21/07/2016

Je ne suis pas un "cycloterroriste"!

FullSizeRender.jpgL’interdiction, heureusement apparemment en voie d’être assouplie, des cyclistes dans les parcs de la Ville de Genève est symptomatique du malaise actuel autour de la place que les autorités veulent accorder à ce moyen de transport qui pourtant devrait être largement soutenu.

Ecologique, prenant peu de place sur le domaine public et bon pour la santé, le vélo devrait être une priorité dans un milieu urbain comme l’est Genève. Et pourtant, ce n’est pas le cas ! Le réseau cyclable, malgré l’acceptation d’une initiative en 2011 qui allait dans ce sens, est lacunaire, voire carrément dangereux, à de nombreux endroits.

Cet état de fait oblige les cyclistes soit à prendre de gros risques dans la circulation, soit à essayer de les contourner en empruntant les parcs ou les trottoirs. Et il faut bien reconnaître que, hélas, certains le font en ne respectant pas ceux qui ont l’absolue priorité dans ces endroits : les piétons.

Et c’est comme ça qu’on en arrive aux interdictions et à la mauvaise réputation qui colle aux cyclistes, que l’on appelle même des « cycloterroristes » (merci Pierre Maudet à l'origine de cette terminologie) alors que la grande majorité de ceux-ci se comportent bien sur la route à l’égard des autres usagers. 

Ayant fait le choix de me déplacer principalement à vélo depuis de nombreuses années, je m’insurge contre cette appellation qui est extrêmement blessante au regard de ce que signifie le mot terroriste dans l’actualité de tous les jours.

Ce n’est pas parce qu’un cycliste ne respecte pas la signalisation (l’autorisation de tourner à droite à vélo au feu rouge pourrait d’ailleurs être possible prochainement), sans mettre en danger qui que ce soit évidemment, qu’il doit être traité de terroriste !

Comment devrait-on autrement appeler les motards qui systématiquement empruntent les pistes cyclables parfois en mettant en danger les cyclistes, remontent les files en bouchonnant les vélos ou se mettent en position aux feux à la place prévue pour les cyclistes ou encore les automobilistes qui se parquent sur les bandes cyclables créant ainsi un obstacle dangereux ? Des « motardoterroristes » ?  Des « automobiloterroristes » ?

Il ne s’agit pas d’opposer un mode de transport à un autre, mais de créer les conditions nécessaires pour que les cyclistes puissent se déplacer en sécurité sur le réseau routier et ainsi ne plus devoir emprunter des voies où ils n’ont rien à y faire.

Mais pour cela, il faut que nos autorités prennent leurs responsabilités et fassent voter les crédits qui vont avec, ce qui demande évidemment plus d’implication que de simplement interdire aux vélos de rouler dans les parcs ou d’autoriser les motos à emprunter les voies de bus…

 

14:39 Publié dans Verts | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |

14/07/2016

"Florence Foster Jenkins" contre "Marguerite": qui gagne? (et 5 autres films à l'affiche)

FullSizeRender.jpgComparaison n’est pas raison, certes. Toutefois, difficile de ne pas avoir en tête « Marguerite » en visionnant « Florence Foster Jenkins », surtout quand la sortie de l’un suit l’autre de quelques mois seulement.

Revoilà donc sur nos écrans Florence Foster Jenkins dans un film qui se veut beaucoup plus proche de la réalité de sa vie que ne l’était « Marguerite ». Le titre du film est d’ailleurs on ne peut plus explicite à cet égard.

« Florence Foster Jenkins » se concentre sur les derniers mois de la vie de la riche héritière new-yorkaise, atteinte dans sa santé, en 1944 au moment où elle décide de donner un concert au Carnegie Hall de New-York. Ce n’est certes pas la première fois qu’elle se produirait sur scène, mais jusque-là son entourage avait réussi à faire en sorte que cela se fasse en privé et devant un public averti. Averti que Florence Foster Jenkins chante horriblement faux sans qu’elle en soit apparemment consciente…

Cette situation de départ, qu’on a toujours de la peine à imaginer qu’elle se base sur des faits réels, possède évidemment un fort potentiel comique. Et en effet, on rit en regardant et en écoutant Meryl Streep, comme d’habitude parfaite, chanter si mal. On rit également grâce au talent comique, mais aussi de pianiste car il n’est pas doublé, de Simon Helberg absolument génial dans le rôle de Cosmé MCMoon.

Mais on a aussi plutôt tendance à sourire, et à être parfois ému, en se mettant à la place de St.Clair Bayfield (Hugh Grant, convaincant), compagnon de très longue date de Florence Foster Jenkins, qui par amour ne sait plus que faire pour que « sa » cantatrice ne se trouve pas confrontée à la terrible réalité.

Comme « Marguerite », le film évolue du comique au tragi-comique, il est soigné avec des costumes et des décors somptueux et une distribution excellente. Mais à la différence du film de Xavier Giannoli, sans doute par souci de réalisme, il lui manque ce supplément d’âme qui faisait que « Marguerite » vous prenait aux tripes (3 étoiles).

Toujours à l’affiche

4 étoiles. « Dans les forêts de Sibérie ». Adapté librement du récit de Sylvain Tesson, qui raconte les quelques mois que l’aventurier a vécus en ermite dans une cabane isolée du reste du monde en Sibérie, le film questionne sur son rapport à soi-même et à l’autre, car si la solitude voulue donne un indéniable sentiment de liberté, en tout cas pour un temps, il n’en est pas de même quand elle est subie. Tourné sur les rives gelées du lac Baïkal qui donnent au film un décor à couper le souffle et des images de toute beauté, le tout accompagné d’une musique sublime, « Dans les forêts de Sibérie » réussit à captiver le spectateur du début à la fin. Il s’y passe toujours quelque chose que ce soit au niveau de l’action à proprement parler ou du chemin intérieur que parcourt le héros du film, parfois avec humour, pendant cette année passée en Sibérie. Magnifique dans tous les sens du terme.

4 étoiles. « Folles de joie ». Beatrice est une mythomane à la langue bien pendue et extravertie. Donatella est tout son contraire. Elles sont des patientes de la Villa Biondi, une institution qui accueille des femmes souffrant de troubles psychiques. Elles vont malgré leurs différences se lier d’amitié et fuguer pour tenter de recoller les pièces du puzzle qui les ont conduites à la Villa Biondi. « Folles de joie » est un film touchant, tendre, douloureux, bienveillant, lumineux et aussi par moment très drôle. Il est porté par deux excellentes actrices très complémentaires. Valeria Bruni Tedeschi est tout simplement géniale. Elle dégage une énergie…folle à l’écran, un régal. Quant à Micaela Ramazzotti, elle tire le meilleur parti d’un rôle beaucoup moins exubérant, mais tout en finesse. Il y a certes quelques facilités scénaristiques dans « Folles de joie », mais pas de quoi gâcher le plaisir de visionner un film qui fait une grande place aux émotions.

3 étoiles. « Retour chez ma mère ». Il y a certes des facilités scénaristiques, spécialement la fin digne d’un happy end à l’américaine, et la mise en scène n’est pas très inventive dans « Retour chez ma mère ». Mais ces défauts n’empêchent pas de passer un bon moment grâce à des dialogues bien écrits alternant entre humour vache et doux-amer, des scènes à pleurer de rire, des quiproquos bien trouvés et surtout grâce à Josiane Balasko. Dans son rôle de mère et veuve qui accueille à bras ouverts sa fille de 40 ans contrainte de retourner dans le domicile familial après avoir tout perdu, Josiane Balasko est parfaite. A la fois drôle, émouvante et espiègle, elle donne une grande crédibilité à son personnage de mère dévouée, mais aussi de femme d’un certain âge qui n’entend pas pour autant renoncer à sa vie intime dont ses enfants ignorent tout. Le potentiel comique de cette double vie est fort bien exploité dans le film et conduit à des scènes vraiment très drôles. « Retour chez ma mère » est donc une comédie familiale plutôt réussie.

3 étoiles. « Un traître idéal ». Adapté d’un roman de John le Carré, « Un traître idéal » met au cœur de son action un couple d’Anglais qui se lie d’amitié lors de ses vacances au Maroc avec Dima, un millionnaire russe. Ils ignorent que cet homme à la bonne humeur communicative est un blanchisseur d’argent pour la mafia russe. Un jour, Dima leur demande leur aide pour transmettre des informations explosives aux services secrets britanniques. Ils acceptent sans savoir que cette décision va coïncider avec le début des ennuis. « Un traître idéal » est à la hauteur, mais sans plus, de ce que l’on peut attendre d’un film d’espionnage : manipulations, double jeu, rebondissements plus ou moins prévisibles, le tout emballé dans une mise en scène classique soignée avec une belle distribution à la tête de laquelle on retrouve Ewan McGregor. Malgré ces points forts, le film manque par moments de crédibilité et de rythme sans pour autant faire sortir du film le spectateur.

1 étoile. « Elle ». Michèle dirige avec fermeté et sans état d’âme une entreprise de jeux vidéo et fait de même avec son entourage. Et puis, un jour, elle se fait violer chez elle par un homme masqué. « Elle » oscille entre le thriller, le coupable est déjà démasqué au milieu du film, et la comédie tragi-comique vitriolée, un registre dans lequel Isabelle Huppert excelle une fois de plus. Une fois de trop ? « Elle » est un film dont la perversité atteint des sommets et qui met mal à l’aise. Les scènes de viol sont extrêmement violentes. Baignant dans une atmosphère glauque, le film part dans tous les sens, à l’image de ses personnages bien peu vraisemblables, et on s’y perd. Vraiment difficile de comprendre l’enthousiasme quasi unanime de la presse pour ce film tordu et malsain.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

 

16:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/07/2016

"Retour chez ma mère": une bonne surprise (et 5 autres films à l'affiche)

FullSizeRender.jpgIl y a des films que l’on va voir un peu à reculons : à la fois ils nous attirent (dans ce cas une distribution qui donne envie) et à la fois on craint le pire (une comédie franchouillarde dont le cinéma français a le secret). Et puis, on se dit qu’un film qui a déjà attiré deux millions de spectateurs en France ne doit pas être si mauvais que ça et que deux heures dans une salle climatisée, ce n’est pas désagréable à cette période de l’année. Bref ! Finalement on y va et…on ne le regrette pas !

Alors oui, bien sûr, il y a des facilités scénaristiques, spécialement la fin digne d’un happy end à l’américaine, et la mise en scène n’est pas très inventive. Mais ces défauts n’empêchent pas de passer un bon moment grâce à des dialogues bien écrits alternant entre humour vache et doux-amer, des scènes à pleurer de rire (l’adresse email, le dîner de famille), des quiproquos bien trouvés et surtout grâce à Josiane Balasko.

Dans son rôle de mère et veuve qui accueille à bras ouverts sa fille de 40 ans (Alexandra Lamy à la hauteur également) contrainte de retourner dans le domicile familial après avoir tout perdu, Josiane Balasko est parfaite. A la fois drôle, émouvante et espiègle, elle donne une grande crédibilité à son personnage de mère dévouée, mais aussi de femme d’un certain âge qui n’entend pas pour autant renoncer à sa vie intime dont ses enfants ignorent tout. Le potentiel comique de cette double vie est fort bien exploité dans le film et conduit à des scènes vraiment très drôles (l’ascenseur, la gare).

« Retour chez ma mère » est donc une comédie familiale sans prétention qui colle bien à son époque. Elle est dans le genre plutôt réussie et à ce titre une bonne surprise (3 étoiles).

Toujours à l’affiche

4 étoiles. « Dans les forêts de Sibérie ». Adapté librement du récit de Sylvain Tesson, qui raconte les quelques mois que l’aventurier a vécus en ermite dans une cabane isolée du reste du monde en Sibérie, le film questionne sur son rapport à soi-même et à l’autre, car si la solitude voulue donne un indéniable sentiment de liberté, en tout cas pour un temps, il n’en est pas de même quand elle est subie. Tourné sur les rives gelées du lac Baïkal qui donnent au film un décor à couper le souffle et des images de toute beauté, le tout accompagné d’une musique sublime, « Dans les forêts de Sibérie » réussit à captiver le spectateur du début à la fin. Il s’y passe toujours quelque chose que ce soit au niveau de l’action à proprement parler ou du chemin intérieur que parcourt le héros du film, parfois avec humour, pendant cette année passée en Sibérie. Magnifique dans tous les sens du terme.

4 étoiles. « Folles de joie ». Beatrice est une mythomane à la langue bien pendue et extravertie. Donatella est tout son contraire. Elles sont des patientes de la Villa Biondi, une institution qui accueille des femmes souffrant de troubles psychiques. Elles vont malgré leurs différences se lier d’amitié et fuguer pour tenter de recoller les pièces du puzzle qui les ont conduites à la Villa Biondi. « Folles de joie » est un film touchant, tendre, douloureux, bienveillant, lumineux et aussi par moment très drôle. Il est porté par deux excellentes actrices très complémentaires. Valeria Bruni Tedeschi est tout simplement géniale. Elle dégage une énergie…folle à l’écran, un régal. Quant à Micaela Ramazzotti, elle tire le meilleur parti d’un rôle beaucoup moins exubérant, mais tout en finesse. Il y a certes quelques facilités scénaristiques dans « Folles de joie », mais pas de quoi gâcher le plaisir de visionner un film qui fait une grande place aux émotions.

3 étoiles. « Un traître idéal ». Adapté d’un roman de John le Carré, « Un traître idéal » met au cœur de son action un couple d’Anglais qui se lie d’amitié lors de ses vacances au Maroc avec Dima, un millionnaire russe. Ils ignorent que cet homme à la bonne humeur communicative est un blanchisseur d’argent pour la mafia russe. Un jour, Dima leur demande leur aide pour transmettre des informations explosives aux services secrets britanniques. Ils acceptent sans savoir que cette décision va coïncider avec le début des ennuis. « Un traître idéal » est à la hauteur, mais sans plus, de ce que l’on peut attendre d’un film d’espionnage : manipulations, double jeu, rebondissements plus ou moins prévisibles, le tout emballé dans une mise en scène classique soignée avec une belle distribution à la tête de laquelle on retrouve Ewan McGregor. Malgré ces points forts, le film manque par moments de crédibilité et de rythme sans pour autant faire sortir du film le spectateur.

3 étoiles. « Money Monster ». Lee Gates est un présentateur de télévision qui anime une émission sur la bourse et donne des conseils pour placer son argent. Un jour, il est pris en otage en direct sur le plateau par Kyle, un téléspectateur qui a perdu tout son argent en suivant ses conseils. Commence alors une course contre la montre pour tenter de faire renoncer Kyle de tout faire sauter en appuyant sur le détonateur qui déclenchera la ceinture explosive qu’il a mise sur Lee. Le scénario ne manque pas de rebondissements. Certains ne surprennent guère, mais d’autres sont très réussis et même jouissifs. Mais il n’est pas non plus exempt de défauts, car en voulant dénoncer les dérives du capitalisme, les profiteurs du système ou encore le cynisme de la télé réalité en emballant le tout dans un film qui oscille sans cesse entre le thriller, la satire et la comédie, « Money Monster » reste superficiel. Il n’en demeure pas moins que le film de Jodie Foster est un agréable divertissement.

1 étoile. « Elle ». Michèle dirige avec fermeté et sans état d’âme une entreprise de jeux vidéo et fait de même avec son entourage. Et puis, un jour, elle se fait violer chez elle par un homme masqué. « Elle » oscille entre le thriller, le coupable est déjà démasqué au milieu du film, et la comédie tragi-comique vitriolée, un registre dans lequel Isabelle Huppert excelle une fois de plus. Une fois de trop ? « Elle » est un film dont la perversité atteint des sommets et qui met mal à l’aise. Les scènes de viol sont extrêmement violentes. Baignant dans une atmosphère glauque, le film part dans tous les sens, à l’image de ses personnages bien peu vraisemblables, et on s’y perd. Vraiment difficile de comprendre l’enthousiasme quasi unanime de la presse pour ce film tordu et malsain.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

12:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

05/07/2016

"Dans les forêts de Sibérie": magnifique dans tous les sens du terme (et 4 autres films à l'affiche)

FullSizeRender.jpgUn film qui traite de la solitude sans pour autant que l’on s’y ennuie en le visionnant, c’est le pari réussi de « Dans les forêts de Sibérie ». Adapté librement du récit de Sylvain Tesson, qui raconte les quelques mois que l’aventurier a vécus en ermite dans une cabane isolée du reste du monde en Sibérie, le film suit logiquement la même trame.

A une exception importante près : le personnage principal, interprété par le charismatique Raphaël Personnaz, va être secouru, alors qu’il est perdu dans le blizzard et que la mort est proche, par un Russe qui se cache pour échapper à la justice. De cette rencontre va naître une amitié, mais aussi une opposition entre celui qui a choisi librement de venir vivre dans cette contrée inhospitalière et celui qui l’a fait par obligation.

« Dans les forêts de Sibérie » est donc un film qui questionne sur son rapport à soi-même et à l’autre, car si la solitude voulue donne un indéniable sentiment de liberté, en tout cas pour un temps, il n’en est pas de même quand elle est subie.

Tourné sur les rives gelées du lac Baïkal qui donnent au film un décor à couper le souffle et des images de toute beauté, le tout accompagné d’une musique sublime, « Dans les forêts de Sibérie » réussit à captiver le spectateur du début à la fin. Il s’y passe toujours quelque chose que ce soit au niveau de l’action à proprement parler ou du chemin intérieur que parcourt le héros du film, parfois avec humour, pendant cette année passée en Sibérie. Magnifique dans tous les sens du terme (4 étoiles).

Toujours à l’affiche

4 étoiles. « Folles de joie ». Beatrice est une mythomane à la langue bien pendue et extravertie. Donatella est tout son contraire. Elles sont des patientes de la Villa Biondi, une institution qui accueille des femmes souffrant de troubles psychiques. Elles vont malgré leurs différences se lier d’amitié et fuguer pour tenter de recoller les pièces du puzzle qui les ont conduites à la Villa Biondi. « Folles de joie » est un film touchant, tendre, douloureux, bienveillant, lumineux et aussi par moment très drôle. Il est porté par deux excellentes actrices très complémentaires. Valeria Bruni Tedeschi est tout simplement géniale. Elle dégage une énergie…folle à l’écran, un régal. Quant à Micaela Ramazzotti, elle tire le meilleur parti d’un rôle beaucoup moins exubérant, mais tout en finesse. Il y a certes quelques facilités scénaristiques dans « Folles de joie », mais pas de quoi gâcher le plaisir de visionner un film qui fait une grande place aux émotions.

3 étoiles. « Un traître idéal ». Adapté d’un roman de John le Carré, « Un traître idéal » met au cœur de son action un couple d’Anglais qui se lie d’amitié lors de ses vacances au Maroc avec Dima, un millionnaire russe. Ils ignorent que cet homme à la bonne humeur communicative est un blanchisseur d’argent pour la mafia russe. Un jour, Dima leur demande leur aide pour transmettre des informations explosives aux services secrets britanniques. Ils acceptent sans savoir que cette décision va coïncider avec le début des ennuis. « Un traître idéal » est à la hauteur, mais sans plus, de ce que l’on peut attendre d’un film d’espionnage : manipulations, double jeu, rebondissements plus ou moins prévisibles, le tout emballé dans une mise en scène classique soignée avec une belle distribution à la tête de laquelle on retrouve Ewan McGregor. Malgré ces points forts, le film manque par moments de crédibilité et de rythme sans pour autant faire sortir du film le spectateur.

3 étoiles. « Money Monster ». Lee Gates est un présentateur de télévision qui anime une émission sur la bourse et donne des conseils pour placer son argent. Un jour, il est pris en otage en direct sur le plateau par Kyle, un téléspectateur qui a perdu tout son argent en suivant ses conseils. Commence alors une course contre la montre pour tenter de faire renoncer Kyle de tout faire sauter en appuyant sur le détonateur qui déclenchera la ceinture explosive qu’il a mise sur Lee. Le scénario ne manque pas de rebondissements. Certains ne surprennent guère, mais d’autres sont très réussis et même jouissifs. Mais il n’est pas non plus exempt de défauts, car en voulant dénoncer les dérives du capitalisme, les profiteurs du système ou encore le cynisme de la télé réalité en emballant le tout dans un film qui oscille sans cesse entre le thriller, la satire et la comédie, « Money Monster » reste superficiel. Il n’en demeure pas moins que le film de Jodie Foster est un agréable divertissement.

1 étoile. « Elle ». Michèle dirige avec fermeté et sans état d’âme une entreprise de jeux vidéo et fait de même avec son entourage. Et puis, un jour, elle se fait violer chez elle par un homme masqué. « Elle » oscille entre le thriller, le coupable est déjà démasqué au milieu du film, et la comédie tragi-comique vitriolée, un registre dans lequel Isabelle Huppert excelle une fois de plus. Une fois de trop ? « Elle » est un film dont la perversité atteint des sommets et qui met mal à l’aise. Les scènes de viol sont extrêmement violentes. Baignant dans une atmosphère glauque, le film part dans tous les sens, à l’image de ses personnages bien peu vraisemblables, et on s’y perd. Vraiment difficile de comprendre l’enthousiasme quasi unanime de la presse pour ce film tordu et malsain.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

17:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/07/2016

"Fritz Bauer, un héros allemand": prenant de bout en bout (et 5 autres films à l'affiche)

FullSizeRender.jpgPeut-on aller de l’avant en faisant table rase du passé ? D’un passé particulièrement douloureux, celui du nazisme. Cette question est présente tout au long de « Fritz Bauer, un héros allemand » qui raconte l’histoire de ce procureur allemand juif qui voulait poursuivre les nazis non pas par esprit de vengeance, mais par souci de mémoire.

Dans cette Allemagne de la fin des années 50 soucieuse de tourner la page de la seconde guerre mondiale, le combat de Fritz Bauer n’est pas vu d’un bon œil. Il faut dire qu’un bon nombre d’anciens nazis occupent des postes à responsabilité, même très proches du pouvoir. Ceci explique pourquoi Fritz Bauer aura toutes les peines du monde tout d’abord à prouver qu’Adolf Eichmann vit en Argentine, puis ensuite à essayer de le faire extrader en Allemagne après des péripéties dignes d’un thriller.

La traque que Fritz Bauer mène contre Adolf Eichmann est l’occasion de découvrir la personnalité complexe du procureur. Solitaire, bourru et têtu, il a également eu dans le passé des démêlés avec la police danoise en raison de son penchant pour les hommes que ses adversaires seraient ravis d’utiliser dans une Allemagne qui punit sévèrement l’homosexualité. Ils ne vont d’ailleurs pas se gêner de le faire, mais pas de la façon attendue.

« Fritz Bauer, un héros allemand » est un film prenant de bout en bout quand bien même la fin est connue à l’avance. Ce qui le rend passionnant, ce sont les étapes qui ont mené à ce dénouement et qui sont elles bien moins connues. Porté par une excellente distribution, à commencer par le rôle titre joué par Burghart Klausser, un rythme qui va crescendo et une mise en scène certes classique mais qui colle bien avec l’ambiance du film, « Fritz Bauer, un héros allemand » est non seulement un film « utile », mais aussi un bon moment de cinéma (4 étoiles).

Toujours à l’affiche

4 étoiles. « Folles de joie ». Beatrice est une mythomane à la langue bien pendue et extravertie. Donatella est tout son contraire. Elles sont des patientes de la Villa Biondi, une institution qui accueille des femmes souffrant de troubles psychiques. Elles vont malgré leurs différences se lier d’amitié et fuguer pour tenter de recoller les pièces du puzzle qui les ont conduites à la Villa Biondi. « Folles de joie » est un film touchant, tendre, douloureux, bienveillant, lumineux et aussi par moment très drôle. Il est porté par deux excellentes actrices très complémentaires. Valeria Bruni Tedeschi est tout simplement géniale. Elle dégage une énergie…folle à l’écran, un régal. Quant à Micaela Ramazzotti, elle tire le meilleur parti d’un rôle beaucoup moins exubérant, mais tout en finesse. Il y a certes quelques facilités scénaristiques dans « Folles de joie », mais pas de quoi gâcher le plaisir de visionner un film qui fait une grande place aux émotions.

3 étoiles. « Un traître idéal ». Adapté d’un roman de John le Carré, « Un traître idéal » met au cœur de son action un couple d’Anglais qui se lie d’amitié lors de ses vacances au Maroc avec Dima, un millionnaire russe. Ils ignorent que cet homme à la bonne humeur communicative est un blanchisseur d’argent pour la mafia russe. Un jour, Dima leur demande leur aide pour transmettre des informations explosives aux services secrets britanniques. Ils acceptent sans savoir que cette décision va coïncider avec le début des ennuis. « Un traître idéal » est à la hauteur, mais sans plus, de ce que l’on peut attendre d’un film d’espionnage : manipulations, double jeu, rebondissements plus ou moins prévisibles, le tout emballé dans une mise en scène classique soignée avec une belle distribution à la tête de laquelle on retrouve Ewan McGregor. Malgré ces points forts, le film manque par moments de crédibilité et de rythme sans pour autant faire sortir du film le spectateur.

3 étoiles. « Money Monster ». Lee Gates est un présentateur de télévision qui anime une émission sur la bourse et donne des conseils pour placer son argent. Un jour, il est pris en otage en direct sur le plateau par Kyle, un téléspectateur qui a perdu tout son argent en suivant ses conseils. Commence alors une course contre la montre pour tenter de faire renoncer Kyle de tout faire sauter en appuyant sur le détonateur qui déclenchera la ceinture explosive qu’il a mise sur Lee. Le scénario ne manque pas de rebondissements. Certains ne surprennent guère, mais d’autres sont très réussis et même jouissifs. Mais il n’est pas non plus exempt de défauts, car en voulant dénoncer les dérives du capitalisme, les profiteurs du système ou encore le cynisme de la télé réalité en emballant le tout dans un film qui oscille sans cesse entre le thriller, la satire et la comédie, « Money Monster » reste superficiel. Il n’en demeure pas moins que le film de Jodie Foster est un agréable divertissement.

3 étoiles. « Demain ». Ce documentaire qui a reçu le César dans sa catégorie, rassemble différentes initiatives prises dans le monde en matière d’agriculture, d’énergie, d’économie, d’éducation et de démocratie. Elles montrent que face aux dangers qui menacent chaque jour un peu plus la survie de notre planète, des solutions existent. Un film qui tranche avec les documentaires alarmistes qui traitent d’habitude de l’état de plus en plus dégradé de la Terre. Certes, tout n’est pas parfait, les chapitres sur l’éducation et la démocratie participative ne sont pas très convaincants au contraire de celui sur les énergies renouvelables, par exemple. Il n’en demeure pas moins que « Demain » est un film plein d’espoir, ce qui explique probablement en grande partie son immense succès public depuis sa sortie en décembre de l’année dernière.

1 étoile. « Elle ». Michèle dirige avec fermeté et sans état d’âme une entreprise de jeux vidéo et fait de même avec son entourage. Et puis, un jour, elle se fait violer chez elle par un homme masqué. « Elle » oscille entre le thriller, le coupable est déjà démasqué au milieu du film, et la comédie tragi-comique vitriolée, un registre dans lequel Isabelle Huppert excelle une fois de plus. Une fois de trop ? « Elle » est un film dont la perversité atteint des sommets et qui met mal à l’aise. Les scènes de viol sont extrêmement violentes. Baignant dans une atmosphère glauque, le film part dans tous les sens, à l’image de ses personnages bien peu vraisemblables, et on s’y perd. Vraiment difficile de comprendre l’enthousiasme quasi unanime de la presse pour ce film tordu et malsain.

5 étoiles : à voir absolument, 4 étoiles : chaudement recommandé, 3 étoiles : ça vaut la peine, 2 étoiles : pas indispensable, 1 étoile : il y a mieux à faire

11:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |