07/2016

J'ai bien lu : "la grande majorité de ceux-ci se comportent bien"? Je rêve, ou c'est vous?

Écrit par : Ralf LATINA | 22/07/2016

Ne pas oublier l'article 47, alinéa 2 : si la circulation est arrêtée, les motocyclistes resteront à leur place dans la file des véhicules.

Or, le problème avec les bandes cyclables, c'est que de nombreux scootéristes/motocyclistes ne respectent pas cette loi, mais de surcroît le font à des vitesses élevées et en klaxonnant les cyclistes qui ont le malheur d'y rouler.

Et que dire de l'article 35 n 2.22 qui stipule une distance de sécurité de 90 cm en dépassant un cycliste...

Tout cela n'excuse pas les comportements de certains cyclistes qui n'en ont cure des autres, mais cela ne justifie aucunement insultes et attitudes agressives de certains automobilistes à l'égard des cyclistes respectueux. Un jour, un de ces petits coups de volant à droite pour faire peur à un cycliste que l'on dépasse, finira pas causer un accident mortel.

Si certains ont besoin de se défouler, de décompenser, qu'ils s'en prennent aux cyclistes qui roulent comme des dingues sur les trottoirs, aux dealers qui écoulent coke et héroïne devants les écoles (ce qui ne gênent pas grand monde, ni même les parents de nos chères têtes blondes).

Écrit par : Fredo Basta | 23/07/2016

"Comment devrait-on autrement appeler les motards qui systématiquement empruntent les pistes cyclables"

Rien. C'est conforme à la loi.

Article 40 alinéa 3 de l'ordonnance sur la circulation routière:

"Les conducteurs d'autres véhicules peuvent rouler sur les bandes cyclables délimitées par une ligne discontinue (6.09), pour autant que la circulation des cycles n'en soit pas entravée"

Et c'est confirmé par un arrêt du TF de 1996 qui énonce trois conditions, en l'occurrence une de plus que la lettre de la loi:
c'est autorisé tant que 1. la piste cyclable est accolée à la route, 2. la piste cyclable est séparée par une ligne discontinue et pas par une ligne continue 3. le motard n'empêche pas les vélos de circuler.

Quand on prétend dénoncer la stigmatisation dont on est victime, alors qu'on émet un comportement illicite qui est la cause de cette stigmatisation, on ne le fait pas en stigmatisant les autres, encore moins si leur comportement est quant à lui tout à fait légal.

Écrit par : Frederic Bastiat | 22/07/2016

Si on se plaint, c'est bien parce que la condition 3 n'est pas réalisée...
La condition 2 n'est pas non plus toujours respectée, puisqu'on voit certains motards zigzaguant et montant sur la rampe inclinée délimitant la piste cyclable...
Voilà un recours à l'arrêté du TF qui prend l'eau!

Écrit par : Zaninetti | 23/07/2016

@didier
Pauvre chou. Essaie un peu le velo tu verra tout ce quon subi. Sa va te detendre un peu en passant et te faire faire du sport aussi. Et oui tu vois le velo a pleins d''avantages! Et en plus il ne pollue pas.

Écrit par : Mat | 23/07/2016

distingo à faire, plize! entre scootéristes et motards

les motards-vététistes, qui font tout g'nêve surtout à vélo, sont parmi les + respectueux du code, sont parmi les + vigilants, conscients des risques encourus par tous

le truc qui n'échappe à personne: la majorité des enfoirés en 2-roues qui nous submergent aux heure de bureau, sont des scootéristes. essentiellement frontaliers d'ailleurs.

Écrit par : divergente | 23/07/2016

"Je serais un misérable si ces histoires n'étaient pas vraies :"

Je pense qu'elles ne sont pas vraies.

Écrit par : Machin | 23/07/2016

"2. la piste cyclable est séparée par une ligne discontinue et pas par une ligne continue"
Ce qui n'est pas le cas sur plusieurs routes où la piste cyclable est séparée par un seuil. Ce qui n'empêche nullement les motos d'y circuler. Exemple: route des Acacias.

Écrit par : Charles | 23/07/2016

@Charles: regardez mieux, vous parlez non de motos, mais des scooters & de leurs petits frères à -50cc, ces petits cu.. bes,
les motards, c'est pas les mêmes clients.

Écrit par : divergente | 23/07/2016

Vous n'êtes pas un cycloterroriste ? Cela reste à prouver ! Pour ma part j'ai été "bousculé" par un cycliste près de la poste de la Jonction et cet homme est un magistrat de gauche de la Ville. Il a ronchonné car je ne le laissait pas passer où il voulait, sur son blog il m'a répondu que c'était normal qu'il roule en vélo sur les trottoirs car la route est trop dangereuse ! Le danger pour les piétons, il n'en a rien à foutre !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 23/07/2016

Des bouteilles de bière brisées et autres "crève-pneu", ce n'est pas ça qui manque sur certaines bandes et pistes cyclables. La haine anti-cycliste conduit à exploits qui témoignent de la très haute intelligence de leurs auteurs, dont le sens civique mériterait bien une médaille décerné par Pierre Maudet himself.

Écrit par : Fredo Basta | 24/07/2016

Pour faire court je vous rappelle que la loi fédérale interdit les vélos sur les trottoirs et dans les parcs. Si Genève fait toujours partie de notre pays le canton doit appliquer la loi, c'est pourtant simple ! Dans le cas contraire il faut que les piétons se défendent en semant quelques clous, bris de verres ou autres crèvent-pneus sur les trottoirs, ils seront plus tranquilles.

Écrit par : Justine Tittgout | 23/07/2016

"loi fédérale interdit les vélos sur les trottoirs et dans les parcs"
Sauf que:
" Le trottoir est réservé aux piétons, la piste cyclable aux cyclistes. Le Conseil fédéral peut prévoir des exceptions."
Il peut y avoir des exceptions. Et de nombreuses pistes cyclables sont dessinées sur les trottoirs. Pistes où les piétons circulent sans y avoir droit, donc.
Quant à la proposition: "en semant quelques clous, bris de verres ou autres crèvent-pneus sur les trottoirs", elle est non seulement d'une stupidité sans nom, mais digne d'une terroriste, et mènera directement à la case prison pour mise en danger de la vie d'autrui, y compris des piétons.

Je connais même un endroit où la piste cyclable dûment indiquée au début cesse de l'être une fois engagée. Et où les piétons ne sont pas exceptionnellement rares. Et alors? Alors ce qui doit primer c'est le respect et la politesse, qualités dont beaucoup ici devraient s'inspirer, cyclistes ET piétons.

Écrit par : Charles | 23/07/2016

Les commentaires sont fermés.