27/09/2016

Un système qui marche sur la tête

Comme le dit mon père « une assurance, c’est toujours trop chère quand tu n’en as pas besoin ». Et il est vrai quand dans le cas de l’assurance maladie, bien heureux celles et ceux qui paient « pour rien », cela signifie qu’ils sont en bonne santé.

Sauf qu’avec les augmentations constantes des primes, sans parler de la volonté du parlement d’augmenter la franchise minimale qui en rajoutera une couche pour les assurés, il y a un réel danger que des personnes ne se fassent plus soigner. Elles ne pourront en effet tout simplement pas prendre encore en charge la franchise et la participation aux coûts. Elles seront donc assurées obligatoirement, mais sans avoir les moyens d’y faire appel ou alors en dernier recours quand l’étendue des dégâts sera importante et que la facture sera d’autant plus élevée pour l’assurance qui ainsi pourra justifier de nouvelles augmentations !

Force est de constater que le système mis en place il y a vingt ans marche sur la tête. Et apparemment personne n’y peut rien. Nos politiques gesticulent, s’offusquent, font porter la faute aux uns et aux autres, mais rien ne change parce qu’il y a trop d’argent en jeu et que certains s’en mettent plein les poches. Qui exactement ? Difficile de le savoir tant le système est peu transparent.

Et le « bon » peuple lui râle à la fin de chaque mois de septembre, mais sans plus. Pas de manifestations géantes dans la rue et un refus systématique dans les urnes quand on lui propose d’autres solutions. Comme quoi, finalement, pour la majorité l’assurance maladie n’est pas encore trop chère. Jusqu’à quand ?

Commentaires

A l'époque, Ruth Dreifus avait réussi un coup de génie : en acceptant "d'arroser" le monde médical et ses assureurs, elle garantissait à tous des soins d'excellentes qualité. Ceci a aussi permis de développer les infrastructures, de créer de l'emploi. Bref : win / win. (Certains, qui n'ont rien compris à ce magnifique coup politique feraient mieux de s'en inspirer plutôt que de dénigrer cette conseillère fédérale, qui s'est montrée bien meilleure qu'eux !) Malheureusement, le système est en train d'exploser. Pourquoi ? Parce que le système coûte trop cher. Il va ruiner la classe moyenne. Et quel sera le détonateur ? Comme vous le relevez fort justement, ce sera la quote-part et la franchise, qui vont interdire l'accès aux soins aux plus démunis. Des solutions ? Tout le monde prétend avoir la sienne, évidemment. Mais puisqu'il n'y en a pas, il faut, de toute urgence, que le politique s'empare de la question. Jusqu'ici, à part populisme ( et encore, le pire ) et lobyismes divers, on asiste plutôt à un grand spectacle de comiques qu'à une prise en compte sérieuse de cette question explosive. La droite, si prompte à dénoncer les hausses d'impôts, garde un silence assourdissant sur ce dossier. On se demande bien pourquoi.......

Écrit par : Claude Galien | 27/09/2016

Ruth Dreifuss s'est foutu de la figure des citoyens car elle a promis, dans son intervention télévisée d'avant la votation, que les primes n'augmenteraient pas et, même, que certaines baisseraient ! Les promesses socialistes sont, comme de coutume, de la démagogie et seuls ceux qui votent pour la gauche sont persuadés que c'est la Vérité ! Le peuple suisse s'est fait avoir par cette conseillère fédérale incapable !

Écrit par : Justine Tittgoutt | 27/09/2016

Les commentaires sont fermés.